Braquage rocambolesque à l’aéroport de Bruxelles

[Belgique] Braquage rocambolesque à l’aéroport de Bruxelles

La capitale belge a été le théâtre ce lundi 18 février d’un incroyable vol à main armé. Des braquages dans des aéroports il y en a parfois, ces lieux étant propices à l’action des malfrats de par la présence de boutiques de luxe, mais aussi de marchandises en tous genres, et notamment de celles qui attisent convoitises et envies. Ce fut le cas à Bruxelles. En effet peu avant 20 heures l’aéroport était encore en pleine effervescence quand un vol de la compagnie suisse Helvetic à destination de Zurich finissait l’embarquement de ses passagers. Dans le même temps un fourgon blindé de la société Brinks stationnait aux pieds du Fokker 100 et son équipe se préparait à charger une centaine de sachets contenant des diamants et des pierres précieuses quand le braquage a eu lieu. Les convoyeurs n’ont même pas eu le temps de faire usage de leurs armes de service, devant la rapidité des malfaiteurs.

Ceux ci, à bord de deux grosses berlines (peut être des 4X4 ou des SUV) maquillées en voitures de police, avec tenues de policiers et cagoules, à la manière des commandos type RAID ou GIGN, ont surpris les personnels de la Brinks et de Helvetic et se sont emparés des diamants avant de reprendre la route, traversant le tarmac de l’aéroport international. Ni coup de feu, ni violence physique, du travail de pros en somme.

fourgon Brinks Belgique

D’après les différentes sources de presse le butin s’élèverait à entre 37 et 46 millions d’euros. Une coquette somme d’argent pour des malfaiteurs qui n’avaient rien de débutants, mais qui surtout ont pris des risques bien plus inconsidérés que celui de se prendre une balle, ça s’appelle les risques du métier. Car avec leurs grosses voitures ils couraient (roulaient ???) le risque de percuter un avion au décollage ou à l’atterrissage, créant ainsi un accident qui à coup sûr aurait fini en tragédie pour les passagers. Les malfaiteurs, eux, s’ils meurent ou se blessent lourdement c’est leur affaire.

Reste que ce fait divers met en lumière des pratiques méconnues du grand public : le transport de valeurs en soute des avions de ligne. Car si les fourgons bancaires, ces tirelires sur roues sont bien comprises du grand public, il en est tout autrement de la pratique qui consiste à coller des sacs de diamant, des mallettes de billets, ou des toiles de maître dans des avions transportant aussi des passagers lambdas. Ces avions là sont eux aussi une cible potentielle pour un grand banditisme de moins en moins rebutée par l’usage d’une violence extrême. Ne pourrait on pas envisager des avions de la Brinks ? La question se pose une fois encore.

Photos (c) agence Belga & AFP

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

5 COMMENTAIRES

  1. En fait les SUV sont des « Canada Dry » de 4X4 : ils leurs ressemblent, ont la même carrosserie, mais avec juste deux roues motrices. Des genres de tous-terrains pas tous terrains du tout !!!

  2. D’ailleurs le mot SUV vient de l’américain Sub Urban Vehicle .Tout est dit !
    Quant à « l’extraordinaire » situation qui consiste à « braquer » un avion, des malfaiteurs ont bien réussi à le faire avec un train dans les années 70 en Angleterre ( Affaire du Fourgon Postal).
    L’imagination des malfaiteurs n’a pas de limites….
    A quand le navire de croisière?…..

  3. Bien informés, bien équipés, bon boulot…(digne d’Hollywood!)
    Ca n’a pas grand chose avec l’aviation mais bonne info;)
    Si le braqueur est fan d’aviation et quelque peu genereux, 062393xxxx… ;D

Laisser un commentaire