Encore un crash de drone, cette fois sur le lac Ontario

Encore un crash de drone, cette fois sur le lac Ontario

Pour la 2ème fois en moins d’un mois, un drone de combat appartenant cette fois à la Garde Nationale américaine, s’est écrasé. Après celui d’un Predator à Holloman AFB, le MQ-9 Reaper s’est crashé durant des opérations de formation des équipages depuis une altitude supérieure à 18.000 pieds pour finir dans le lac Ontario.

La liaison de contrôle en lien avec le satellite s’est interrompue et l’avion est tombé dans le lac. Les garde-côtes américains sont allés chercher l’avion, mais ils n’ont rien trouvé.

Cet incident démontre encore la vulnérabilité informatique de ces systèmes d’armes. Je suis d’ailleurs surpris qu’un tel engin n’est pas un mode de vol « stand by » en attendant la réception d’une nouvelle liaison satellitaire.

Ce Reaper était affecté à l’escadre d’attaque aérienne 174 opérant à partir de Wheeler Sack Army Airfield, à Fort Drum, dans l’état de New York.

Personne n’a été blessé et l’avion n’avaient pas d’armes à bord. L’exercice de formation avait lieu dans l’espace aérien d’entraînement militaire sur le lac Ontario.

Le MQ-9 est l’appareil d’entraînement et de formation pour l’ensemble de la force aérienne américaine. Les pilotes et les opérateurs de tout le pays viennent ici pour apprendre à faire fonctionner le Reaper.

Cet accident arrive moins d’un mois après qu’un drone de reconnaissance de l’USAF, un MQ-1B Predator, se soit écrasé à Holloman Air Force Base, au Nouveau-Mexique.

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

2 COMMENTAIRES

  1. Espérons que ce n’est pas un « aviateur » français de l’Armée de l’Air qui a planté ce joujou. Déjà que les Reaper nous coûtent un bras, si en plus on venait à en casser un aux Américains pendant que nos « pilotes » apprennent à « voler » dessus alors là ce serait le pompon.

Laisser un commentaire