Un P-40 de la RAF découvert dans le désert égyptien

[Insolite] Un P-40 de la RAF découvert dans le désert égyptien

Un travailleur polonais du secteur pétrolier, lors d’une mission d’exploration minière, est récemment tombé par hasard sur l’épave d’un avion de chasse britannique disparu en pleine Seconde Guerre mondiale, en juin 1942. Le Curtiss P-40 Kittyhawk est resté dans le désert du Sahara pendant les 70 dernières années et s’est conservé admirablement au milieu des roches et des sables de l’ouest de l’Egypte..

L’appareil de la Royal Air Force (RAF), qui a manifestement effectué un atterrissage d’urgence «impeccable», est «pratiquement intact, et dans un état de conservation étonnant», selon le capitaine Paul Collins, attaché militaire de l’ambassade britannique au Caire. Des recherches doivent désormais être entreprises pour tenter de retrouver le corps du pilote, le Sergent Dennis Copping âgé de 24 ans, qui a vraisemblablement trouvé la mort en cherchant en vain de l’aide dans cette région inhabitée.

Les choses étaient difficiles pour les Alliés se battant en Afrique du Nord en juin 1942. La première bataille d’El Alamein – qui a vu la huitième armée britannique repousser avec succès les divisions blindées allemandes et italiennes  se dirigeaient vers le bastion alliés d’Alexandrie.

Lorsque notre archéologue amateur, Jakub Perka, a découvert l’appareil lors d’une expédition d’exploration pétrolière la semaine dernière, la plupart de ses jauges étaient intacts. Il y avait aussi toutes les armes de bord et un magazine complet de munitions, que l’armée égyptienne a recueillies avant que celles-ci soient récupérée. Le fuselage portait les marques de perforation des mitrailleuses ennemies.

Vous pouvez consultez les autres photos sur le site du Telegraph

Maintenant que la découverte a été rendue publique, les fonctionnaires du ministère de défense britanniques se bousculent pour rapatrier la carcasse bien conservée hors d’Egypte.

Historien militaire et la vétéran de la RAF, Andy Saunders a déclaré au Telegraph que la trouvaille était en fait extrêmement rare, et l’a comparé à la découverte de la tombe du roi Tut par Howard Carter et George Herbert en 1922.

« Cet avion est resté à l’endroit même où il s’est écrasé il y a 70 ans. Il n’a pas été caché ou enfoui dans le sable, il était juste posé là. Il s’agit d’une capsule de temps assez incroyable, l’équivalent de l’aviation de la tombe de Toutankhamon. Il est à des centaines de kilométres de n’importe où et il n’y a aucune raison que quelqu’un viennet en ce lieu. »

Le P-40, surnommé le Warhawk par les forces américaines et Tomahawk ou Kittyhawk par les nations du Commonwealth, a été l’un des avions de chasse américains les plus fabriqués durant la guerre, derrière le North American P-51 Mustang et le Republic P-47 Thunderbolt . La production par Curtiss-Wright Buffalo a cessé en novembre 1944, après que ses usines aient sorti 13,738 avions. Le P-40 a rendu service dans le monde entier, dans les forces aériennes américaines, britanniques, australiennes, néo-zélandaises, australiennes, sud-africaines  et turques. Mais c’est avec les Flying Tigers, le fameux contingent américain du Colonel Chennault en Chine, qu’il reste souvent associé.

En général, les pilotes avaient une relation contrastée avec le P-40. Ses performances le rendaient un peu lourdaud en comparaison de ses homologues ennemis, mais il y avait un long rayon d’action et n’était pas cher à produire. Comme le Hurricane anglais, il pouvait encaisser un grand nombre de balles et ramener son pilote à la base. Pour la plupart, il a été considéré comme un « deuxième meilleur choix. »

Malheureusement pour Copping, son Kittyhawk a du être un peu trop endommagé pour le ramener à la maison. Son parachute était déroulé et drapé sur le côté de l’avion, parce qu’il vivait probablement en dessous. La batterie de l’avion et la radio avaient également été enlevées et mis en place à côté de l’avion.

Les restes du pilote n’ont pas été retrouvés près de l’avion, ou n’importe où ailleurs. Il est toujours officiellement MIA : Missing in Action.

Photos (c) Telegraph

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

3 COMMENTAIRES

  1. C’est dingue on dirait qu’il c’est écrasé hier….l’état de conservation est ahurissant. Le pilote a dû souffrir comme jamais en attendant vainement les secours 😥 .
    Un pote qui fait des rallyes dans le sable des batailles de Rommel etc.. m’a confirmé qu’il y avait plein d’épaves en bon état, char, véhicule, canon etc… mines aussi, le désert conserve bien.

  2. Ca fait penser aux épaves de la bataille de Midway.
    Mais ici l’état de conservation est bluffante comme quoi de l’air sec conserve bien par contre ce qui m’étonne, c’est que le soleil où même les tempêtes de sable ne l’ont pas détèrioré(le par-brise a l’air en bon état).
    Serait-il possible qu’il ait été ensablé et resorti avec les vents ???

Laisser un commentaire