La chasse sud-coréenne en 2013

La chasse sud-coréenne en 2013

Les récentes déclarations, fracassantes comme toujours de la part du jeune dictateur Kim-Jong-Un, annonçant que la Corée du Nord pointait désormais ses missiles nucléaires contre les bases américaines en Corée du Sud ne sont pas passées inaperçues.

C’est peut être l’occasion de découvrir et d’essayer de comprendre un arsenal méconnu, celui de la chasse sud-coréenne, qui serait en première ligne pour tenter d’intercepter les missiles de croisières du voisin septentrional au cas où celui-ci déciderait de lancer une attaque atomique. Tout d’abord il faut savoir, qu’à l’instar du reste de la Republic Of Korea Air Force (ROKAF), la chasse est en 2013 encore principalement constituée d’avions américains. Petit tour d’horizon.

  • Le Boeing F-15K Slam Eagle, est un chasseur bombardier de qualité, directement dérivé du F-15E Strike Eagle. En son temps préféré au Rafale français, il remplit désormais les missions de supériorité aérienne, grâce notamment à ses missiles AIM-120 AMRAAM et AIM-9 Sidewinder. Il est néanmoins apte aux opérations d’attaque au sol dites de précision grâce à un panel d’armement allant de la très classique bombe GBU au missile de croisière AGM-158, en passant par les désormais immanquables bombes JDAM. Le F-15K est la cheville ouvrière de la chasse sud-coréenne.
  • Le Lockheed-Martin F-16C & D Viper, qu’on ne présente plus. Le plus célèbre chasseur américain des quarante dernières années est utilisé en Corée du Sud aussi bien pour la défense aérienne, l’interception, que l’attaque au sol, ou encore la lutte antiradar. Dans ce dernier cas, le missile HARM fait partie de l’arsenal de l’avion. Une partie des F-16 sont localement assemblés en tant que KF-16.
  • Northrop F-5E & F Tiger II. Ces chasseurs d’ancienne génération sont utilisés comme intercepteur, grâce à leurs missiles AIM-7 Sparrow, anciens mais encore très efficaces, et à leurs Sidewinder.
  • Mc Donnell Douglas F-4E Phantom II, que l’on ne présente plus non plus. Le célèbre biréacteur de la Guerre Froide est sur le déclin en Corée du Sud, puisque son retrait du service est annoncé pour 2014-2015. En attendant, il remplit des missions d’interception à courte portée et d’attaque au sol. Il faut souligner que tout comme leurs homologues japonais, les F-4E sud-coréens avaient été massivement rétrofités en France par Thomson-CSF entre 1986 et 1992.
  • Le Korean Aerospace FA-50 Golden Eagle, un avion léger de conception indigène mais développé avec le concours de Lockheed-Martin. D’une catégorie proche du M-346 Master italien, il peut difficilement être considéré comme un chasseur à part entière. Même si son constructeur le déclare apte au tir d’AIM-120.

Voilà ce petit tour d’horizon pour mieux comprendre une aviation de chasse qui risque de très vite se retrouver sous les feux de la rampe.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

7 COMMENTAIRES

  1. Merci pour ce tour d’horizon fort opportun, la force aérienne sud coréenne est en effet encore assez inconnue dans nos médias papier. Par contre je ne pense pas que le vieux F-5E Tiger II puisse tirer des missiles AIM7 Sparrow qui eux nécessitent un radar de longue portée pour le pistage et l’illumination de cibles aériennes. Vu le faible diamètre du cône, le radar ne devrait pas être assez performant pour guider les Sparrow comme les F4. Cdlt Phil

  2. Salut !
    Belle vidéo du FA 50 coréen que je ne connaissais pas, il fait plus avion d’entrainement qu’intercepteur, La ressemblance avec l’avion d’entrainement italien Aermacchi est frappante. L’aviation nord coréen ne pèserait pas lourd face au sud, le nord disposant que de vieux avions : Mig 29, SU 25, SU 7, Mig 23, ET 19 et dans quel état.

  3. Bonjour,
    Une petite précision: les F-15K ne peuvent emporter le missile de croisière AGM-158, la dérive du missile ne logeant pas sous les points d’emports capables de supporter sa charge. C’est pourquoi la Corée du Sud semble s’orienter vers l’achat de missiles européens « Taurus » à la place. Ils viendront compléter les SLAM-ER que les F-15K emportent déjà.
    Cordialement

Laisser un commentaire