Frégate La Fayette & Panther, duo gagnant contre les pirates

[Marine] Frégate La Fayette & Panther, duo gagnant contre les pirates

La récente mission de deux semaines effectuée du 1er au 14 juin par la frégate furtive Guépratte (numéro de coque F714) de la Marine Nationale dans la région du golfe d’Aden met en lumière un duo toujours aussi fort et bien pensé, celui qui unit ce type de navire de guerre avec l’hélicoptère embarqué Eurocopter AS-565 Panther. En effet chaque bâtiment de ce genre emporte un de ces aéronefs.

Pour mémoire ce type de navire mesure 125 mètres de long, pour une largeur d’environ 15 mètres. Puissamment armé il emporte ainsi un canon de calibre 100mm à conduite de tir modulaire, deux canons légers F2 de 20mm et plusieurs missiles. Vingt-six missiles antiaériens Crotale CN2, dont huit sur poste de tir, d’une portée effective allant jusqu’à 15 000 mètres pour une altitude maxi de 9 000 mètres, permettent une défense efficace contre quasiment tous les types d’aéronefs, y compris les avions de chasse contemporains. Huit missiles air-surface MM.40 Exocet offrent une remarquable capacité contre les navires de surface.

AS-565 Panther de la Marine en intervention.

Si l’Eurocopter AS-565 Panther n’est pas, dans la Marine Nationale, gréé pour tirer des missiles ou des torpilles, il peut néanmoins emporter en sabord une mitrailleuse légère AA52 d’un calibre de 7.62mm. Ce type d’arme est particulièrement dissuasif face aux frêles esquifs dont sont dotés la majorités des groupes de pirates et de trafiquants. En outre sa cabine permet souvent d’accueillir un ou deux tireurs de précision (la dénomination française pour les fameux « snipers » si chers aux Anglo-Saxons) et leurs armes. Le Panther a également la capacité, comme tous les appareils de la famille Dauphin, de porter secours et assistance aux personnes en danger, un treuil mécanique étant installé sur le flanc droit de l’hélicoptère.

Aujourd’hui chacune des frégates de cette famille (La Fayette, Surcouf, Courbet, Aconit,et Guépratte) représente un maillon important dans la force européenne Atalante, chargée de la sécurisation des eaux dans cette région du monde. Avec une signature radar équivalente à celle d’un chalutier moyen ces navires n’éveillent généralement l’attention que lorsqu’ils sont en vue directe. Officiellement durant cette période de deux semaine le navire français n’a pas été accroché par des pirates et n’a pas engagé le combat.

Frégate La Fayette et son Panther en mer.

Photos (c) Marine Nationale.

 

2 COMMENTAIRES

  1. A titres d’information, pour ceux qui ne le savent pas ou ceux qui ont du mal a faire la différence, c’est la 36F qui embarqué sur ce type de frégate. La 35F étant réserve au SAR, La différence entre la 35 et la 36 c’est que l’une est sur Dauphin ( Eurocopter AS-365) et l’autre sur Panther ( Eurocpter AS-565) qui n’est autre que la version militaire du dauphin.
    Au top ton article Arnaud!

  2. On est toujours fan de ce type d’infos, merci. Le progrès réalisé dans la conception des navires de surface n’a-t-elle pas trouvée son inspiration dans l’aéronautique ? (Furtivité, forme des structures, peintures…..) en tout cas on est loin des destroyers de la seconde guerre.

Laisser un commentaire