Une semaine dans l’industrie aéronautique (03-09/06/2013)

Une semaine dans l’industrie aéronautique (03-09/06/2013)

avec un faute aire d'equipage de mission spatial , voila l'equipage du premier vol

Bonjour. On est lundi et voilà une petite liste ce qu’il faut savoir sur l’actualité de la semaine passée pour mieux comprendre les enjeux de cette semaine qui commence.

 

<(27/05-02/06/2013)semaine precedente

semaine suivante(10-16/06/2013)>

 

F-35
F-35

Les Australiens font leur emplette aux USA. L’Australie, qui utilise déjà des F/A-18 super hornet, a annoncé qu’elle commanderait auprès de Boeing 12 EA-18G Growler qui est la version de brouillage et de destruction des défenses ennemies du Super Hornet. En plus des différents systèmes installés en bout des ailes ou dans le nez à la place du canon, il est équipé de trois pods de brouillage sous les ailes et sous le ventre de l’avion. Il est aussi équipé de missile AGM-88 HARM antiradar et d’AIM-9 Sidewinder pour se protéger des autres avions. L’Australie a aussi confirmé la commande de 72 F-35, l’avion furtif à tout faire américain. L’Australie serait donc le premier pays hors atlantique à officialiser cet achat.

Point spécial A350 XWB

A350 reacteur

Le premier vol de l’A350 devrait avoir lieu jeudi 13 juin ou vendredi 14 selon les conditions météo. Pour rappel, l’A350 XWB (pour eXtra Wide Body, fuselage extra large) est à avion long rayon d’action ( plus de 15 000 km) pouvant emporter de 300 à 400 passagers. Il est destiné à remplacer les A330 et a concurrencé le 787 de Boeing. Il incorpore une grande quantité de matériau composite, plus d’électroniques que les Airbus précédents, et utilise des réacteurs Trent XWB de Rolls-Royce plus économique en carburant. Pour l’instant, pas moins de 616 avions on été vendu alors qu’il ne rentrera pas en service avant 2014. Le premier vol de la semaine prochaine sera le premier effectué à Toulouse (l’A400M a décollé de Séville en 2009) depuis celui de l’A380 en 2005.

Dimanche dernier (le 2) l’APU (auxiliaire power unit, petit réacteur caché sous la dérive servant entre autres à démarrer les réacteurs) a été allumé, ce fut ensuite le tour des deux réacteurs Trent XWB .

L’avion a fait sa première séance roulage avec ces propres réacteurs mardi. Pour l’instant, il ne dépasse pas les 56 km/h. Trois autres séances devraient suivre dont la dernière s’achèvera par l’atteinte d’une vitesse proche de celle de décollage suivie un freinage brusque destiné à déterminer la vitesse de décision (ou V1) à partir de laquelle l’avion est obligé de décoller.

Le même jour, l’équipage de ce vol historique a était présenté. Avec leur badge et leur combinaison orange, ils ont un faux air d’équipage de navette spatial.

avec un faute aire d'equipage de mission spatial , voila l'equipage du premier vol
de gauche a droite: Chandler, Magrin, Verneau, Du Ché, Constanzo et Alonso

Pilotes d’essais (PE)

  • Peter Chandler (PE chez Airbus depuis 2000), il est le chef des pilotes d’essais depuis 2011.
  • Guy Magrin (PE chez Airbus depuis 2003), c’est le pilote rattaché au programme A350 XWB

Les ingénieures d’essais en vol (IEV)

  • Pascal Verneau (dans la division essai en vol d’Airbus depuis 1999), c’est l’ingénieur d’essais du programme A350 XWB et il se trouvera dans le cockpit.
  • Patrick Du Ché(IEV chez Airbus depuis 2001), chef des tests de développement en vol en 2012
  • Emmanuele Constanzo (IEV chez Airbus depuis 2004), il dirige les essais en vol des réacteurs Trent XWB
  • Fernando Alonso : (bien sûr le pilote de F1 ne fait pas une pose entre deux grand prix, celui-là est IEV chez Airbus depuis 1987), il dirige le centre de test de vol et intégration depuis 2004.

Concernant le parcours, le vol devrait durer 4 heures avec rentrée du train d’atterrissage (une première pour un premier vol d’Airbus). Il devrait commencer par une évolution à basse altitude avant de monter à l’altitude de croisière (11000 m). Il devrait survoler les Pyrénées remonter vers Bordeaux et pousser jusqu’en Bretagne, si la météo le permet. De ce coté là, un pilote d’essai a annoncé que le seul motif de report du premier vol serait l’orage. En effet, l’A350 incorpore beaucoup de matériaux composites qui peuvent éclater s’ils sont touchés par un éclair, même si l’avion est évidemment conçu pour y résister. Mais Airbus préférerait éviter de prendre de risque au vol inaugural.

Pour le Bourget, même si la possibilité d’un atterrissage et d’une présentation statique a souvent été évoquée, on semble plutôt s’acheminer vers un survol du salon au cours du second vol.

J’ai plus qu’à dire aux spotters d’affûter leurs appareils photo et à souhaiter bon vol au gros poussin d’Airbus

 

Thibaut
Je tien d’abords a remercie mes amis du forum (ou je réponds au pseudo de phenix) qui m’ont aidé dans mes rédactions. Pour ma part, ma passion de aviation (surtout les appareils de combat moderne) ma poussé à quitter l’Ardèche pour une entrer dans une école d’ingénieure aéronautique a Toulouse.

2 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire