Un parapentiste intercepté par un Mirage 2000

[Insolite] Un parapentiste intercepté par un Mirage 2000

Le survol d’une centrale nucléaire est désormais mission impossible !

En tout cas un parapentiste qui par mégarde s’est aventuré vendredi matin au dessus de la centrale de Sain-Alban avec son engin à moteur a été arrêté net dans son entreprise. Il a été intercepté par un Mirage 2000 de l’Armée de l’air ! Le parapentiste qui s’est approché de la zone d’interdiction temporaire qui protège l’espace aérien de la centrale nucléaire iséroise de Saint Alban n’a pas du en revenir en voyant deux engins de l’Armée de l’Air qui l’ont pris en chasse.

Le parapente survolait par mégarde un site nucléaire, un Mirage l’intercepte L’hélicoptère et le Mirage 2000 qui ont décollé pour l’arrêter alors qu’il entrait dans la zone interdite, d’un rayon de 5000 mètres autour de la centrale, ont été alertés par des gendarmes d’une brigade motocycliste.

Des gendarmes qui ont d’ailleurs interpellé le parapentiste à son atterrissage à l’aérodrome de Reventin-Vaugris d’où il avait décollé. Ils l’ont auditionné. Le pilote ne s’est revendiqué d’aucune mouvance anti-nucléaire. Un rappel à la loi lui a été fait.

7 COMMENTAIRES

  1. Vous croyez pas que c’est de la com ? Il a décollé d’où le mirage ? Ca va vite un mirage mais quand même. La base aérienne la plus proche est à combien de km ? Il me semble que les avions sont toujours par binôme. Le parapentiste n’est-il pas un pompiers soumis au droit de réserve ? Ne serait-ce pas un plan de com à l’attention des apprentis terroristes qui pourraient organiser facilement un attentat ?

    Qu’en pensez vous, vous qui êtes amateurs d’avions légendaires?

  2. Nicopouy :
    Je ne suis pas du genre à prendre parti, mais quand j’entend des co**eries sur le nucléaire, je m’insurge ; une centrale nucléaire me nourrit, et je ne suis pas le seul. Survoler le bâtiment réacteur (seule partie nucléaire stricto sensu d’une centrale) avec un paramoteur ne donnera jamais d’idée à des terroristes. Pourquoi ? Parce qu’un bâtiment réacteur est enveloppé de plusieurs mètres de béton tellement armé que, selon les dires de personnes ayant assisté à la construction, on se demande où passe le béton. A moins que ton terroriste ait accroché une bombe de 10 tonnes à son ULM, ou peut-être qu’il ait chourré un B-52 pour la larguer, il lui sera impossible de faire la moindre égratignure à la centrale.

  3. Je me pose simplement la question suivante :
    Est-ce une opération de com des instances pour d’éventuels terroristes apprentis « Attention à vous, si vous décidez de vous approcher d’une centrale vous aurez à faire à l’armée de l’air ».

    C’est quand même drôle que l’on est vécu une telle opération quelques jours à peine après celle réussie de Greenpeace.

Laisser un commentaire