Pourquoi le F-22 n’a-t-il pas été engagé en Libye ?

Pourquoi le F-22 n’a-t-il pas été engagé en Libye ?

Le dernier né des avions militaires en service dans l’USAF, mais aussi le chasseur le plus cher actuellement en service à 412 millions pièce – a été déclaré « inapte » dans l’imposition de la zone d’exclusion au-dessus de la Libye, comme cela l’avait été pour l’Irak et l’Afghanistan.

Comment cela ce fait-il ? Surtout quand on sait que certains de ces appareils était dans le proche voisinage de la Libye à la veille de ce « conflit ». Il lève une nouvelle fois la fameuse théorie du célèbre analyste du Pentagone Chuck Spinney. Il avait décrit dans les années 80 le concept de « plans-reality mismatch » (discordance de réalité et de plans). La version du 21ème siècle de cette discordance est plus profonde aujourd’hui : pourquoi les USA payent-ils le prix fort pour acheter des armes qu’ils n’utilisent pas ?

Le F-22 est soi-disant l’avion de combat qui vole si vite et est si indétectable qu’il doit échapper à tous les radars ennemis. Mais depuis sa mise en service en 2005, il n’a jamais été engagé dans un conflit. Il n’était pas « nécessaire », ni exigé pour l’Afghanistan. Mais ses capacités d’avion furtif aurait été véritablement un atout dans la mission de faire respecter une zone d’exclusion aérienne sur la Libye.

Il faut croire que le Pentagone avait trop peur de voir un de ces bijoux abattu par les défenses aériennes de la Libye. Ce qui est un peu débile puisqu’une grande partie de cette DCA avait été bombardée, voire « nettoyée » dans le début de l’action armée. Il semble que les officiels américains aient préféré ressortir en Libye tous les avions militaires dans leur inventaire sauf le F-22. Les A-10, AC-130, AV-8B, B-1, B-2, F-15, F-16 et F-18, tous y sont allés. Alors pourquoi pas le F-22 ?

Le Général Norton Schwartz, chef de cabinet de l’Air Force, avait pourtant dit aux sénateurs le 17 mars – soit 2 jours avant que les premières bombes ne tombent sur la Libye – que le F-22 jouerait un rôle clé dans une telle action. « Il sera utile d’attendre au moins les premiers jours, mais il sera utilisé certainement. »

Les officiers de l’USAF « salivaient » presque de la perspective d’un engagement du F-22. Un pilote de chasse chevronné avait dit en privé au magazine Aviation Week que la Libye était le « scénario parfait » pour le baptême du feu du Raptor.

Mais Robert Gates aurait rapidement fermé toute discussion sur l’emploi du F-22. Apparemment, le secrétaire a oublié que l’appareil américain était conçu spécifiquement pour opérer dans l’espace aérien hostile, plein de missiles SAM et d’appareil ennemis. C’est tout simplement le premier avion de combat de cinquième génération au monde. Avec sa furtivité, sa « super croisière » et ses détecteurs avancés, le F-22 est conçu pour opérer contre les défenses aériennes en pouvant gérer de multiples cibles ou attaques.

Presque deux semaines plus tard, le gros de l’engagement américain en Libye était commencé sans les F-22. Quand il a été demandé à Gerald Hueber, le chef de cabinet de l’opération, comment cela se fait que le F-22 était absent, il a répondu directement : « Je n’ai pas la réponse… ! »

Une des raisons pourrait être que le F-22, bien que suréquipé contre les menaces aériennes, reste pauvre pour engager des cibles terrestres, même après 6 ans de service. La capacité de recherche au sol de son radar APG-77 est encore en développement. De plus, le F-22 ne peut emporter qu’au maximum huit bombes de 120 kg.

Deux semaines après avoir dit devant le Congrès que le F-22 serait utilisé certainement, N. Schwartz a réalisé une volte-face en expliquant que les F-22 basés en Europe ne seraient pas engagés à cause de la rapidité de l’opération difficile à planifier pour ces appareils. Il est bon de rappeler que des B-1 et B-2 ont opérés des missions au-dessus de la Libye… depuis leurs bases aux États-Unis.

Il y avait également 6 F-22 dans les parages – aux Émirats Arabes Unis – peu de temps avant l’action libyenne. Ils étaient sur place à partir de la fin du janvier jusqu’au début du mars. Cet escadron de F-22 a été préparé par 2 fois pour être déployer sur la Libye. Mais l’unité a été redéployée avant son utilisation

Le général en retraite Dave Deptula, un ancien pilote de chasse a expressément affirmé que ce sont les politiques qui ont volontairement gardé le F-22 sur la touche.

L’USAF avait souhaité acheter plus de F-22, mais le programme a été arrêté, par R. Gates, à 188 appareils. Pour ce dernier, en 2009, le F-22 était une sorte de « balle en argent » à utiliser dans un ou deux scénarios potentiels, spécifiquement contre une flotte aérienne ennemie extrêmement avancée. Pour lui, il n’est donc pas nécessaire de l’engager dans des conflits contre des « adolescents armés d’AK-47 », ni même d’avoir un nombre d’appareils importants en service.

