La Bolivie s’équipe de 6 avions chinois pour la lutte contre les...

La Bolivie s’équipe de 6 avions chinois pour la lutte contre les narcotrafiquants

La Bolivie recevra en avril prochain six avions de combat légers de technologie chinoise, d’un coût global de 58 millions de dollars, dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue, a fait savoir mardi un commandant de l’armée de l’air.

Les six avions K-8 Karakorum qui sont en phase de construction devront arriver en avril, a déclaré à la presse un commandant d’une force aérienne. Celle-ci repose essentiellement sur une flotte d’appareils obsolète, datant des années 70 pour les plus anciens. Ces nouveaux avions qui ont une capacité d’intercepter des appareils qui se trouvent dans l’espace aérien bolivien sans autorisation, seront utilisés pour la lutte contre le trafic de stupéfiants.

Parallèlement aux K-8, dont l’acquisition a été décidée fin 2009, la Bolivie compte acquérir dix hélicoptères russes pour lutter contre le narcotrafic et négocie encore un crédit à cette fin. En 2010, les autorités boliviennes ont réalisé des saisies de plus de 28 tonnes de drogues, dont la grande partie a été acheminée par voie aérienne, vers le Brésil ou le Paraguay voisins.

Le Nanghang/PAC K-8 Karakorum est un avion d’entraînement à réaction chinois conçu en collaboration avec le Pakistan. Il a fait son premier vol en 1990 et, dix ans plus tard, au moins 400 exemplaires avaient été construits pour une douzaine de pays utilisateurs, principalement en Afrique et en Amérique du Sud. Le K-8 dispose de 4 points d’emports sous les ailes, pouvant recevoir chacun 250 kg de charge (bombes, missiles, roquettes, réservoirs, etc.). Il peut également recevoir un pod canon sous le fuselage.

4 COMMENTAIRES

  1. C’est une information peu rassurante pour l’Europe en général et la France en particulier. En effet la Bolivie était coutumière d’acheter des appareils de combat de seconde main auprès des pays européens dont le notre. On se souviendra notamment des Lockheed T-33 acquis de seconde main auprès de l’armée de l’air au tout début des années 80, et utilisés en Bolivie pour de l’appui rapproché et de la lutte contre les guerrilleros locaux. De même il y a trois ans ce pays avait racheté de vieilles Alouette II stockés par nos aviateurs à Chateaudun.
    Cette percée chinois est représentative d’un géant aéronautique en devenir, qui pourrait fort bien remodeler le paysage de l’aviation au XXIème siècle. Alors finie la suprématie américano-russo-européenne ?

    ❓ ❓ ❓

  2. @Arnaud
    Je ne pense pas que la Bolivie ait beaucoup de moyens financiers pour s’équiper en matériel militaire, donc exit le Rafale ou même le Mirage 2000. Les seuls avions qu’on aurait pu leur proposer, ce sont nos vieux Alfa-jet mais :
    1- On n’a rien pour les remplacer.
    2- Ils ont été probablement aussi maltraités que des autos-écoles en fin de carrière (pour ceux basés à Tour en tout cas…)
    Donc, pour la Bolivie,entre de vieux briscard usés et aux mieux disponible dans plusieurs années (le temps de trouver un remplaçant), et des avions flambant-neufs, le carcul est vite fait…

  3. On aurait pu espérer leur refiler quelques Alpha Jet et/ou Mirage F1CT stockés à Chateaudun. Plutôt qu’ils achètent des Karakorum neufs.

Laisser un commentaire