L’Inde fournira au Brésil les données sur la sélection du contrat...

[Rafale] L’Inde fournira au Brésil les données sur la sélection du contrat MMRCA

Dans le cadre d’un accord bilatéral assez inhabituel, l’Inde a accepté de partager avec le Brésil une partie de son expérience acquise dand le cadre de l’évaluation qui a permis de sélectionner l’avion de combat français dans le cadre du contrat MMRCA. Le Brésil est toujours dans son processus (interminable) de sélection d’un avion de chasse destiné à remplacer les vieux Mirage 2000 de son armée de l’air .

L’Inde s’est donc dit prête à fournir une partie de sa documentation au cours d’une rencontre entre ministre de la défense indien et son homologue brésilien.

« Le Brésil est dans un processus d’achat d’un avion de chasse . Les indiens ont déjà atteint le dernier stade de leur sélection d’un avion de combat pour la force aérienne. Ils ont promis de nous donner des documents sur leur propre processus de sélection, car les règles de base de l’appel d’offres sont comparables aux nôtres » à précisé le ministre brésilien Amorim.

Celso Amorim, a poursuivi en indiquant que le Brésil était désireux d’apprendre du processus de l’Inde qui lui a permis de sélectionner l’avion de combat français Rafale. Ce contrat MMRCA représente tout de même, 10 milliards de dollars du contrat et est l’un des plus gros appel d’offres militaire du moment dans le monde.

Le Brésil cherche toujours à acheter 36 nouveaux avions de chasse pour son armée de l’air. Mais l’appel d’offres laisse la porte ouverte à la possibilité d’augmenter le nombre d’appareils acquis jusqu’à 120. Pour le moment, le processus est en stand-by au Brésil, alors que le contrat avait été proclamé gagnant pour le Rafale, il y a plusieurs mois, par le président Sarkosy.

L’appel d’offres pourrait s’élever également à plusieurs milliards de dollars, bien que l’estimation initiale était juste de 2,2 milliards $. Pour rappel, le Brésil a déjà fait une pré-sélection de trois aviosn : le Rafale, le F-18 Hornet et le Gripen NG.

« Partout où c’est possible, nous devrions toujours chercher à partager de l’expérience acquise, bien sûr, tout en respectant la confidentialité, » a déclaré M. Amorim. «Le partage de l’expérience ne veut pas dire que nous suivrons la même décision, » a-t-il rajouté.

Le ministre a également déclaré que les brésiliens seraient intéressés par une collaboration sur la construction du chasseur de cinquième génération T-50 PAK-FA en collaboration avec la Russie .

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

8 COMMENTAIRES

  1. Si c’est pas pour ça, je comprendrai rien aux brésiliens ? Sachant que ça leurs économisera du temps et de l’argent.
    Ensuite le « scandale » suisse du Grippen doit aussi les faire réfléchir dans leur choix.
    Enfin pour le T-50, ils ont encore le temps mais ça pourrait faire balancer la quantité finale de la commande dans le mauvais sens.
    Cordialement.

  2. Y a t-il eu un précédent ?

    Encore une affaire à suivre, cela fait beaucoup de choses en même temps pour notre Rafale, mais bon on va pas se plaindre, non? 🙂

  3. Le Rafale serait sans doute le meilleur choix pour le Brésil. Il est plus moderne que le F-18 et le Gripen NG n’est, à ma connaissane, pas navalisé (peut-être même n’est-il tout simplement pas navalisable). Or, la France a revendu au Brésil le porte-avion Foch (pour pas très cher, d’ailleurs), la compatibilité avec des avions français serait donc moins contraignante.

  4. bonjour Romuald
    Après avoir visionné la vidéo du foch et du rafale , j ‘ai trouvé cela excellent , cela fait chaud au coeur de revoir le porte avion foch en activité .
    Tous mes remerciement .
    manuel 🙂

  5. Pour ce qui est de la navalisation du Gripen, il semblerait que des études soient menées pour y aboutir. Cependant, on ignore encore si ces recherches s’avéreront fructueuses.

Laisser un commentaire