Le B-1 Lancer se recycle dans la lutte antinavire

Le B-1 Lancer se recycle dans la lutte antinavire

Généralement la lutte antinavire est une mission dévolue aux aéronefs des aéronavales, et donc rarement à ceux des forces aériennes. Ce sont dans la majorité des cas des hélicoptères type Lynx ou Sea King, mais aussi des chasseurs bombardiers comme le Mirage 5 ou encore le F/A-18 qui réalisent ces attaques. C’est donc assez stupéfiant d’apprendre que début septembre, c’est un bombardier stratégique américain B-1B Lancer qui a réussi un tir de bombe à guidage laser contre une frêle embarcation.

L’arme tirée est une bombe GBU-10 dotée d’une charge Mk-84. La bombe d’une masse d’un peu plus d’une tonne et cent soixante kilos a été guidé en partie au moyen d’une nacelle de guidage AN/AAQ-33 Sniper. Ce couple permet des frappes très précises et nettes, grâce au rendu par image.

Chargement de la bombe GBU-10 dans la soute du Rockwell B-1B.
Chargement de la bombe GBU-10 dans la soute du Rockwell B-1B.

La nouveauté sur la frappe survenue le 4 septembre dans la Golfe du Mexique c’est que les Américains ont détruits un navire (téléguidé je vous rassure) filant à plus de trente-cinq nœuds (soit environ 65 km/h) au moyen d’une bombe et non d’un missile. Il n’y avait donc aucun système de propulsion sur l’arme, et ce sont les calculateurs qui ont tout fait pour permettre de couler l’objectif.

Ce tir d’essais est une petite révolution. En effet, jusque là les bombes à guidage laser se contentaient de détruire des cibles fixes ou roulant à faible vitesse, comme des colonnes de chars par exemple. Ce tir valide donc l’emploi de la GBU-10, une arme pourtant employée par l’US Air Force depuis plus de trente ans, dans un domaine nouveau : la destruction de cibles mouvantes rapide.

 

La GBU-10 saisie au moment de la destruction de sa cible.
La GBU-10 saisie au moment de la destruction de sa cible.

Alors certes on en est pas encore à voir disparaître les missiles classes Exocet ou Harpoon, mais ce tir réussi permet d’entrevoir une nouvelle manière, plus discrète, et sûrement moins onéreuse, de couler ou d’endommager fortement les navires de surface ennemis.

Photos (c) US Air Force.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

1 COMMENTAIRE

  1. Que de chemin parcouru, depuis les tapis de bombes de la deuxième guerre mondiale, et maintenant une bombe qui est capable de « suivre » sa cible et de l’atteindre…
    Le B-1 a quand même plus que ça à faire ou quoi? Une si petite bombe dans cette immense soute, misère.

Laisser un commentaire