Pas de Rafale en Suisse, le gouvernement choisit la médiocrité avec...

[Actu] Pas de Rafale en Suisse, le gouvernement choisit la médiocrité avec le Gripen

Je vous laisse découvrir l’information extraite d’une dépêche AFP, il y a quelques minutes (ci-dessous). Je suis dégoutté, tout comme de nombreux passionnés d’aviation suisses (qui attendaient majoritairement le Typhoon), comme les pilotes eux-mêmes (dont la préférence allait au Rafale). Tant pis, pour eux, ils devront se taper une vulgaire version moderne du F-5 Tiger… Il suffit de lire ceci pour se rendre compte que c’est un choix conscient :

Avec ce choix, le Conseil fédéral « a sciemment décidé de ne pas positionner la Suisse au plus haut niveau européen s’agissant des performances des nouveaux avions de combat ».

C’est Saab qui sauvent sa peau par contre ! Dassault lui devra attendre le mois prochain pour le résultat en Inde… Quitte à choisir vaut mieux l’Inde (126 chasseurs) que la Suisse (22 avions)…

Le,contenu de la dépêche AFP d’aujourd’hui à 17h00

Le gouvernement suisse a décidé d’acheter 22 avions de combat Gripen au groupe suédois Saab, pour remplacer ses F5 Tiger obsolètes, selon un communiqué officiel publié mercredi.

La Suisse a préféré cet avion pour des raisons financières au Rafale du français Dassault et à l’Eurofighter du groupe EADS, également en lice pour ce contrat de plusieurs milliards de francs suisses.

La Suisse a « soumis les trois candidats à une évaluation poussée qui s’est étendue sur plusieurs années », indique le communiqué, soulignant « les arguments financiers ont joué un rôle déterminant dans le choix du type d’avion ».

« Le Conseil fédéral (gouvernement) a décidé d’acquérir 22 avions de combat du type Saab Gripen pour remplacer les F-5 Tiger obsolètes, il est prévu de proposer cette acquisition au Parlement dans le cadre du programme d?armement 2012 », indique le communiqué officiel.

Lors de sa dernière session, le Parlement suisse avait chargé le Conseil fédéral de lancer la procédure d’acquisition des nouveaux avions de combat avant la fin de l’année.

Trois candidats étaient en lice pour devenir le nouvel avion de combat de la Suisse: le Rafale de l’entreprise française Dassault, l’Eurofighter du consortium européen EADS/Cassidian et le Gripen de l’entreprise suédoise Saab.

« Le Gripen est sensiblement plus avantageux que les deux autres offres, non seulement à l’acquisition mais aussi en ce qui concerne les coûts d’entretien. Cette décision permet d’acquérir un avion performant sans compromettre d’autres domaines de l’armée ni leurs équipements indispensables », indique le communiqué.

Avec ce choix, le Conseil fédéral « a sciemment décidé de ne pas positionner la Suisse au plus haut niveau européen s’agissant des performances des nouveaux avions de combat ».

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

14 COMMENTAIRES

  1. En plus, le gouvernement français n’arrête pas depuis des mois de casser du dos sur le sucre des suisses (notamment au G20) au sujet des paradis fiscaux…
    Ce choix est clairement financier, et financier à deux niveaux.
    C’est la réponse su berger à la bergère : on insulte pas un client potentiel.

  2. en même temps ça leur aurait servi à quoi d’avoir des rafales ? Même pendant les deux guerres mondiales, le pays n’a pas eu besoin d’utiliser son armée. Le grippen est de loin le meilleur choix pour un pays comme la Suisse. Il était d’ailleurs prévu, il y a une dizaine d’années que Saab récolte ce genre de contrats. C’est le rafale qui ne joue pas dans sa catégorie pour le coup. On était censé équiper les meilleurs forces armées alliées avec le rafale. Sauf que ni la Pologne, ni la Corée, et probablement demain le Brésil et l’Inde n’en ont pas voulu.

    Et moi j’étais de ceux qui se sont tirés les cheveux lors de la fin de la production du 2000. Un chasseur bien plus vendu dans le monde et bien plus rentable. Il est clair que des versions équivalentes au 2000-9 se seraient vendus ces 10 dernières années. Surtout à des pays possédant déjà l’avion. Comme le Brésil qui lui aurait permit de faire des économies de couts d’entretien.

