Les hélicoptéristes font leur show en Russie.

[Salon] Les hélicoptéristes font leur show en Russie.

Ces 17, 18, et 19 mai 2012 s’est tenu au centre Crocus Expo, dans la banlieue sud de Moscou, la cinquième édition du salon international de l’industrie des hélicoptères en Russie, désormais connu sous le nom de HeliRussia. Officiellement destiné à promouvoir les voilures tournantes dans ce pays, le salon est en réalité une occasion sur mesure pour les hélicoptéristes locaux de présenter au monde des machines qu’ils ne peuvent pas toujours envoyés au Bourget, à Farnborough, ou encore aux USA.

Ainsi Mil Moscow Helicopter Plant était venu cette année avec ses stars internationales comme le gigantesque Mi-26, le Mi-38 de transport qui peine toujours autant à trouver des clients, ou encore la maquette de son futur Mi-54 polyvalent destiné à concurrencer des machines comme le Blackhawk américain ou le Caracal franco-allemand. Kamov n’était pas en reste, puisque plusieurs de ses hélicoptères à rotors contrarotatifs étaient présents, tels le très polyvalent Ka-32 ou bien l’Alligator, son hélicoptère de combat Ka-52 toujours aussi impressionnant. Reste qu’un hélicoptère Kamov semblait tout droit sorti de chez Eurocopter, c’était le Ka-62 Kasatka, un appareil aux faux airs totalement assumés de Dauphin avec son rotor classique et son rotor anticouple type Fenéstron. Dernier et pas des moindres de ces constructeurs russes Kazan avait amené des valeurs sûrs comme le Mi-171, qui est au Mi-8 ce que le Cougar est au Puma, mais aussi son petit Ansat biturbine civil et parapublic qui peine lui aussi à faire face à la concurrence européenne et américaine.

Mil Mi-38 civil.

Car c’est là que le bas blessait pour les industriels russes, c’est bien la délégation européenne avec en ligne de mire les deux géants Agusta-Westland et Eurocopter. Le premier était venu avec son désormais très classique AW109 Power, mais également son best-seller AW139, et tout comme au Bourget l’an dernier une maquette du futur AW189 biturbine moyen de transport et de sauvetage. Le second, un peu plus encore chez lui en Russie, avait sorti la grosse artillerie avec son couple EC135 et EC145 désormais habituel de tous les salon dans le monde, mais aussi son EC120 Colibri ou encore un superbe EC155 Dauphin 3 d’affaire. Autant dire qu’il y avait du lourd chez les Européens.

Eurocopter EC155B Dauphin d'affaire.

Les Etats-Unis n’étaient pas en reste avec un magnifique stand pour Bell Helicopter qui mettait parfaitement en lumière son Bell 429 biturbine léger mais aussi des machines comme le Bell 427, ultime dérivé du Ranger des années 70, ou encore le toujours impressionnant Bell 412HP, dernière version connue du Twin-Huey. Par contre point de maquette taille réelle du futur et très attendu Bell 525. Boeing Rotorcraft Systems n’avait pas contre vraiment pas joué le jeu, n’envoyant sur place qu’un MD-600N et des maquettes de son Model 234L, la version civile du Chinook, et de son Explorer. Robinson enfin avait amené son modèle phare le R44 et son petit dernier, le plus gros de la gamme, le R66. Ces appareils étaient particulièrement bien présentés.

Boeing MD900 Explorer

Enfin divers autres constructeurs étaient présents comme le Polonais PZL-Swidnik qui avait amené son monoturbine léger SW-4, ou encore Korean Aerospace Industry (KAI) qui présentait une maquette de son hélicoptère d’assaut Surion, développé avec l’aide d’Eurocopter.

PZL-Swidnik SW4 de l'armée polonaise.

Si ce salon n’a clairement pas démontré de grands contrats en matière militaire, mais un certain espoir pour les appareils d’affaire en Russie et dans les républiques ex-soviétiques, il n’en demeure pas moins une réussite en demi teinte du fait de sa fréquentation si faible et son impact médiatique décevant. Un nombre conséquent d’appareil mais au final assez peu de visiteurs pour un salon exclusivement professionnel. En effet en Russie peu de salons aéronautiques sont ouverts au public.

Photos (c) Associated Press.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire