L’armée de l’air fait la police en mer baltique

L’armée de l’air fait la police en mer baltique

air-baltique-mirage

Dans le cadre d’une mission de l’OTAN et intitulée « Air Baltique 2010« , la France assure la sûreté aérienne de l’espace aérien des pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) depuis le 4 janvier 2010. L’effectif aérien est de 4 Mirage 2000 C RDI de l’Escadron de chasse 01.012 Cambrésis de la base aérienne 103 de Cambrai.

Pour le personnel, 140 militaires sont installés sur la base de Siauliai en Lituanie pour assurer cette mission de 4 mois. Durant cette période, les chasseurs français devront être en mesure de décoller sur alerte 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Le chef du détachement français, a reçu la clé symbolique de l’espace aérien balte du chef du détachement allemand, pays assurant la mission précédemment.

Les pays baltes, membres de l’Alliance atlantique  depuis 2004, n’ont pas de moyen propre de défense aérienne. Pour répondre à un besoin exprimé par ces états,  l’OTAN avait accepté d’assurer la mission d’assistance et de police du ciel. Cette dernière, confiée à tour de rôle aux pays volontaires, consiste à mettre en place un dispositif aérien cohérent pour garantir à ces pays souverains l’intégrité de leur espace aérien.

Auparavant d’avril à juillet 2007, l’armée de l’air avait assuré pour la première fois cette mission dans les pays baltes lors de l’opération «Balto» . En mai et juin 2008, elle avait été engagée dans le même type d’opération en Islande, une première pour ce pays, lors de l’opération «Air Islande 08» .

NB : vous remarquerez la grande imagination pour trouver le noms des opérations 😉

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

8 COMMENTAIRES

  1. Balto ça fait clébard un peu, ou café du commerce…

    Plus sérieusement on est en droit de se demander le coût d’un tel déploiement quand on sait qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’une assistance à un état de l’OTAN (là 3 en fait) sans réel retour sur investissement. A part peut être le plaisir pour les pilotes de découvrir de nouveaux cieux.
    A une époque où la France cherche à tous prix à réduire ses frais de fonctionnement, pourquoi chercher alors à envoyer quatre chasseurs (ainsi que toute la logistique et le personnel nécessaires) pour une mission qui n’a rien d’urgente. L’OTAN ne pourrait elle pas se débrouiller juste avec les Américains et leurs toutous ???
    Enfin en espérant que les photographes du SIRPA feront de beaux clichés là-bas des 2000C.

    😉

  2. Je pensais aussi que l’on voulait créé une défense européenne, si on laisse les américains faire tout le boulot faudra pas s’étonner que les autres pays soient si attachés à l’OTAN.

  3. Faire une défense européenne, ça passe d’abord par une désagrégation de l’OTAN. Parce que croire que Washington laissera les Européens faire ce qu’ils veulent, c’est comme croire en Dieu ou en le Père Noël.

    😆 😆 😆

  4. dégrader l’Otan cela passe par une alternative crédible, celle d’une armée Française forte capable de défendre le reste de l’Europe aussi bien voir même mieux que les Etats-Unis (surtout que maintenant qu’ils ont mieux à faire que de mettre des moyens militaires en Europe). La France ne peut pas compter sur l’Allemagne sur ce plan là pour des raisons politiques internes, pas non plus sur le Royaume-uni grand gagnant européen du système de l’Otan, enfin une alliance avec la Russie qui avait été tenté par l’ancien président de la république nous mettrait l’est de l’Europe à dos (d’ailleurs n’aurait on pas de nouvelle sur la proposition de Poutin de faire un chasseur de 5ème génération en commun). L’Espagne n’est pas assez grande pour être ce partenaire qu’en à l’Italie le principal problème serait sa stabilité politique, comment mettre en place une politique avec un pays qui change d’avis tout les deux ans.

  5. Effectivement, une défense européenne serait véritablement une bonne chose, mais cela ne fonctionnerait que si l’Europe était véritablement fédérale et je doute que cela arrive prochainement ❗

  6. Le système de défense fédéral a aussi montré ses limites, comme par exemple aux USA où l’administration centrale a mis plusieurs jours pour réagir après la catastrophe de Katrina à la Nouvelle Orléans. Les cinq composantes du DoD ont été nullisime dans leur gestion de la catastrophe. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres qui illustre que le fédéralisme engendre des soucis de gestion. Sans compter les disparités socio-économiques entre les états membres.

Laisser un commentaire