Le Super Puma de la discorde

[Normandie] Le Super Puma de la discorde

La mise en place dans l’ouest français de la fameuse ligne THT (pour Très Haute Tension) n’a pas fini de faire couler l’encre. En effet, celle ci doit à terme permettre de faire passer un courant électrique de 400 000 volts depuis la centrale nucléaire de Flamanville à destination des transformateurs et en final des consommateurs et entreprises des départements de la Manche et du Calvados. Outre les contestations habituelles, et bien compréhensibles, d’élus et de riverains ne voulant pas voir leur paysage défigurer par de hauts pylônes métalliques voilà que désormais les agriculteurs s’en mêlent. Mais pas pour les mêmes raisons.

En effet pour tirer les câbles nécessaires à l’acheminement électrique la société RTE (pour Réseaux de Transport d’Electricité) a fait appel à un hélicoptère. Jusque là rien de très surprenant c’est une méthode bien connue en France, notamment en haute montagne où les Aérospatiale SA-315 Lama et les Eurocopter AS-350B3 Ecureuil font des merveilles. Cependant vu la masse des câbles les responsables de RTE ont fait appel à la plus grosse de leurs voilures tournantes, un Eurocopter EC225 Super Puma. En effet avec sa charge sous élingue de l’ordre de quatre tonnes il peut pleinement remplir le rôle de grue volante sur le chantier de la ligne THT.

L’EC225 Super Puma de RTE est vraiment une machine impressionnante.

Sauf que ce que les responsables de RTE n’avaient pas prévu c’est que l’hélicoptère allait survolé des champs en culture. Hors les épis de maïs non encore moissonnés n’ont pas du tout aimé le souffle du rotor du gros biturbine. Au total ce sont un peu plus de cinq hectares de cultures fourragères qui sont désormais détruites sur la commune normande des Cresnays (50) sans aucun espoir de les récupérer.

Immédiatement les opérations aéroportées ont été suspendues, et la société RTE étudie actuellement d’autres moyens d’intervenir pour hisser ses câbles sans gêner l’environnement ni entraver l’activité économique des agriculteurs. Ceux ci demandent par ailleurs des compensations financières à RTE suite à leur perte d’activité. Le feuilleton THT est loin d’être clos.

Photos (c) RTE.

8 COMMENTAIRES

  1. orthographe !

    « ne voulant pas voir leur paysage défigur[é] »
    « c’est que l’hélicoptère allait survol[er]  »
    « [Or] les épis de maïs »

  2. Cette année les blés étaient fragiles et beaucoup de parcelles avaient des zones de blés couchés (et donc non moissonables) . Alors forcément au passage d’un hélicoptère, le blé ne risque pas de rester debout (même avec un petit hélico).
    Ceci dit les moissons sont maintenant finies (sauf le maïs, c’est vers octobre), alors je ne vois pas pourquoi la RTE ne remettrait pas en vol leur super-puma.

  3. Si je puis me permettre, tout ce foin 😆 , pour 5 hectares de culture….. les pauvres quelles pertes, c’est la famine à la fin de l’année. Nos paysans sont sympas, ils nous nourrissent (quoi que il faut bien regarder les origines des produits :mrgreen: ..), mais ils ne sont jamais content. Ils seront bien indemnisés je n’en doute pas.

  4. C’est toi qui sait pas lire, la preuve Jeck m’avait déjà loché sur mon orthographe sur une phrase concernant le maïs.

    😀 😀 😀

Laisser un commentaire