L’homme-oiseau a réalisé un looping avec son aile à réaction.

L’homme-oiseau a réalisé un looping avec son aile à réaction.

jet-man-looping-2«Jetman» a décollé vendredi dernier à bord de la montgolfière «Esprit Breitling Orbiter». L’aérostier britannique Brian Jones – vainqueur du premier tour du monde en ballon sans escale en 1999 avec Bertrand Piccard- était aux commandes de la montgolfière qu’il a manoeuvrée avec grande précision afin de rendre la performance d’Yves Rossy possible.

Le suisse a atteint l’altitude de 2000 mètres après 18 minutes de vol au-dessus du Gros-de-Vaud. Son aile sur le dos, les 4 réacteurs allumés après un petit pépin technique, il s’est alors élancé d’une plate-forme fixée à la nacelle du ballon. Lancé à près de 300 km/h, il lui a fallu quelques quelques minutes de vol pour se stabiliser et attaquer l’angle de son looping de manière optimale. «Jetman» a pu effectuer deux rotations devant la montgolfière. Il a ensuite déployé son parachute pour atterrir en douceur dans un champs sur la commune de Denezy (VD), à une dizaine de kilomètres de Bercher.

«C’était fantastique! Le vol s’est bien passé, malgré un petit souci au démarrage de mes réacteurs. J’ai pu faire mes deux loopings et j’en suis super content!». Tendu lors du décollage de la montgolfière, Yves Rossy était euphorique après son atterrissage

«Mes loopings n’étaient pas des boucles parfaitement rondes. Mais le premier looping réussi avec un avion Blériot en 1913 par le Français Adolphe Pégoud n’était pas parfait non plus! J’ai quelques décennies pour encore améliorer le mien» a-t-il souligné en se marrant.

Pour des raisons techniques et de sécurité, Yves Rossy (51 ans) a aussi précisé qu’il avait dû revoir ses objectifs à la baisse et annuler son projet initiale de looping autour de la montgolfière. Il a préféré effectuer des figures acrobatiques à côté du ballon. Cette première figure de voltige aérienne annonce toujours plus de liberté pour l’homme volant, qui se dirige en l’air uniquement grâce aux mouvements de son corps, a indiqué son staff.

Yves Rossy, qui est pilote d’Airbus chez Swiss et qui a pris trois années sabbatiques pour se consacrer à sa passion, explique avoir des projets plein la tête. Il rêve de voler au-dessus du Grand Canyon aux Etats-Unis, autour du Cervin ou encore en formation avec un deuxième «Jetman», un jeune pilote très prometteur qu’il forme actuellement… Yves Rossy a aussi annoncé qu’il va bientôt tester une aile plus légère et s’équiper d’un système de parachute pyrotechnique. Celui-ci devrait lui permettre de voler beaucoup plus bas, à environ 200m du sol. Il souhaite aussi rendre son engin plus écolo en le faisant carburer dès que possible du bio-kérosène.

«Et qui sait? Peut-être qu’un jour ce moyen de transport va se démocratiser et qu’on verra les enfants se rendre à l’école avec une aile à réaction. Il n’est pas interdit de rêver!», conclut-il.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire