Les marins britanniques arrivent en force sur la Tamise

[JO 2012] Les marins britanniques arrivent en force sur la Tamise

Vendredi dernier, le 4 mai, le porte-aéronefs HMS Ocean, l’un des fleurons de la Royal Navy, a fait une arrivée très remarquée sur la Tamise, venant s’amarrer à East London, à quelques encablures seulement du stade olympique londonien. Avec à son bord des hélicoptères Lynx, Merlin, et Sea King, mais ayant la capacité de recevoir la majorité des voilures tournantes servant dans le pays dont les lourds Chinook de transport ou encore les Apache de combat ce bâtiment représente un argument de choc à opposer à ceux qui voudraient en découdre avec la capitale britannique entre le 27 juillet et le 12 août prochain. En effet c’est à cette date que le drapeau aux cinq anneaux flottera partout dans Londres qui recevra et organisera les trentièmes Jeux Olympiques d’été.

Westland Lynx sur le pont du HMS Ocean, mouillant sur la Tamise.

En fait depuis septembre 1972 et la prise d’otage des athlètes israéliens par un groupe de terroristes de la cause palestinienne, puis plus récemment avec les attentats du 11 septembre 2001 contre la côte est des USA, les grands rassemblement internationaux type Jeux Olympiques ou Coupe du monde de football sont devenus de véritables enjeux en matière de sécurité et de défense. On se souvient notamment dans l’Hexagone des « bulles » créées autour de France 98 et de ses stades (dont celui de Saint Denis) où des hélicoptères Fennec de l’Armée de l’Air sillonnaient les cieux avec à leur bord un sniper, tandis que des Alpha Jet et des Mirage 2000C se tenaient près au décollage, le tout sous le contrôle et le commandement d’un officier de haut rang installé à bord d’un E-3F.

Alors les Britanniques ne font pas les choses à moitié pour préparer ces jeux. Des batteries de missiles antiaériens Rapier, d’une portée de 400 à 6 800 mètres, pouvant voler jusqu’à Mach 2.5, et s’orienter par tous temps grâce à un radar à effet Doppler, ont été installées un peu partout dans la ville, notamment sur des points hauts. Des postes de tirs de missiles plus légers, type Starstreak (l’équivalent britannique du SATCP Mistral français) destinés à  la protection rapprochée, seront également mis à disposition des forces de sécurité au plus près des sites olympiques. L’installation d’armement étant interdit par le règlement olympique sur les lieux d’accueil des épreuves sportives, certaines batteries jouxteront ceux ci.

Batterie de missiles sol-air Rapier installée en périphérie de Londres.

Outre les hélicoptères embarqués sur le HMS Ocean un groupe de défense aérienne, composé de quatre Typhoon F-2 appartenant à la Royal Air Force, sera basé à RAF-Northolt, une base aérienne très proche du centre de Londres, où est habituellement installé le 32nd Squadron en charge des déplacements de la famille royale.

Outre ces moyens particulièrement dissuasifs des Sentinel R-1, des Sentry AEW-1, et des Shadow R-1, ce dernier étant une version de reconnaissance SIGINT du King Air 350 d’affaire, patrouilleront en permanence dans la région. En sus des hélicoptères d’assaut et des sauvetage seront mis à disposition des autorités civiles. En effet outre les 13 500 militaires mobilisés, 12 000 policiers (dont certains avec des hélicoptères) et un peu plus de 13 000 personnels de sécurité privée seront en alerte permanente sur ces jeux. Les hôpitaux et services d’urgence seront eux aussi sur le pied de guerre, Londres ayant été récemment la cible du terrorisme internationale avec les attentats de juillet 2005.

L’exercice Olympic Guardian se déroule donc du 4 au 10 mai et prépare non seulement les forces de sécurité mais aussi les habitants qui devront s’habituer à voir un déploiement de force de cet acabit. La capitale anglaise n’avait pas connu une telle effervescence militaire depuis la Seconde Guerre Mondiale.

Photo (c) Agence France Presse.

4 COMMENTAIRES

  1. En effet, entrée très remarquée à Londres pour le HMW Ocean! Je vois quasiment tout les jours passer Chinooks, Apaches ou Lynx au dessus de Londres, un vrai plaisir! 😀

  2. C’est quand même triste d’en arriver à de tel déploiement, comme si une fois tous les quatre ans les tarés de tout bord ne pouvais pas partir en vacances….

Laisser un commentaire