Des Lynx britanniques en Bretagne

Des Lynx britanniques en Bretagne

La Bretagne c’est chouette, et pas uniquement pour ses crêpes, son cidre (à consommer avec modération bien sûr), et sa météo si particulière. Non c’est aussi chouette parce que cette région est une mine d’or pour quiconque veut voir passer au-dessus de sa tête des aéronefs militaires, notamment ceux frappés du hameçon de l’aéronavale. Mais pendant ces derniers jours les Bretons avaient au-dessus d’eux des Lynx grisâtres, flanqués d’une drôle de cocarde tricolore, et portant l’Union Jack, le drapeau britannique.

En effet, les équipages de trois Lynx HMA Mk-8 sont venus rendre visites à leurs confrères français de la Base d’Aviation Navale de Lanvéoc-Poulmic dans le Finistère. Ceux ci appartenaient au 702th Naval Air Squadron basé à Yeovilton dans le sud-ouest de l’Angleterre. Ils sont arrivés lundi 18 novembre en fin de mâtinée. Les hélicoptères et équipages de la Fleet Air Arm étaient présents pour une session d’entraînement aux survols terrestres et maritimes, ainsi que pour les procédures de lutte anti-sous-marine.

Personnels britanniques et français s'affairent autours d'un Lynx de la Royal Navy.
Personnels britanniques et français s’affairent autours d’un Lynx de la Royal Navy.

Cette présence britannique en Bretagne a aussi permis aux marins français de peaufiner leur maîtrise de la langue de Shakespeare, notamment pour les mécaniciens et personnels de pistes. Il en était vraisemblablement de même pour les jeunes marins britanniques. Jeunes car cette phase d’entraînement en France s’inscrit dans la formation des futurs équipages de Lynx de la Royal Navy.

Ce vendredi 22 novembre 2013 en fin de mâtinée, les militaires français ont eu la joie de voir arriver un des fleurons actuels de l’industrie aéronautique britannique, un AW-159 Wildcat appartenant au 700th Naval Air Squadron, l’unité d’expérimentation aérienne de la Fleet Air Arm. Le Wildcat a réalisé quelques survols de la base bretonne, avant de venir s’y poser. L’équipage en a profité pour réaliser une opération d’avitaillement rotor tournant. Une procédure aussi délicate pour les pilotes britanniques que passablement dangereuse pour les pistards français. Mais réalisée de main de maître, preuve s’il en fallait encore de la parfaite interaction franco-britannique.

Un Lynx anglais sous un ciel breton que l'Angleterre ne renierait pas.
Un Lynx HMA Mk-8 anglais sous un ciel breton que l’Angleterre ne renierait pas.

Les quatre hélicoptères ont retraversé la Manche (aussi appelés le Channel dès qu’on l’a franchi) en fin d’après-midi ce même vendredi 22 novembre. Sûrement que leurs équipages ne voulaient pas manquer le grand show de la BBC du lendemain 23 novembre 2013 pour les cinquante ans du Doctor Who. On est Anglais ou on ne l’est pas. Reste que ces échanges renforcent encore un peu plus l’amitié entre la Marine Nationale et la Royal Navy, un peu plus de deux siècles après que les marins anglais nous aient collé la raclée de notre vie à Trafalgar.

Photos (c) Marine Nationale.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire