Safran s’attaque frontalement à Pratt & Whitney Canada.

[Industrie] Safran s’attaque frontalement à Pratt & Whitney Canada.

Depuis quelques jours maintenant une ombre plane au-dessus de la société canadienne PWC (Pratt & Whitney of Canada) qui fabrique et commercialise notamment les fameux turbopropulseurs PT6 (Raytheon King Air,  SOCATA TBM-850) et PW100 (ATR-72, Bombardier CL-415, Casa C-295) largement utilisés de nos jours. Une ombre qui vient de France, et pas de n’importe quelle société, puisque c’est le géant Safran qui désire désormais se lancer dans le turbopropulseur, une belle aventure en somme.

Car Safran n’est pas uniquement un équipementier, mais aussi un motoriste, puisque feue la SNECMA appartient désormais à ce groupe. Jusque-là spécialisé dans les réacteurs civils et militaires (P-8A Poseidon, Pantera, Rafale) cette société a annoncé par la voix de Jean-Paul Herteman son PDG qu’elle désirait se lancer sur ce marché, afin de proposer une alternative viable pour des machines comme le Q400 canadien ou l’ATR-72 européen. Et Herteman d’ajouter que Safran appliquera les méthodes qui ont fait le succès désormais acquis du CFM, ce réacteur conçu conjointement avec l’Américain General Electric.

De par sa filiation directe avec Turboméca, Safran a déjà « un pied » dans ce monde, puisque techniquement les turbines d’hélicoptères ne diffèrent que très peu des turbopropulseurs. Donc l’alliance du savoir-faire de ces deux entreprises sera certainement un sérieux atout pour ce qui se présente comme le dernier grand chantier de la présidence Herteman, celui ci devant quitter l’entreprise en 2015.

Par contre, cette fois ci point d’alliance internationale, Safran travaillera certainement avec l’équipementier Ratier-Figeac, déjà responsable d’hélices de haute performance comme celle équipant l’A400M Grizzli. A n’en pas douter Safran saura construire et vendre des turbopropulseurs très concurrentiels face à PWC.

4 COMMENTAIRES

  1. 2 choses:
    – Snecma existe toujours en tant que société du Groupe Safran, d’autant plus que le groupe Safran est le nouveau nom du Goupe Snecma
    – plutôt que le Pantera, on pourrait citer les KC135!

  2. @ Ganfoud : Pour info le P-8 Poseidon, cité dans le sujet, utilise le même type de réacteur SNECMA que le KC-135R, à savoir le CFM56, donc nul besoin de parler des deux. Quand à Safran il s’agit de la fusion de SNECMA et de Sagem.

    😀 😀 😆 😀 😀

  3. @ Ganfoud : c’est un peu réducteur pour Safran : le groupe Safran n’est pas le nouveau nom du groupe Snecma mais le nom du groupe né de l’association de Snecma et Sagem, groupe qui contient nombre d’autres sociétés, comme d’ailleurs Turboméca, cité par l’article…

  4. Sinon, petite précision, on ne dit plus « la SNECMA » mais « Snecma » depuis 2005, date à laquelle la société a officiellement abandonné la signification de son acronyme.

Laisser un commentaire