Déprime collective dans les vallées suisses

[Axalp 2011] Déprime collective dans les vallées suisses

Comme de nombreux passionnés venant des 4 coins de l’Europe, je me suis retrouvé en plan à l’arrivé à mon hôtel à Brienz mardi soir. En effet, comme beaucoup, j’avais prévu de me lever à 5h du matin pour monter tôt à 2200m d’altitude et assister aux démonstrations ariennes d’Axalp. Donc il fallait bien partir la veille, évidemment

Arrivés sur place, on a eu juste droit à ce communiqué :

En raison de l’engagement possible de l’Armée suite aux intempéries qui touche une partie de la Suisse, le commandement de l’Armée, en accord avec le chef du DDPS, a décidé de renoncer à l’organisation de l’exercice de tir à Axalp dans l’Oberland bernois. Et ce, les deux jours prévus, soit mercredi et jeudi. Le plus important est, en cas de nouvelles précipitations ou de glissements de terrain, de pouvoir engager les moyens des Forces aériennes au profit de la population.

L’annonce tardive de l’annulation du Fliegerschiessen tant attendu a été un coup dur pour plusieurs milliers de spotters et autres amoureux de l’aviation militaire déjà sur place mardi soir. C’était la « soupe à la grimace » dans les rues de Brienz.

Pour ma part, je me suis bien rattrapé puisque mardi matin, en se rendant à la base aérienne de Meiringen (comme 2à 300 spotters), on a pu assister à de nombreux atterrissages et décollages des appareils de l’armée suisse : F/A-18 Hornet, F-5 Tiger II, Pilatus PC-21 et PC-6, ainsi que le balai des hélicos (EC635 et Super Puma) redescendant le matériel des sommets, là ou devait se tenir la manifestation. Je vous proposerais dans la journée de belles photos prises le matin avec une belle lumière.

MAJ : Vous pouvez déjà consulter les photos que nous avons prises hier matin sur la galerie Flickr d’avionlegendaires

Du coup, sur le retour, nous avons décidé de faire un crochet par le Musée de l’aviation militaire suisse à Dübendorf. Là aussi, j’en profiterais pour en parler amplement dans un reportage. Un joli musée où les appareils de la force aérienne suisse sont bien mis en valeur.

Enfin avant de repartir définitivement, nous avons fait un peu de spotting en bout de piste de l’aéroport de Zurich, afin de faire quelques clichés des appareils en approche.

Voilà, je suis rentré un jour plus tôt (je devais y être les 2  jours de meeting), un peu frustré. Mais bon, j’ai eu ma dose d’aviation tout de même. Et, je retrouverais l’année prochaine mes confrères suisses, polonais, hongrois ou hollandais avec qui nous avons partagés notre moment de déprime mardi soir.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire