Notre-Dame-des-Landes se fera finalement

[Polémique] Notre-Dame-des-Landes se fera finalement

J’avais déjà abordé le sujet il y a quelques mois, ici même, mais il semble bien que le projet de nouvel aéroport nantais, le fameux Notre-Dame-des-Landes ai progressé. Et pas forcément dans le sens désiré par ses opposants. En effet, la « commission de dialogue », mise en place il y a quelques semaines pour désamorcer le conflit social et humain entre pros et antis, a enfin rendu publique ses conclusions. Et force est de constater qu’elles ne risquent pas de calmer les plus farouches ennemis de ce projet. Petit retour en arrière.

Soutenu, à bras le corps, par un Jean-Marc Ayrault encore alors seulement député-maire de Nantes, ce programme s’est d’abord fait dans une relative concorde nationale entre l’Etat et les collectivités locales, malgré quelques opposants ça et là, logiques quand on parle d’un dossier aussi épineux qu’une infrastructure aussi lourde qu’un aéroport. Il a existé le même genre d’opposition dans les années 70 à l’arrivée à Roissy de l’aéroport Charles de Gaulle. Et aujourd’hui tout le monde semble d’accord pour dire que l’aéroport parisien était nécessaire.

Les arguments des pro-aéroportuaires sont principalement axés autour de la sûreté et du développement économique. Pour le premier point il faut souligner que la plateforme actuelle, Nantes Atlantique, n’est absolument plus à même d’accueillir en sécurité les centaines de milliers de passagers qui transitent par la capitale du Grand Ouest. En effet, les origines de cet aéroport remontent aux années 50, et même plus loin à un terrain d’aviation de l’entre-deux-guerres, utilisé pendant l’Occupation par la Luftwaffe. C’est un peu comme si Lyon utilisait l’aéroport de Grenoble. Il est évident que la plateforme n’est pas adapté à des avions de nouvelle génération comme l’A380, mais aussi les projets en cours chez Airbus et Boeing.

Le second point auxquels tiennent les militants favorables au nouvel aéroport concerne le développement économique de la région. Ville de province parmi les plus dynamiques économiquement et culturellement Nantes ne peut plus accorder d’implantations immobilières du type entreprises autour de l’actuel aéroport, tout simplement parce qu’il y a trop d’habitations dans la zone. Hors chacun sait qu’un aéroport est également un nid, une véritable pépinière pour les entreprises, et donc les emplois. Mais surtout l’un des principaux employeurs industriels nantais n’est autre qu’Airbus Industrie qui a également recours à l’unique piste de Nantes Atlantique pour ses vols de réception. Cependant Airbus n’est pas inféodé à cette région, et si l’exploitation de ses installations nantaises devenait trop conflictuelle, elle pourrait se rabattre vers l’Allemagne ou l’Espagne, causant ainsi de nombreuses mises au chômage d’employés locaux, et par ricochets beaucoup de fermetures de sous-traitants dans la région.

Mais il faut néanmoins tenir compte de certains arguments des opposant, malgré qu’il y en ai beaucoup, et notamment d’assez farfelus. En premier lieu donc le respect de l’environnement. Beaucoup soulignent que ce nouvel aéroport va bétonner une région jusque là sauvegardée, où l’on trouve encore majoritairement des terres agricoles, des bosquets d’arbres, et des bois. Ils opposent donc la nature à l’expansion économique et humaine. Un argument qui peut sembler valable à bien des égards, mais qui malheureusement pour beaucoup ne suffira pas. L’environnement aussi, avec les nuisances sonores, malheureusement à jamais liés aux aéroports.

Alors oui, cet aéroport va condamner des familles à quitter leurs terres, à quitter des fermes. Mais les compensations financières sont prévues. Peut on « racheter » les vies et le passé, je n’en suis pas sûr. Toujours est il qu’il faut bien trouver une solution. Car plus personne n’a envie de revoir sur nos écrans de télé ces images où des compagnies de CRS et de gendarmes mobiles évacuaient des opposants en les traquant dans les forêts. Pas plus qu’on a envie de revoir les images de certains éléments incontrôlables qui s’en prenaient physiquement à de jeunes militants considérés comme « favorables »ou à des élus locaux. La violence n’est jamais une solution.

J’en entends déjà crier que mon propos est orienté idéologiquement, et ils auront raison. Oui je suis largement favorable à l’implantation d’un nouvel aéroport à Notre-Dames-des-Landes, pour au moins deux raisons. Primo, j’ai déjà eu recours à l’actuelle plateforme nantaise et j’ai donc pu me rendre compte de sa relative obsolescence, et secundo je pense (peut être à tort) que l’on doit préserver et développer l’emploi plutôt que le mettre en péril pour quelques hectares de verdures. Par contre j’aimerais un aéroport « durable », écologiquement pensé, et qui donnerait à réfléchir sur l’avenir de l’aéroport français du futur. Car au-delà de Nantes d’autres métropoles devront anticiper la fin de vie de leurs actuelles plateformes : Clermont-Ferrand, Lille, Nice, ou encore Strasbourg. Gageons que les propositions de la commission seront prises en compte afin de faire du futur aéroport nantais une vitrine du savoir-faire local et national sur le sujet.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

2 COMMENTAIRES

  1. Élève pilote depuis quelques mois a l’aéroport d’Entzheim-Strasbourg, je confirme que les infrastructures évoluent puisque la construction d’une toute nouvelle tour est déjà bien entamée… L’espace autour laisse plein de possibilité en terme d’essor des activités industrielles et commerciales. Pour le reste (notamment l’aérogare) c’est largement suffisant puisque l’aéroport est loin d’être au niveau de renommée de la capitale alsacienne (en terme de fréquentation)

  2. Plusieurs médias nationaux et locaux annoncent le départ progressif depuis ce matin des compagnies de gendarmes mobiles et de CRS qui entouraient la zone. C’est un signe manifeste d’apaisement entre les pouvoirs publics et les manifestants. Le dossier Notre Dame des Landes mérite largement une négociation « pacifiée ».

Laisser un commentaire