A 88 ans, un vétéran de la WW2 prend le manche...

[Insolite] A 88 ans, un vétéran de la WW2 prend le manche d’un CF-18 canadien

gilbert-gilles-boulanger

Lu sur Radio-Canada

A 88 ans, un vétéran canadien de la Seconde Guerre mondiale a réalisé un vieux rêve: voler à bord d’un chasseur à réaction CF-18 Hornet dont il a pris les commandes pendant quelques minutes, selon la télévision canadienne publique.

Gilbert Gilles Boulanger a réalisé le rêve de sa vie, vendredi après-midi, en volant pendant environ une heure à bord d’un chasseur CF-18 de la RCAF. Le vétéran de la Deuxième Guerre mondiale a récemment combattu un cancer. Il voulait montrer qu’on peut avoir des rêves, peu importe son âge.

L’homme de 88 ans était fébrile à l’idée de monter à bord d’un CF-18. Il a d’abord écouté attentivement les indications de vol du commandant de la base des Forces canadiennes de Bagotville, le colonel Alain Pelletier. Puis il a enfilé sa combinaison de pilote et a pris place à bord de l’avion.

« C’était extraordinaire, mais j’avais tellement de choses à voir que j’aimais mieux regarder », dit M. Boulanger après avoir pris les commandes de l’avion de chasse. Le CF-18 a volé au nord du Saguenay, dans la zone d’entraînement de la base de Bagotville.

Accompagné par le lieutenant-colonel Sylvain Ménard, l’homme de Sherbrooke a pu faire du supersonique et voler jusqu’à 40 000 pieds d’altitude. Le pilote souligne que Gilbert Gilles Boulanger a très bien réagi. « J’apporte souvent des passagers avec moi et il a fait ça mieux que la majorité des passagers arrière que j’amène voler », mentionne le lieutenant-colonel Ménard.

Lors de la Deuxième Guerre, M. Boulanger était mitrailleur de queue dans un bombardier Wellington. Il a effectué 37 missions et son appareil a été touché une fois, mais il s’en est tiré. Il a d’ailleurs raconté son histoire dans un roman « L’Alouette affolée ».

Après avoir réalisé son rêve, Gilbert Gilles Boulanger a déclaré qu’il avait d’autres projets. « Aller dans l’espace, pourquoi pas ? », a-t-il répondu aux journalistes qui voulaient savoir lesquels.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire