Détachement spécial de lutte anti-incendie de l’Hérault

Détachement spécial de lutte anti-incendie de l’Hérault

Copyright François Poquillon
AT802 au parking à LFNG

Il existe en France un détachement spécial de lutte anti-incendie indépendant de la sécurité civile. Il s’agit de quelques avions loués tous les ans par le département de l’Hérault pour la période estivale s’étalant du 15 juin au 15 octobre. Ces appareils, des Air Tractor 802 loués à la compagnie Avialsa (numéro 1 en Europe et numéro 2 mondial dans ce domaine) ont une capacité d’emport de plus de 3100 litres d’eau.

Les pilotes de ces avions sont pour la plupart des pilotes agricoles, ils sont tous qualifiés « Feu – Bombardier d’eau » et se réunissent tous les deux ans avec la sécurité civile pour mettre en place des procédures communes de largage afin d’être plus efficace lorsqu’ils travaillent sur un même foyer. Pour cela, les avions sont équipés de radio VHF à large bandes leur permettant de communiquer avec les Canadair, d’une VHR ainsi que d’une radio classique leur permettant de communiquer avec les équipes au sol et le commandant des opérations. Ces appareils volent à 500 pieds soit environ 150 mètres au dessus du relief, à une vitesse de 270 km/h en charge pleine. Les largages s’effectuent à 6 ou 7 mètres du sol avec une visibilité réduite due à la fumée. La sécurité civile a commencé à s’intéresser à ces appareils pour remplacer dans un futur proche la flotte de Tracker vieillissante. Afin de maximiser leur efficacité, les avions sont basés à Béziers-Vias (LFMU) et à Candillargues (LFNG) ce qui permet de couvrir un large territoire et de se rendre rapidement en tout point du département.

AT802 au largage

L’équipe 2012 était composée de cinq pilotes, d’un mécanicien d’Avialsa ainsi que deux opérateurs au sol qui sont chargés de s’occuper des avions. Cette année, ils ont effectué 300 heures de vols dont un tiers sur feux ce qui correspond à plus de 80 interventions. Comparés aux années précédentes, ces chiffres sont peu significatifs. Par exemple en 2009, c’est plus de 500 heures de vols qui ont été réalisées sur 350 opérations.

Grace à ces pilotes hors du commun, qui évoluent dans des conditions difficiles, c’est chaque année des centaines d’hectares de végétations qui sont sauvegardées. Merci à eux !

Photos (c) François Poquillon; (c) Thierry Pons  (SDIS 34)

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire