Un avion de la Patrouille de France s’écrase, le pilote s’éjecte...

[Brève] Un avion de la Patrouille de France s’écrase, le pilote s’éjecte de justesse

Un Alphajet de la Patrouille de France s’est écrasé dans le Vaucluse. Son pilote, qui a pu s’éjecter, est légèrement blessé.

L’accident s’est déroulé lors d’un vol d’entraînement. L’un des huit Alphajet de la Patrouille de France (PAF) s’est écrasé dans un champ dans le Vaucluse (sud de la France) suite à un problème technique. Le pilote, qui a eu le temps de s’éjecter de l’avion, est légèrement blessé.

Le crash a eu lieu ce matin, mardi 13 avril, « aux abords de la piste de l’aérodrome de Plan de Dieu où la patrouille de France s’entraîne quotidiennement« , a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué. L’Alphajet s’entraînait seul lors de l’accident.

Le pilote, Sylvain Courtot, 38 ans, un capitaine très expérimenté avec quelque 3.000 heures de vol à son actif, a été récupéré « légèrement blessé » par les services de secours de la base aérienne d’Orange avant d’être hospitalisé. Son « pronostic vital » n’est « absolument pas engagé », a précisé le commandant Frédéric Solano, du Sirpa-Air.

Sylvain Courtot est l’un des deux « solos » de la patrouille, c’est-à-dire un des deux pilotes autorisés à faire les figures les plus délicates des programmes de la PAF, comme des séries de croisements ou de quasi « percussions ».

Selon un témoin, contacté par l’AFP, « le pilote s’est éjecté à 10 ou 15 mètres du sol, au dernier moment. » « L’avion descendait en virant puis s’est redressé, parallèle au sol » sans reprendre d’altitude, a-t-il ajouté. Une enquête sera diligentée pour connaître les causes exactes de cet accident.

Il y a quelques jours, le 8 avril, un Mirage F1 de l’armée de l’air s’était écrasé sans faire de victime à proximité d’Orléans lors d’une mission d’entraînement. Le pilote s’était éjecté lui aussi.

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

3 COMMENTAIRES

  1. le capitaine Courtot doit la vie au nouveau siège éjectable Martin Baker Mk.10 « zero zero » qui, désormais, équipe progressivement les Alphajet, en remplacement des modèles Martin-Baker MK 4.

    En effet, cet équipement permet une éjection à altitude et à vitesse nulles, ce qui permet à un pilote de s’extraire de son avion en cas de défaillance à l’atterrissage ou au décollage, qui sont les deux phases critiques d’un vol. Grâce à des moteurs-fusées placés sous le baquet, le siège est propulsé à une hauteur de 65 mètres, ce qui permet l’ouverture du parachute principal. L’aviateur en difficulté doit cependant subir une accélération de 16 G.

Laisser un commentaire