En dépit d’une réduction de 70 % des quantités prévues, le prix d’acquisition a diminué seulement de 14 %. Par conséquent, le coût unitaire du F-22 Raptor a presque triplé, passant de 139 millions de $ à 412 millions $.

Donc les américains ont payé au triple de son prix estimé un avion apparemment pas prévu pour n’importe laquelle des trois guerres que les USA mènent maintenant. On peut presque espérer pour eux que le F-35 sera un meilleur achat. Comparé au F-22, il est censé être une affaire : 2457 avions pour $383 milliards, seulement $156 millions la pièce. Enfin pour le moment !

Article inspiré de : http://battleland.blogs.time.com/2011/04/17/the-strange-case-of-the-nearby-but-missing-f-22s-over-libya/

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

25 COMMENTAIRES

  1. En plus vous oubliez de rappeler que le F-22 c’est fait shooté par le Rafale dans un exercice il y a quelques mois…
    Alors la question est peut être « Est-il aussi bon qu’on le prétend ? » et les USA n’avaient-ils pas vraiment peur de s’en faire descendre un ?

  2. USA, le pays de la gonflette…
    On montre qu’on a des gros muscles, mais quand il s’agit de s’en servir, il n’y a plus personne… 😆 😆 😆

  3. Ouais en même temps vu la gueule des chasseurs de Khadafi je suis pas certain que le Raptor soit utile là bas. Même des Mirage 2000C ou des F-16A sauraient s’en tirer. La preuve les Eurofighter ne sont pas légions sur place. On peut considérer que si la France y a envoyer ses Rafale c’est surtout pour essayer de redorer le blason d’un avion de plus en plus difficile à vendre. Trop cher ??? Oh non rien n’est jamais trop cher quand c’est produit par Dassault…

    😆 😆 😆

  4. En voila un qui parle sans connaitre…
    Le prix d’un avion ne se limite pas au prix de « l’objet », mais aussi au prix de l’heure de vol (non négligeable quelque soit l’avion), et à ce petit jeux, le Rafale est bien meilleur que sont concurrent direct,le Typhoon…
    Enfin, les pays acheteurs se fichent pas mal que le constructeur s’appelle Dassault ou Tartempion, ce qui l’intéresse, c’est le rapport entre ce que va lui couter l’avion et ce que peut lui apporter le pays vendeur.

  5. Il n’y aura pas l’intention également d’éloigner leur joujou des radars de leurs alliés ?

    J’imagine bien les pays engagés essayer de capter un echo! Non ?

  6. Capter l’écho radar, pas focément, mais permettre aux autres avions (en particulier le Rafale) de capter l’émission du radar du F-22 serait catastrophique car ça permettrait aux ingénieurs de rajouter la signature de celui-ci au système SPECTRA (un peux comme pour les antivirus), et ainsi permettre au Rafale de se rendre invisible au Radar du F-22…
    Tant que la France est le seul pays utilisateur du Rafale, cette perspective ne serait pas si « catastrophique », mais si un pays ennemi des États-Unis (autrement-dit la moitié du monde) venait à en faire l’acquisition… 😛

  7. A celles (on peut toujours rêver) et ceux qui ont lu ma prose au premier degré, je tiens à dire qu’en effet je n’y connais rien en aéronautique, en aviation, et en financement des politiques de défense.

    A tous les autres, je les remercies d’avoir un minimum de sens critique, et de deuxième, troisième (voire quarante huitième) degré.

    Tout ça pour dire que c’est un blog de passionnés et non un blog géopolitique. Donc les donneurs de leçons (à deux balles) feraient mieux d’assimiler cette donne avant d’oeuvre dans le sens où ils sont si efficaces.

    Et pour terminer je réitère que l’Eurofighter est supérieur au Rafale car il est (en partie) anglais, petite private joke à l’attention de mon ami Gaëtan.

    😆 😆 😆

  8. @Arnaud
    En attendant, sous couvert d’un soit-disant « private joke », tu donnes ton opinion politique. Or, comme tu le dis, ce blog est un blogue de passionné d’aéronautique… pas de politique. 😐

  9. Il n’y a nullement de politique dans le fait de dire que je préfère actuellement les avions européens aux avions français… mais bon intelligent comme vous êtes Simon, vous allez me démontrer le contraire.

    😆 😆 😆

  10. Bien sur que non, mais je ne parlais pas de ça…

    Je parlais de la phrase « Oh non rien n’est jamais trop cher quand c’est produit par Dassault… » qui ne laisse aucun doute sur le sujet. 😐

  11. C’était une petite boutade mon cher Simon. Visiblement vous n’aimez pas l’humour, quand il n’émane pas de vous ou de vos amis. C’est bien dommage… enfin surtout pour vous.

