L’armée de l’air va commander 14 ravitailleurs A330MRTT

[Airbus] L’armée de l’air va commander 14 ravitailleurs A330MRTT

Source Challenges.fr :

L’armée de l’air l’attendait, le ministre de la Défense Gérard Longuet va le faire. Selon nos informations, le ministère de la Défense prévoit de passer commande de quatorze ravitailleurs A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) à Airbus Military : la première commande est prévue en 2013, pour une première livraison en 2017.

Les détails financiers de cette acquisition ne sont pas encore connus, mais sur la base d’un prix unitaire de 240 millions de dollars l’unité (175 millions d’euros) – l’ordre de grandeur si l’on se réfère aux commandes australienne ou britannique de ce même avion -le montant de la commande serait d’environ 2,4 milliards d’euros.

Remplacer les vieux C-135 de l’armée française

Dire que cette commande était attendue relève de l’euphémisme. Ces appareils remplaceront les vieux C-135FR de l’armée française, dont le conflit libyen a montré les limites : malgré l’excellent travail du groupe de ravitaillement en vol 02.091, basé à Istres, les chasseurs français avaient dû avoir recours à des ravitaillements par les appareils américains, vu le faible nombre de ravitailleurs français disponibles, entre ceux cloués au sol pour maintenance et ceux détachés sur d’autres théâtres, notamment l’Afghanistan.

La seule maintenance des appareils est estimée à 60 millions d’euros par an par l’armée de l’air. « Nous sommes faibles dans le domaine du ravitaillement en vol, où nos avions sont très anciens , reconnaissait l’amiral Guillaud, chef d’état-major des armées, lors de l’Université de la défense le 6 septembre à Rennes. Nous attendons avec impatience la version européenne livrée de l’autre côté de la Manche. » Une allusion claire aux A330 MRTT commandés par le Royaume-Uni…

Un avion similaire à celui qu’EADS avait proposé à l’armée américaine

L’A330 MRTT, dont 28 exemplaires ont déjà été commandés par quatre clients (Australie, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis et Royaume-Uni), est un ravitailleur d’une capacité totale de 111 tonnes de carburant, qui peut également se transformer en avion de transport (300 soldats ou 45 tonnes de fret). C’est l’appareil qui avait servi de base à l’offre d’EADS pour le contrat geant des ravitailleurs américains (179 avions, plus de 30 milliards de dollars), finalement remporté par Boeing le 24 février dernier.

Ce mercredi après-midi, le ministère de la Défense a démenti avoir fait son choix entre Airbus et Boeing. « On est dans les travaux relatifs au lancement de la procédure de commande, préalable à l’appel d’offre » a fait savoir à l’AFP, une source autorisée. Challenges maintient néanmoins ses informations.

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

CONTENUS SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire