Un sauvetage très spécial en Corse

[Armée de l’Air] Un sauvetage très spécial en Corse

Ce samedi 4 août 2012 les gendarmes sauveteurs du PGHM Corse ont été alerté suite à un accident de randonné sur le célèbre sentier GR20, celui là même qui traverse toute l’Ile de Beauté. Rapidement sur les lieux ils constatent que la victime est un homme de 59 ans souffrant d’un grave traumatisme à l’épaule. Une évacuation sanitaire par hélicoptère est alors demandée. Jusque là rien de bien inhabituel, sauf que la victime n’est autre que l’amiral Edouard Guillaud, actuel Chef d’Etat Major des Armées.

Un AS-332 Super Puma appartenant à l’Escadron d’Hélicoptère 1/44 décolle alors de la Base Aérienne 126 de Solenzara en direction du lieu de l’accident. Avec l’aide d’une l’équipe médicale de l’Armée de l’Air la victime est médicalisée et évacuée vers le centre hospitalier de Bastia où l’attendait une équipe du SAMU local. Une fois son état de santé connu, fracture de la clavicule, l’amiral Guillaud a été de nouveau embarqué à bord l’hélicoptère en direction d’un Falcon de l’ETEC qui devait le conduire ensuite vers la capitale afin d’être pris en charge dans un hôpital militaire parisien, Percy ou le Val de Grâce.

Cefait divers illustre bien la mission SATER, pour sauvetage aéroterrestre, qui incombe aujourd’hui aux équipages de voilures tournantes de l’Armée de l’Air, et notamment à ceux de Solenzara. Une évacuation classique, avec l’aide d’une ambulance, aurait vraisemblablement aggravé la situation du blessé, surtout en l’absence de route carrossable sur une partie du trajet. L’hélicoptère demeure donc un merveilleux outil de secours à victime.

Photo (c) Armée de l’Air

2 COMMENTAIRES

  1. Autant l’helico pas de problème en corse c’est souvent le seul moyen d’accès sur certain site mais après le rapatriement en Falcon c’est discutable, surtout pour une clavicule qui n’est pas une blessure métant en danger la vie de la personne

  2. Sauf que là la personne est une autorité militaire supérieure et qu’il vaut mieux l’avoir à disposition à Percy ou au Val de Grâce que dans un CHR de province. Le Chef d’Etat Major des Armées dépend directement de l’autorité présidentielle. Son rapatriement par des moyens étatiques n’a rien de très choquant. Pas plus en tous cas que ces touristes qui usent et abusent de moyens de rapatriement depuis l’autre bout du monde simplement pour des pattes cassées ou des grosses entorses.

Laisser un commentaire