Un Mirage 2000N tire un missile ASMPA pour la première fois

Un Mirage 2000N tire un missile ASMPA pour la première fois

mirage-2000N-missile-ASMP-A

Source www.defense.gouv.fr/air/

Le mardi 23 novembre 2010 s’est déroulé le premier tir d’évaluation du système d’arme Mirage 2000N et ASMPA (air sol moyenne portée améliorée). Cette opération portait le nom de Topaze.

L’équipage du Mirage 2000N, composé d’un pilote et d’un navigateur de l’escadron 3/4 «Limousin» a effectué un vol de longue durée (environ cinq heures) au cours duquel il a procédé à l’ensemble des phases importantes d’un vol : haute altitude, plusieurs ravitaillements en vol avec l’avion ravitailleur C135 du groupe de ravitaillement en vol 2/91 « Bretagne », pénétration basse altitude, suivi de terrain, etc.

À l’issue de ces cinq heures de vol, l’équipage a tiré le missile ASMPA (sans charge nucléaire) qui a parfaitement suivi le profil de vol programmé. Mission réussie pour ce premier tir d’évaluation ! «L’escadron 3/4 «Limousin» s’est beaucoup investi dans ce projet » comme le rappelait le colonel Luc Penet, commandant de l’escadron, il y a quelques mois dans une interview pour le magazine «Air Actualités».

Les entités qui ont participé à ce tir sont : l’armée de l’air (les moyens des forces aériennes stratégiques), la DGA (délégation générale pour l’armement) avec le centre d’essai et de lancement de missiles de Biscarosse et la direction de programme Horus, ainsi que l’industriel MBDA et les moyens de la marine nationale (pour surveiller la zone maritime).

L’ASMPA est un nouveau missile, équipé d’une tête nucléaire aéroportée (TNA), utilisant un statoréacteur associé à un booster à poudre. Il peut être tiré à différentes altitudes et vole en supersonique en suivant des trajectoires qui lui permettent de contrer les menaces adverses. Il s’agit de la première tête garantie par simulation puisque la TNA est la première arme nucléaire qui n’a pas été développée à partir d’essais nucléaires. Son développement s’appuie principalement sur des données physiques recueillies lors de l’ultime campagne d’essais nucléaires, sur des moyens de calculs intensifs numériques et sur ceux de la radiographie des armes.

CONTENUS SIMILAIRES

8 COMMENTAIRES

  1. A l’heure où la Marine Nationale met en service un nouveau missile balistique on peut se demander si l’ASMP-A a encore un avenir véritable devant lui. D’autant que le futur de notre défense n’est plus national mais européen. Ne ferions nous pas mieux de mutualiser nos moyens nucléaires ???

  2. On pourrait tout à fait mutualiser notre arsenal nucléaire avec des états n’ayant justement pas encore l’arme atomique comme l’Italie, l’Espagne, la Belgique, les Pays Bas, l’Allemagne (même si là c’est déjà en partie fait…) ou encore le Portugal et même le Royaume Uni, ce dernier ayant déjà des missiles nucléaires.
    Une telle coopération dans le domaine de la défense serait un sacré pied de nez à l’OTAN et un acte politique fort pour une défense européenne indépendante de l’oncle Sam. Mais on peut toujours rêver car je crois que jamais les Français n’accepteront une telle idée, ils sont bien trop chauvins !!!

  3. Qui dit mutualiser, dit un accord d’au moins deux parties et partage du cout de l’arme en question. Donc accord de politique étrangère, à assumer dans une politique nationale par une budgetisation. Il est évident que les gouvernements allemands et Hollandais sont dans l’incapacité de prendre une décision à ce point impopulaire (on le voit avec leur position pour le moins ambigue sur le nucléaire civil). Il n’est ici pas question de chauvinisme, mais le jour ou la GB sera moins atlantiste que pro-US, que le nucléaire militaire ne sera plus tabou en allemagne et pays bas on en reparlera peut etre. Si nous sommes capables de mettre en place une politique étrangère et de défense commune (qui commence par des programmes de défense communs). On en est tres loin.

  4. Et j’ajouterai que la France est un des leaders dans la construction de l’europe de la défense. Allemagne, traumatisée par son histoire ; GB, Pro US… N’oublions pas au passage que la recherche d’indépendance militaire de la France est salvatrice : programme F35 qui a ruiné les industries aéronautiques européennes, pensons aux jolis porte aéronefs Italiens et Espagnols prévus pour un F35 STOVL qui ne verra certainement pas le jour ou sera hors de prix apres le retrait des Marines de cette commande… Je terminerai par cette citation de Churchill :  » La Grande Bretagne n’a ni amis ni alliés, juste des intérets. » Principe de réalité.

  5. L’arme nucléaire, de par la puissance de feu et la suprématie qu’elle offre au pays qui en est doté ainsi que les secrets de fabrications et de performances dont elle fait l’objet, ne peut tout simplement pas être partagé avec d’autre pays… 😉

  6. @ Simon : Avec des réactions comme celle ci on n’est pas prêts de se la construire notre Europe de défense. Et la coopération vous connaissez ???

    @ Jules : l’Europe de défense est un long parcours, semé de bien des embuches, notamment par les yankees et leur « machin » (copyright Charles de Gaulle) mais je reste persuadé qu’une alliance sur les politiques de dissuasion nucléaire (ou de désarmement car on ne doit fermer aucune porte dans ce domaine) doit être un des piliers pour notre avenir commun.
    Mais bon je ne suis pas objectif car je me considère plus comme européen que français.

    😀 😀 😀

  7. Le Mirage IV et ensuite le Mirage 2000 emportaient déjà le missile ASMP.

    Dans le cas présent il ne s’agit que des tests de validation du même type de missile, mais amélioré l’ASMPA.

    Le couple avion de pénétration et missile de croissière restera encore pour longtemps un élément incontournable, car très adaptable à des configurations très diverses.

Laisser un commentaire