L’A400M ne volera pas à Farnborough

[Salon] L’A400M ne volera pas à Farnborough

Si on en croit le quotidien économique français Les Echos il semble bien que l’avion de transport militaire européen A400M ne participera pas cette année au programme des démonstrations en vol lors du salon aéronautique de Farnborough qui doit se tenir à partir du 9 juillet au Royaume Uni. La raison invoquée par Airbus Military, son constructeur, serait une série de problèmes non résolus sur les turbopropulseurs de la machine. Rappelons ici que c’est la véritable maladie récurrente de l’avion en question.

En effet, l’an dernier encore l’appareil dut écourter ses démonstrations en vol au Bourget, laissant le champ libre à Lockheed-Martin et à son C-130J Hercules II, à cause de défectuosités sur la boîte de transmission des moteurs. Sans compter les retards de livraisons de l’avion, là encore dus à la motorisation, et notamment à l’élaboration de sa fameuse hélice si complexe. L’affaire serait presque risible si elle n’engageait pas à la fois la crédibilité industrielle d’EADS et un financement publique de vingt milliards d’euros supporté principalement par l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, le Luxembourg, le Royaume Uni, et la Turquie ; donc entre autre par nos impôts.

Airbus A400M sur le tarmac de la BA123 d’Orléans.

On pourrait croire que ce n’est là que l’épilogue malheureux d’une saga qui a bien assez duré, mais on sait aussi que l’A400M, premier véritable avion militaire européen, est un bijou de technologie et donc un objet susceptible de connaître encore bon nombre de retards avant la livraison de celui que les militaires français nomment déjà Atlas. Espérons que ce ne sera pas un géant aux pieds d’argile.

Photo (c) Armée de l’Air et Airbus

2 COMMENTAIRES

  1. Perso le salon de Farnborough je m’en tamponne. Niveau export on a déjà des commandes. Par contre comme c’est dit dans l’article, je suis pas rassuré pour l’opérationabilité de l’avion qui doit rentrer en service en fin d’année je crois dans l’Armée de l’Air.

    J’espère qu’on éviter une mise en service comme le Charles de Gaulle. Un bijou de technologie mais avec un point faible la propulsion et retardé pendant plusieurs années.

Laisser un commentaire