Les futurs avions de recherche et de sauvetage de l’ARC

[Canada] Les futurs avions de recherche et de sauvetage de l’ARC

Le Canada est l’un des pays où les opérations de recherche et de sauvetage (R-S) sont les plus difficiles à mener. Deuxième pays en superficie après la Russie, le Canada est en outre bordé des zones maritimes de trois océans et du littoral le plus long au monde. La géographie y est fort variée en passant des montagnes Rocheuses, aux grandes Prairies, aux vastes forêts et à l’immensité de la toundra de l’Arctique. Les conditions météo sont parfois carrément hostiles, les températures variant de -50 à +40 Co selon les saisons.

L’Aviation royale canadienne (ARC) est la principale responsable des services aériens de recherche et de sauvetage, avec le soutien de la Garde côtière canadienne, de la Gendarmerie royale du Canada et des forces policières du Québec et de l’Ontario. La coordination est assumée par le Secrétariat national de recherche et sauvetage, attaché au ministère de la Défense nationale.

Pour accomplir ce mandat, l’ARC dispose d’une flotte d’aéronefs spécialisés comprenant des hélicoptères Agusta-Westland CH-149 Cormorant pour le sauvetage maritime et des Bell CH-146 Griffon pour les opérations terrestres. La flotte de Sikorsky CH-124 Sea King déployée sur les frégates de la marine, peut également être mise à contribution. L’ARC dispose également d’une flotte vieillissante de Lockheed CC130 Hercules et de De Havilland CC115 Buffalo utilisés à cette fin. Quatre De Havilland CC138 Twin Otter, basés à Yellowknife, servent aussi comme avions de recherche et de sauvetage secondaires. La flotte de Lockheed CP-140 Aurora de reconnaissance maritime est également mise à contribution en cas de besoin.

Les avions de type Buffalo, Hercules et Twin Otter approchent toutefois de la fin de leur vie utile. Pour le transport tactique, le Canada a déjà fait l’acquisition d’une nouvelle flotte de Lockheed Martin C-130J « Super » Hercules et de McDonnell-Douglas C-17 Globemaster. Le programme Aéronefs de recherche et de sauvetage à voilure fixe (ARSVF) lancé en 2004 connaît toutefois d’importants retards. Suite à moult analyses sur les caractéristiques du successeur éventuel, et échanges avec l’industrie, il semble bien que l’appel formel de propositions sera lancé en 2013. Voici, la liste des compétiteurs en lice selon divers analystes :

Alenia C-27J Spartan / Surnommé «Baby Herc», puisqu’il partage les mêmes moteurs et systèmes que le C-130J Hercules équipant l’ARC, cela lui confère un certain avantage en termes de facilité d’entretien. Considéré favori au début du programme ARSVF, les déboires récents du Spartan aux États-Unis minent désormais la réputation de l’appareil.

EADS-CASA C-295M / Ses coûts d’opération et d’entretien moindres que le Spartan de même que son plus long rayon d’action, pouvant être étendu avec ses capacités de ravitaillement en vol, en font un concurrent redoutable. Airbus Military met le paquet en offrant une version maximisant les retombées pour l’industrie aéronautique canadienne : turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada, avionique Thales Canada et simulateurs de vol fabriqués par CAE. En octobre 2012, Airbus Military annonçait en outre un partenariat avec l’entreprise canadienne Discovery Air afin d’offrir l’entraînement des pilotes et l’entretien des appareils. Seule ombre au tableau, la faible vitesse de croisière de l’appareil handicape sa rapidité d’intervention dans les régions éloignées de l’Arctique. Par contre, sa maniabilité à faible vitesse et près du sol lui permet d’offrir sensiblement les mêmes caractéristiques que le CC115 Buffalo fort apprécié pour les opérations dans les chaînes montagneuses de la côte Ouest.

Nouvelle génération du DHC-5 Buffalo / L’entreprise canadienne Viking Air Ltd détient tous les droits d’entretien et de fabrication du DHC-5 Buffalo. Cette entreprise offre d’allonger la durée de vie de la flotte actuelle des CC115 Buffalo avec de nouveaux turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada ainsi qu’une avionique modernisée. Fort d’une commande ferme de l’ARC, elle pourrait également fabriquer une nouvelle génération de «Super» Buffalo tout en conservant les capacités ADAC exceptionnelles de cet avion fort apprécié des pilotes. Cette option est très attrayante pour le Canada puisque cela garantit à court terme la poursuite des activités des Buffalo actuellement en service et la relance de la production d’un avion entièrement canadien qui pourrait se tailler une place sur les marchés internationaux. Viking Air a déjà fait de même avec la fabrication d’une nouvelle génération (Series 400) du Twin Otter qui connaît beaucoup de succès, tant au civil qu’au militaire.

Bombardier Dash 8 / Lors de l’acquisition de l’entreprise De Havilland Canada par Bombardier en 1992, cette dernière céda tous les droits d’entretien et de production des appareils DHC à Viking Air, à l’exception du Dash 8. Avant tout un appareil de transport civil fort populaire et fiable, une version de patrouille maritime est également utilisée par quelques pays. Certains analystes croient que le Dash 8 pourrait être aménagé pour des missions R&S mais, si telle est l’intention de Bombardier, l’entreprise le cache bien. L’obstacle le plus sérieux est l’absence d’une rampe arrière facilitant le parachutage de sauveteurs et d’équipement.

Lockheed Martin C-130J-SAR / Version compacte du CJ-130 Hercules, la version R&S de cet avion, dont la fiabilité n’est plus à démontrer, offre l’avantage d’offrir à l’ARC une flotte homogène d’avions. Les coûts supérieurs d’achat, d’opération et d’entretien d’un quadrimoteur risquent toutefois de miner les chances de ce concurrent.

Bell-Boeing V-22 Osprey / Le tandem Bell et Boeing manifestent de l’intérêt pour le marché canadien. L’avantage de cet appareil hybride est évidemment de pouvoir évacuer immédiatement les victimes, plutôt que d’attendre l’arrivée des hélicoptères. Ce serait toutefois l’option la plus coûteuse à l’achat et à l’opération.

Les paris sont ouverts…

Marcel
Fils d’un militaire de l’armée de l’air canadienne (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.

8 COMMENTAIRES

  1. Le V-22 Osprey aurait une vraie belle gueule, mais en ces périodes de drastiques réductions budgétaires, je dirais que le CN-235/C-295 aurait plus de chance. D’autant qu’il permettrait une relative interopérabilité avec les Américains et leurs HC-144.

  2. Félicitations Marcel encore une fois pour cet excellent article qui nous éclaire plus sur ce programme de remplacement qui traîne de la patte. Quel bel exercice que d’avoir mis les différents candidats aux couleurs de la RCAF. Très comique de voir le V-22 Osprey avec la lignée classique jaune et rouge de nos appareils de recherche et sauvetage!

  3. Les avions militaires de recherche et sauvetage sont habituellement de livrée voyante, alors que ceux affectés à d’autres tâches sont plutôt camouflés.

  4. Perso j’ai toujours trouvé un charme indémodable aux Buffalo canadiens de sauvetage, en grande partie grâce à cette livrée haute visibilité jaune et rouge.

Laisser un commentaire