    M’enfin si on veut le vendre à quelqu’un d’autre que la Marine ou l’Armée de l’Air, on pourrait peut être demandé à la municipalité de Corbeil-Essonne d’en acheter un ou deux…

    😆 😆 😆

  12. Nan mais déja en Irak le F22 n’a pas utilisé car ça revient moins cher d’utiliser des avions comme le F15 que d’utiliser le F22.
    Et puis l’utilisation du F22 n’est pas adéquate pour ce type de conflits; 1 points pour le Raphale qui lui est multifonction.

    • Moi à mon avis c’est :
      – qu’ils n’ont pas les moyens financiers de le mettre en opération
      – que le F-22 n’est peut-être pas si bon que cela
      – qu’il est prévu pour justement ce battre contre des pays de la coalition et pas avec eux

      Ps : @Arnaud pour le même âge le Typhoon est en maternelle quand le Rafale rentre au collège 🙂

  13. bonjour à tous
    j ‘en ai marre des débats sur le F-22 ,
    rafale , l ‘eurofigter et autres.
    ce que je voudrais savoir , c ‘est pourquoi on ne vend pas le rafale
    merci.
    cordialement 🙁

  14. Il n’y a sans doute pas que cette raison, mais l’une d’elles, c’est que le Rafale est (désolé Arnaud) le meilleur avion Européen et qu’il est l’un des seuls à pouvoir inquiéter le F-22 en combat. De plus, les Américains rêvent de devenir les seuls constructeurs d’avion (militaires et civiles…), du coups, ils n’hésitent pas à brader leurs F-16 et F-18 et pour être sur de les vendre ils disent au pays acheteur « Si vous ne l’achetez pas il ne faudra pas compter sur nous si votre voisin vous attaque »…
    Ceci-dit, nous ne parvenons pas à vendre le Rafale, mais Eurofighter et le Gripen sont dans la même situation (Le Gripen peut-être pire encore…) 😐

  15. « mais Eurofighter et le Gripen sont dans la même situation (Le Gripen peut-être pire encore…) »
    désolé Simon de vous contredire mais les deux avions ont eu des succès à l’export:
    -l’Eurofighter a eté vendu à l’export à l’Autriche
    -Le Gripen a eu plus de succès que l’Eurofighter (encore une fois, désolé de vous contredire): il a été vendu en hongrie, en république tchèque et en afrique du sud et en tailande

  16. Oui, mais si on compte le nombre de Gripen construit, on n’atteint pas encore des chiffres suffisants pour rentabiliser l’avion.
    La division aéronautique de Saab est (à moins que ça aie changé depuis) en assez mauvaise posture quand à son avenir…
    Quand à l’Eurofighter… Pour un avion conçu en partie par les soit-disant copains des Américains, une exportation, c’est pas terrible…
    Ça prouve bien que les Américains sont prêt à tout pour dominer le monde…

  17. Quelques fuites semblent accréditer que 3 B2 en provenance du Missouri ont réalisés une mission sur la Libye, ils étaient escortés par des F22.

    Cela serait possible, car les B2 servent de plate forme relais communication pour le Raptor.
    Tous deux furtifs et échappant au vues et aux sus de tous.

    Les capacités hors normes de ces deux types d’appareils les placent dans un emploi secret et pour des opérations spéciales dont l’information est difficile à obtenir.

    Rappelons aussi que le Raptor de par sa fonction, ne peut pas communiquer avec d’autres avions dans le cadre de la furtivité, et donc on ne peut l’intégrer dans une opération type OTAN.

    Donc, son emploi en l’absence de communication officielle, le doute subsiste.

  18. Ce serait domage de vous donner autant de peine gratuitement les gars,pensez a vous faire remunerer pour ce taf de vrp han;on est censé parler du f22 et vous vous nous cassez les bonbon avec un avion dont personne ne veut;aller pour la peine je vais vous en prendre un tiens;comme ca au moins la France pourra dire que le rafale a été vendu ailleurs que chez lui et surtout peut etre que vous cesserez de nous bassiner avec ca;je vous le dis moi changez de disque(et d avion de combat si vous pouvez,prenez du typhoon ca se vend bien j crois)

    • Voilà le genre de propos que l’on entends qu’en France. Franchement je suis pas fan des américains sur bien des points, mais au moins ils savent faire preuve de respect envers leur armée et d’avoir un minimum de patriotisme. La critique facile et le négativisme sont bien français !

  19. […] Comme chaque mois, les visiteurs du site http://www.avionslegendaires et les lecteurs de ce blog ont pu exprimer leur opinion sur un sujet d’actualités en rapport avec l’aéronautique militaire bien évidemment. Ainsi vous pouviez, durant le mois de mai, donner votre avis sur le non engagement de chasseur furtif américain Lockheed F-22 dans la campagne qui se déroule toujours en Libye. Ce sondage vient en complément de cet article publié en avril. […]

Laisser un commentaire