Obama envoie ses B-2 en Corée

[USA] Obama envoie ses B-2 en Corée

Pour parler clairement, et n’en déplaise à certains esprits chagrins adeptes du politiquement correct : « ça pue cette histoire entre Washington-DC et Pyongyang« . Certes l’info n’est pas d’une première fraicheur, mais il me fallait la recouper et encore la recouper pour être sûr qu’elle soit fiable et vous la donner avec mon sentiment : le Président des Etats-Unis Barack Obama a visiblement bel et bien déployé entre deux et six bombardiers furtifs Northrop B-2A Spirit en Corée du Sud. Officiellement, la Maison Blanche insiste sur le fait que ce déploiement était prévu de longue date pour un exercice grandeur nature entre les forces américaines et sud-coréennes impliquant des moyens très lourds. Tellement lourds que l’US Air Force sort les plus onéreux et plus discrets de ses joujoux.

Car bien sûr nous connaissons tous le B-2A, bien sûr nous savons qu’il s’agit du seul véritable avion 100% furtif dans l’arsenal américain, mais finalement le mystère qui entoure autant son utilisation au quotidien que ses missions extérieures est tel qu’au final on se rend vite compte qu’on ne sait pas grand chose de ce fabuleux avion de combat. Qu’on l’aime ou le déteste, il ne laisse personne insensible. Le Spirit, est à l’image de toutes les ailes volantes, comme le Go-229 par exemple, un avion vraiment à part. Et ses courbes n’y sont pas étrangères mais n’expliquent pas totalement ce sentiment bizarre lorsqu’on a la chance d’apercevoir une de ses machines. En fait, on a l’impression d’admirer le futur de l’aviation. Bon j’arrête là mes divagations, et je reviens au sujet initial : l’envoi de B-2 en Corée.

Les deux principaux avantages de cet avion vis à vis des missiles de croisière, dans l’hypothèse d’une frappe préventive contre les installations militaires nord-coréennes, sont bien entendu la furtivité de l’avion, notamment à haute altitude, mais aussi et surtout la très grande flexibilité d’emploi de son armement. Le Spirit peut notamment tirer les fameuses bombes anti-bunkers à guidage laser GBU-28 et GBU-37 très efficace pour perforer les abris anti-atomiques. Parmi les autres armes emportées on notera la bombe dite « cluster » CBU-87 qui a fait ses preuves autant en Afghanistan, qu’en Irak, ou plus récemment en Libye. Mais surtout le B-2A peut emporter tout l’arsenal non conventionnel américain, et ça, diplomatiquement parlant c’est un véritable argument massue pour la Maison Blanche et le Département d’Etat. On ne pourra pas dire que les Nord-Coréens n’auront pas été prévenus.

A l’instar de la 7ème flotte US récemment envoyée sur zone, les bombardiers furtifs représentent un élément de l’engagement américain dans le bras de fer avec Kim-Jong-Un. Le jeune dictateur nord-coréen ne peut ignorer les capacités réelles de cet avion, mais aussi son pouvoir en tant qu’arme psychologique. Un bombardier indétectable, pour ainsi dire invisible, représente une arme de premier choix pour Obama. Même si ces avions ne sont là que pour s’entraîner…

Photo (c) Wikimedia Commons.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

6 COMMENTAIRES

  1. Effectivement les allemands avaient fabriqué des ailes volantes HO 2/29 très moderne pour l’époque, les frères Horten ont été les pionniers dans ce domaine s’ils avaient réussi à mettre en ligne ces avions furtifs face aux radars britanniques le cour de la bataille d’Angleterre aurait pu changer heureusement ce ne fut pas le cas, ainsi que des avions à réaction tel que les Me 163 Komet à moteur fusée qui décollaient sur des lanceurs sur roues et atterrissaient comme des planeurs souvent en catastrophe le Me 262 etc… les américains ont vite compris l’intérêt de ces avions très modernes pour l’époque.

  2. Sont-ils réellement en Corée du Sud, pas plutôt à Guam?? dans le cadre initialement d’un exercice prévus de longue date et qui fait grincer les dents des Nord-Coréens??

  3. De mémoire le radar trans horizon de notre beau pays, n’avait-il pas détecté le B2 ?
    La stratégie d’emploi du B2 est de pouvoir bombarder un site n’importe ou sur la planète en moins de 48h, non ?

Laisser un commentaire