La RAF se prépare à l’arrivée de ses Air Seeker

[Défense] La RAF se prépare à l’arrivée de ses Air Seeker

Presque cinquante ans après son entrée en service dans l’US Air Force le Boeing RC-135 connait un second souffle, et ce de l’autre côté de l’Atlantique, auprès du plus fidèle allié des États-Unis, le Royaume-Uni. En effet en mars 2010 le ministère britannique de la défense a annoncé, un peu à la surprise générale, sa décision d’acquérir trois Boeing RC-135W River Joint. Certes cette version est la plus moderne en service dans l’arsenal américain, mais aux avis de nombreux experts c’est un avion qui serait plutôt sur le déclin, au profit de nouvelles machines, conçues sur de futures structures dérivées des 767 et 777.

Les trois avions commandés doivent donc entrer en service en 2014, 2016, et 2018 sous la désignation de Boeing Air Seeker R Mk-1. Si extérieurement rien ne semble vraiment les différencier des RC-135W il semblerait que les différences soient véritablement liées à l’avionique et à l’équipement de renseignement de l’avion, faisant notamment appel à des systèmes conçus et développés en Europe, principalement au Royaume-Uni. Des sociétés comme BAe Systems, L-3 Communications, MBDA, Raytheon, et même Thalès semblent travailler en effet sur ce chantier. Les Air Seeker sont d’anciens KC-135R ayant volés sous cocarde américaine.

Le premier Air Seeker, frappé de la cocarde britannique, vole enfin.
Le premier Air Seeker, frappé de la cocarde britannique, vole enfin.

Aussi les essais en vol ont commencé depuis maintenant quelques jours sur le premier avion, codé ZZ664. Ils annoncent d’ores et déjà l’avenir du renseignement aéroporté britannique. En dignes successeur des anciens Nimrod R Mk-1, désormais retirés du service opérationnel, les Air Seeker seront utilisés par le Squadron 51 de la Royal Air Force. Ils viendront ainsi renforcer la flotte britannique tournant actuellement autours des drones et des cinq Sentinel. Les quadriréacteurs d’origine américains rendront donc à la RAF toute sa puissance et sa suprématie européenne en matière de recueil du renseignement aéroporté. Depuis le retrait du Sarigue-NG, pour des raisons d’économies, la France n’a de son côté plus aucun avion similaire.

Photos (c) Royal Air Force.

 

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire