La médiocrité du Gripen enfin dévoilée par la presse suisse

[Suisse] La médiocrité du Gripen enfin dévoilée par la presse suisse

Alors que je soulignais la médiocrité de l’appareil suédois le jour même de l’annonce du choix du Gripen par la Suisse pour le renouvellement de sa flotte de F-5 Tiger II, hier toute la presse suisse est venue confirmé cet avis. En effet, selon deux rapports d’évaluation de l’armée de l’air suisse, l’avion de combat suédois n’a jamais atteint « le seuil minimal de capacités attendues » pour mener à bien sa mission de police aérienne.

Si je ne m’étais jamais caché de cet avis, alors personnel, désormais tout le monde peut le lire ouvertement sur internet (en anglais), Et aussi grâce au quotidien suisse Le Matin qui publie un document de grande valeur daté de novembre 2009 et émanant des Forces aériennes suisses.

On peut lire ainsi :

« Contre toute attente, c’est justement pour cette mission de police du ciel que le score du Gripen  est le plus mauvais. Il n’a atteint que 5,33 points sur 10, soit bien au-dessous de la limite minimale de 6,0 décidée au début du processus d’évaluation. L’Eurofighter atteint 6,48 et le Rafale 6,98. La note du Gripen s’explique notamment par un temps de réaction pour le décollage d’urgence trop lent («Quick Reaction Alert»: score 4,7), des performances de vol insuffisantes (5,5) et une endurance largement insuffisante (3,8). Pour tous ces domaines, la note minimale de 6,0 avait été fixée en fonction des capacités des F/A-18 helvétiques opérés actuellement.

En clair: le nouvel avion dont la Suisse compte s’équiper à partir de 2016 pour 3,1 milliards de francs, et qui doit rester en service jusqu’en 2035 au moins, sera moins performant que le F/A-18, entré en service en 1997 et régulièrement mis à jour. (…)

Pour les missions de défense contre avion (DCA) ainsi que celles d’attaque au sol, les capacités du Gripen choisi par le Conseil fédéral ont là encore été jugées insuffisantes, avec des scores de 5,68 et 5,62. «La probabilité que le Gripen  se révèle incapable de mener à bien des missions de DCA est significative, indiquent les évaluateurs des Forces aériennes suisses. Et l’efficacité globale du Gripen MS21 reste insuffisante pour remporter la supériorité aérienne lors des menaces futures, au-delà de 2015. »

On est ainsi très loin des déclarations, du 30 novembre 2011, quand le ministre suisse de la Défense, Ueli Maurer, avait assuré que l’avion suédois satisfaisait aux exigences militaires helvètes. D’ailleurs suite à une lettre anonyme, une enquête a été ouverte sur l’attribution de ce marché.

« On a l’impression qu’Ueli Maurer veut nous balader. Il nous propose d’acheter une 2 CV au prix d’une Porsche » a commenté l’élu écologiste Luc Recordon.

La Tribune y va également de sa diatribe anti-Gripen :

Dans tous les autres domaines (combat air-air, reconnaissance et bombardement), le Rafale arrive toujours en tête. Ce qui lui donnait un avantage indéniable pour gagner l’appel d’offre suisse puisque l’efficacité opérationnelle comptait pour 60 % de la décision de Berne. L’aptitude opérationnelle (support et maintenance, aptitude des pilotes à maîtriser le système d’arme et compatibilité avec les infrastructures suisses) comptaient pour 15 %. Enfin, la coopération avec l’industrie suisse et les partenariats militaires étaient évalués à hauteur de 25 %. La Suisse avait également rajouté un critère politique ainsi que les risques et la tenue du calendrier.

Depuis le début le Rafale est le favori des aviateurs suisses, mais ce que l’on ne pouvait pas prouver c’est que le Gripen était jugé aussi mauvais… Ainsi, selon la presse suisse, il est question « d’écoeurement » chez Armassuisse, la structure qui avait été chargée des évaluations des trois avions concurrents. Des responsables ont manifesté leur impatience d’aller s’expliquer devant les parlementaires.

On n’est pas encore à l’annulation de cette décision, mais le Gripen vient de prendre une belle volée de plomb. Pour rappel, il y a deux semaines Dassault-Aviation a contre-attaqué, en proposant 18 Rafale pour une somme inférieure au 22 Gripen, pour répondre aux mêmes conditions opérationnelles et ainsi contrer la question du prix qui a été finalement plus déterminante que prévu dans ce choix contesté. Alors, de là à espérer que le chasseur français finisse par revenir dans la course, il n’y plus qu’un pas…

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

9 COMMENTAIRES

  1. Cela fait toujours plaisir de ce voir confirmer une intuition non?
    Il doit y avoir une affaire de gros sous la dessous, mais il faut faire comme Charles maintenant, il faut attendre. 😆 😆 😆 et espérer une autre bonne nouvel pour le Rafale.

  2. bonjour
    tous ses critère police du ciel sont très important en cas d’ intrusion d ‘avions avec de mauvaises intention il faut réagir très vite , cela peu être capital , si en plus cet avion a de grave lacune dans beaucoup de domaine ceux qui ont dénoncé cela on eut raison ne serait ce que pour leur Pays .
    on ne peu plus rester neutre se temps est révolu .
    il fallait acheter le Rafale comme la Suisse l ‘a fait avec les Mirages III Dassault aviation , ils avaient une grande confiance avec ces appareils .
    je ne comprend pas cette attitude . ❗
    amicalement .
    manuel

  3. Ce qui est quand même sidérant, c’est que le MinDef suisse, Ueli Maurer, face à ce déballage fort compromettant pour lui – n’a-t-il pas menti en défendant le projet suédois ? – renvoie la balle dans le camp de Dassault, en incitant le constructeur français à émettre une « proposition vraiment concrète »…
    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRWEA169220120214

    Vraiment concrète ??

    Il a menti, et il ose encore imposer des conditions ?
    Non seulement il devrait être dégagé par une commission d’enquête – je ne connais pas le fonctionnement des institutions helvétiques en fait – mais en prime, le choix du Rafale ne devrait souffrir d’aucune contestation désormais !! d’autant que Dassault a déjà fait un effort financier.
    Raus le Gripen ! 😡

    En tout cas, résumons : le Rafale est en bonne voie en Inde, revient en force au Brésil, aux Emirats; ces ventes pouvant éventuellement inciter d’autres nations à l’acquérir.
    Jusqu’aux voisins britanniques, pourquoi pas ? 😀

  4. Il y avait un commentaire récemment sur un autre article concernant le problème suisse et l’offre de Dassault oú cela sentait la barbouze !
    Alors peut-être les babouzes y sont de la partie certe, et je connais pas les carcans de la politique helvétique mais là, ça sent vraiment très fort les valises suédoises !!! Non ?
    Tout ce que je vois au final, c’est que le Rafale risque que fort le 3/3 finalement !!!

  5. bonjour à tous
    est ce que les suisses ont acheté définitivement les gripens ou peuvent t ‘il revenir sur leurs décision en achetant les rafales .
    c ‘est tous simplement une question que je pose .
    merci .
    manuel

  6. Au fait, le Rafale est plus grand que le Grippen va-t-il passer sur les routes suisses ? 😉
    Ca, Dassault n’a pas dû le prévoir 😆 😆 😆
    Enfin, j’ai entendu une info selon laquelle les anglais et les français seraient entrain de mettre au point un avion sans pilote ???
    Avez-vous plus de renseignements ?
    Cordialement.

Laisser un commentaire