Le Canada a-t-il raison d’acheter le F-35 ?

Le Canada a-t-il raison d’acheter le F-35 ?

f-35

Le gouvernement canadien a confirmer l’achat de 65 F-35 Lighting II à la compagnie américaine Lockheed Martin pour 9 milliards de dollars. En tenant compte des coûts d’entretien, qui n’ont toujours pas été négociés, la facture totaliserait près 16 milliards de dollars. La livraison des appareils est prévue en 2016. Les F-35 sont appelés à remplacer la flotte canadienne vieillissante de CF-18 Hornet, dont le retrait doit intervenir vers 2020.

A en croire la presse et les avis des passionnés d’aviation militaire, le choix semble contestable ou tout du moins mal étudié. A tel point que la page consacré à cette acquisition sur le site encyclopédique Wikipedia aurait été amputé de certaines portions critiques à partir de trois ordinateurs des bureaux de la Défense nationale à Ottawa. Des extraits de citations des chefs de partis de l’opposition critiques face à l’achat de ces appareils ont été retirés. Ces modifications auraient été apportées les 20 et 21 juillet, mais les responsables de Wikipedia auraient rapidement remis la page dans son état.

Comme je pense, qu’on a pas fini dans parler, voici un petit florilège d’articles polémiques et très bien argumentés :

1 COMMENTAIRE

  1. En s’engageant dans le programme F-35 le gouvernement canadien augmente encore un peu plus la dépendance industrielle du pays vis à vis de son puissant voisin méridional.

    En effet si le F/A-18 représentait un bon investissement pour le Canada des années 80, il n’est pas certain que le F-35 représente lui aussi un engagement financier aussi probant. En effet le nouveau chasseur de Lockheed-Martin ne risque t’il pas d’avoir les « pattes » un peu trop courtes pour un pays aussi gigantesque et disposant d’une flotte de ravitaillement en vol sommes toutes assez faible au regard de la géographie locale. En gros la configuration monoréacteur du Lightning II risque de poser plus de problème que d’en résoudre.

    Un achat de chasseurs biréacteurs, soit auprès de la Russie soit auprès de l’Europe, permettrait en outre de calmer les ardeurs monopolistiques des industries américaines d’armement et d’aéronautique militaire au Canada. Les Sukhoi Su-35, MiG-29, Eurofighter Typhoon, ou encore Dassault Rafale pourraient très bien servir de remplaçant crédibles aux « vieux » Hornet à la feuille d’érable.

    Sans compter que Boeing Company cherchera peut être aussi à placer son F/A-18E/F, comme un pis aller à des dépenses militaires que le contribuable canadien pourrait rejeter.
    On sait tous qu’une comme d’avions de combat, y a rien de plus facile à résilier.

Laisser un commentaire