  3. Je ne pense pas que l’arrogance et l’agressivité exprimée entre autre lors du sommet du G20 par la France contre notre pays aient pesé lourd dans une décision de cette importance.
    L’aspect financier y a joué par contre un grand rôle vu que le crédit de 5 milliards alloué par le parlement suisse à l’armée ne concerne pas seulement le remplacement de la flotte des F5 Tiger, mais les forces militaires dans leur ensemble. La respectée société suisse des officiers a d’ailleurs salué le choix du conseil fédéral. Une défense crédible et efficace est un tout et les forces aériennes n’en sont qu’une partie, certe importante. Je salue ce choix de raison et pense que le Grippen est l’avion qu’il nous faut. Par contre, si l’attitude de la France (voir la première phrase) n’a certainement pas beaucoup influencé les autorités suisses qui sont certainement au-dessus de ces bavardages dans leur choix, le gouvernement français et l’entreprise Dassault ont intérêt à se montrer plus respectueux avec des pays que je qualifierais de plus sensible…
    Pour finir, je reste persuadé que l’arrêt de la chaîne de montage des Mirages 2000 fut une grave erreur stratégique. Mais on est toujours plus malin aprés.
    Bonne chance pour le contrat indien.

  4. Cela etant autant ne pas acheter d’avion car il n’est vraiment pas TOP, c’est idiot comme choix sachant que maintenant Allemands et Français vont pouvoir attaquer les banques Suisses et cela fera plus de 3 milliards de francs de retour dans ces pays…..

  5. Je parfaitement d’accord avec vos remarques ces juste bien dommage pour les pilotes suisses, et les nombreux amateurs d’aviation en Suisse (et ils sont bien plus nombreux qu’en France) 🙁

    J’aime bien la remarque de chapps, Chiche ! 😀

    PS : arrêtez de mettre 2 P à Gripen, c’est déjà assez exaspérant comme nom 😉

  6. Ouais qu’on mettre les Suisses sur le grill ! 😀

    La Pologne a choisi le F-16, tout comme le Maroc d’ailleurs, sauf, qu’à l’instar du Gripen, ils ne jouent pas dans la même cour. En plus, acheter US permet de profiter des bonnes auspices d’outre-atlantique. Alors quand on cherche à s’éloigner du parrainage de l’héritière de l’Union Soviétique, autant se tourner vers le plus fort, soit les States.

    Pour la Corée, c’est similaire. Acheter US, c’est raffermir le lien vers le grand frère protecteur, qui au passage, peut réduire sa présence en cas de non choix de ses produits.

  7. « Je ne pense pas que l’arrogance et l’agressivité exprimée entre autre lors du sommet du G20 par la France contre notre pays aient pesé lourd dans une décision de cette importance. »

    Non, c’est certain mais je suis sûr que quelqu’un a bien osé un :
     » Ils sont très chers et en plus ils s’essuient les pieds sur notre gueule dans les sommets internationaux… »
    Comme on dit, c’est la petite goutte qui fait basculer le vase. Et comme en plus, ils avaient besoin d’un chasseur léger… La messe était dite.

    Ensuite il apparait évident que les arguties techniques et les expérimentations sont du pipeau dans toutes les compétitions internationales. Elles ne servent qu’à masquer le critère de choix réel et regarder les compétiteurs s’écharper à faire baisser les prix. C’est de bonne guerre.

    Sur Rafale néanmoins, il y a une grosse faiblesse : il met en œuvre de l’armement français (sauf les kits paveway) et on a pas assuré la compatibilité avec certains matériels US comme par exemple la nacelle Sniper ou l’AIM-120C ou AIM-9… Le client doit donc aussi changer toute sa quincaillerie de consommables. Le prix c’est une chose, mais il y a aussi des erreurs tactiques importantes de la part de l’avionneur.

  8. Je vis en Suisse et suis double national suisse-suédois. J’ai donc suivie de très prés le choix de l’achat de nouveaux avions de combats et je ne peux que me réjouir du choix qu’a fait le conseil fédérale (gouvernement suisse).

