Une nouvelle stèle honore la mémoire de nos aviateurs de 1940.

[Histoire] Une nouvelle stèle honore la mémoire de nos aviateurs de 1940.

Dans la nuit du 2 au 3 juin 1940 trois aviateurs français prirent places à bord d’un chasseur lourd Potez 631 pour une mission de défense aérienne. Jusque là rien de très surprenant, la France étant alors pleinement engagée dans la Seconde Guerre Mondiale, les troupes de la Wehrmacht et les aviateurs de la Luftwaffe harcelaient sans cesse nos forces. On ne sait pas vraiment comment cela se passa mais il semble bien que l’avion français ai été pris sous le feu de plusieurs avions allemands, et finalement abattu. Les trois membres d’équipage furent tués. Le crash eut lieu aux abords immédiats de la petite commune picarde de Gournay-sur-Aronde.

Potez 631 similaire à celui qui s’est écrasé à Gournay-sur-Aronde.

Soixante-douze ans plus, donc en ce mois de juin 2012, la municipalité et le Ministère de la Défense ont décidé de rendre hommage à ces trois aviateurs, et par là même à l’ensemble des soldats français qui combattirent en 1939/1940 contre les forces du IIIème Reich. Une stèle a donc été dévoilée en présence de nombreuses personnalités locales et de deux détachements militaires. Le premier concernait un piquet d’honneurs composés de personnels de la Base Aérienne 110 de Creil. Au sein du second on retrouvait une partie non négligeable de la fanfare du 1er Régiment de Cavalerie de la Garde Républicaine, accompagnée de quatre cavaliers (sans leurs montures) qui eux rendaient les honneurs nationaux. Plusieurs associations d’anciens combattants ont également participé à cet hommage.

La Garde Républicaine rend les honneurs de la Nation à ces trois aviateurs morts en 1940.

Cette stèle reprend une hélice de l’avion et la coule dans le marbre avec les noms des trois aviateurs. Elle démontre surtout que plus de 70 ans après la guerre le souvenir reste fort dans l’esprit des Français et que ceux ci continuent un travail de mémoire certes difficile avec les années qui passent mais néanmoins nécessaire pour ne pas oublier le sacrifice de nos anciens.

Photo (c) Armée de l’Air & Avions Légendaires.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire