Pas de retraite à 60 ans pour le F-15

Pas de retraite à 60 ans pour le F-15

f-15

Si le F-16 s’est taillé une réputation d’avion de combat occidental le plus vendu dans le monde, le F-15 risque fort de s’imposer comme le chasseur américain moderne le plus endurant. C’est surtout vrai pour sa variante de supériorité aérienne, le F-15C. Faute de F-22A achetés en nombre suffisant, l’Eagle va devoir rester en service au moins jusqu’en 2030 pour assurer l’une des missions critiques de l’US Air Force, la protection de l’espace aérien national. Une belle prouesse pour un appareil qui a fait son premier vol au début des années 1970.

L’US Air Force a déjà commandé plusieurs études à Boeing pour déterminer jusqu’à quel point il est possible de prolonger la vie du F-15C, sorti d’usine avec un potentiel évalué à 8.000 heures de vol. L’industriel envisage aujourd’hui sérieusement de pousser cette limite jusqu’à… 16.000 heures ! Seule une poignée d’avions, qualifiés de « Golden Eagles », seraient concernés par cette initiative. Les projets de l’USAF prévoient en effet de maintenir une flotte d’environ 170-180 avions, dont le système d’armes sera profondément modernisé. Cette démarche a déjà été en partie amorcée, puisqu’une petite vingtaine de F-15C volent déjà avec un nouveau radar à balayage électronique actif, l’APG-63(V)2. Les futurs « Golden Eagles » seront équipés d’un capteur amélioré, l’APG-63(V)3, qui sera combiné à l’emport du nouveau missile air-air AIM-120D Amraam, du courte portée AIM-9X, d’une autoprotection rénovée et d’un nouveau capteur de recherche et poursuite infrarouge (IRST). Au final, un éventail de capacités dont peu d’avions de « quatrième génération » en service dans le monde peuvent aujourd’hui se prévaloir. Ces quelque 180 F-15C rénovés seront à terme déployés sur six à sept bases américaines et exploités par des unités de l’Air National Guard (ANG).

La problématique est sensiblement différente pour le F-15E Strike Eagle multirôle. Essentiellement parce que ces cellules sont plus jeunes, les derniers avions de l’USAF étant sortis de chaînes au tout début des années 2000. A ce jour, les aviateurs envisagent de maintenir la totalité de ces appareils (environ 230) en ligne jusqu’en 2035, date à laquelle l’avion pourrait être remplacé par le F-35 dans la mission d’attaque au sol. Ici encore, l’USAF s’est engagée dans un important programme de modernisation, articulé autour du remplacement du radar actuel par l’APG-82(V)1 à antenne active. Le Strike Eagle sera lui aussi doté des armements air-air de nouvelle génération (AIM-120D et AIM-9X) auxquels s’ajoutera toute une panoplie d’armements air-sol intelligents, dont le futur missile de croisière furtif JASSM et le cargo à sous-munitions Jsow.

Via Air et Cosmos, mars 2010

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

1 COMMENTAIRE

  1. Concernant le F-15E en effet la problématique est différente étant donné que le DoD a la possibilité de les « passer » au standard F-15SE (SE pour Silent Eagle) celui là même faisant appel aux matériaux RAM et à des points d’emport d’armements internes, un peu à la manière du F-22 Raptor. Mais bon ça reste du bricolage.

    Voici pour les curieux, à quoi ressemble le « nouveau » F-15. Désolé que l’image vienne d’un site comme Wikipédia.

    http://en.wikipedia.org/wiki/File:Boeing_F-15_Silent_Eagle-topshot.jpg

    😉

Laisser un commentaire