    Contrairement à ce qui est très régulièrement écrit par des journalistes ou dit par des politiciens opposés au Grippen, le petit Saab n’est pas un avion au rabais ou du bon marché suédois. C’est un avion petit, simple et efficace dont les dernières versions sont issu d’un long développement. Ces deux premières qualités induise un coût d’achat inférieur, mais également un coût d’exploitation et d’entretient nettement inférieur. Ceci notamment par le fait d’utiliser un seul turboréacteur.

    Il est intéressant de rappeler ici que l’armée suisse n’ont pas besoin d’un avion d’attaque. La mission des force aérienne de cette petite nation se résume à être « la police du ciel » et assurer la défense de l’espace aérien lors d’un éventuelle conflit armée. Nous n’avons, donc pas besoin d’un chasseur mais plutôt d’un bon appareil d’interception tel que le Grippen.

    Il est vrai que le Grippen ne joue pas dans la même coure que ces deux concurrents, mais si nous avion voulu le meilleurs le choix se serai porté su un FA-18 Hornet voir un F-16 comme en 1988 lors de notre dernière achat. (pour rappel le FA-18 Hornet a aussi fait partie des candidat).

    Il est, également, naturelle que le choix de cette avion soit critiqué par les pilotes militaire. Comparons les un instant à des policiers qui patouille dans les rue d’une ville avec une Lambourgini diablo et que ces dernière vienne à être remplacées par des mini cooper S. Bien que la Mini est un véhicules plus approprié à la ville, ils seront déçu de quitter leur superbe jouet pour un outil de travail approprié.

    Il y a encore une chose à préciser pour ceux qui ne connaisse pas la politique suisse. Chez nous le peuple à trés souvent le dernier mot. Il y a de forte chance pour que cette achat doive decevoir l’approbation du peuple par votation populaire. .

  9. à chapps et Gaga : vous pensez vraiment qu’avec de pareils propos nous allons améliorer notre image d’opportunistes, rêleurs et autres fainéants ?
    Et : « tu n’as pas acheté mon bel avion tout beau, tout cher, alors maintenant je peux de nouveau montrer mon vrai visage… » ! Non mais, où va-t’on ?! On ne leur achète pas non plus leurs fromages exempts d’hormones et d’antibiotiques ! Les p’tits suisses se sont décidés pour un p’tit avion, (qui probablement ne tirera jamais un seul missile en cas réel !), c’est leur choix, non !
    D’ailleurs comme l’écrit si bien Léo, c’est encore le peuple qui aura le dernier mot ! ça, c’est ce que j’appelle de la démocratie ! Et pas du chantage et autre profiteurisme de nos dirigeants qui sont incapables de gérer le pays et ses ressources et pour renflouer les caisses vont « attaquer » un pays désormais à leur merci, vu que non protégé par le seul avion valable au monde : le Rafale ! .. 😉
    (ceci dit, j’aurais volontiers donné la possibilité aux flics hélvétiques de poursuivre les délinquents Lyonnais dans des Lamborghini, tous feux tournants ! :-))

  10. Entièrement d’accord avec toi, Mirage. N’oublions pas non plus que la Suède est également européenne. De toutes façons, je doute que les différents bancaires aient joué un vrai rôle dans la décision. Les propos de Sarkozy au G20 sont purement électoralistes et ça se sait. Il refuse l’accord proposé par la Suisse (et accepté par l’Allemagne) car en plus il souhaiterait « punir les fraudeurs ». Comme ce sont très probablement ses amis politiques, je me permets de douter de sa sincérité…
    Ceci dit, le domaine bancaire n’est pas le seul point de ressentiment suisse face à la France actuelle. Les otages suisses en Lybie sont probablement passés inaperçus dans l’Hexagone mais l’attitude d’un gouvernement prétendu « ami » dans cette affaire n’a pas été très appréciée
    http://www.tdg.ch/actu/monde/bernard-kouchner-accuse-suisse-prendre-libyens-otages-2010-02-17
    A l’époque Kadhafi était un potentiel client du Rafale. On sait comment ils ont été livrés par la suite… 😀

Laisser un commentaire