L’Armée de l’Air perçoit son deuxième Atlas

L’Armée de l’Air perçoit son deuxième Atlas

Deuxième et sûrement pas second, rassurons nous, tant l’A400M est attendu des aviateurs français. L’arrivée le 30 septembre dernier du premier exemplaire de cet avion de transport avait suscité un engouement très fort en France, au point même que les journaux télévisés de France Télévision ou de TF1 s’en emparent. C’est d’une manière nettement plus intime que MSN008, le deuxième Atlas français de série, a fait son arrivée dans son nouveau « chez lui ».

C’est sur la Base Aérienne 123 d’Orléans, que ce mercredi 13 novembre 2013, l’avion est arrivé en fin d’après midi. Il devra encore faire ses preuves entre les mains des pilotes d’essais et de réception avant de pouvoir enfin remplir sa première mission, la plus attendue certainement, remplacer les vieux Transall C.160 encore en état de vol.

Le deuxième Atlas de série fait son entrée dans son hangar d'Orléans.
Le deuxième Atlas de série fait son entrée dans son hangar d’Orléans.

Désormais c’est au rythme d’environ un avion toutes les quatre à six semaines que l’Armée de l’Air prendra livraison de ses Atlas. Programme majeur de notre aviation, le quadriturbopropulseur d’Airbus est aussi une vitrine du savoir-faire européen en matière d’aéronautique, et notamment d’aviation militaire. Mais surtout le constructeur peut désormais s’appuyer sur un ambassadeur de choix en la personne de la France pour montrer que son nouvel avion est une machine pleinement opérationnel. Gageons que MSN008, désormais immatriculé F-RBAB, saura lui aussi jouer ce rôle de porte-étendard.

Alors on se met à rêver de voir plusieurs Atlas voler de conserve le 14 juillet prochain au-dessus des Champs-Élysées, là même où cette année un seul avion faisait le show, encadré par deux Rafale. Une manière aussi de montrer que même en période de crise l’Armée de l’Air demeure une des principales forces aériennes en Europe, si ce n’est la première.

Photos (c) Armée de l’Air

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

3 COMMENTAIRES

  1. « Désormais c’est au rythme d’environ un avion toutes les quatre à six semaines que l’Armée de l’Air prendra livraison de ses Atlas. »
    Permettez moi de corriger: 4 appareils sont attendus en 2014, 4 autres en 2017, 3 en 2017 et 2 en 2017 ce qui fait, avec les deux appareils livrés courant 2013, un total de 15 machines en parc fin 2017, ce qui voudrait dire qu’il n’y aurait plus de livraisons avant au moins fin 2019 puisque la LPM-2014 prévoit un parc de 15 machines à l’horizon 2019, le solde étant livré dans les années 2020. Pour mémoire la France a commandé 50 exemplaires, et normalement le calendrier prévoyait d’avoir une grosse trentaine d’avions en ligne à la fin des années 2010. La raison, vous vous en serez doutés, est d’ordre budgétaire: on étale le programme pour étaler les paiements, et éviter une réduction de commande. La menace d’une réduction de la commande française en dessous de 50 appareils semble toutefois crédible vu la situation financière actuelle de la défense.

    Dernière remarque: en matière de transport stratégique, la première force aérienne d’Europe reste pour l’instant la RAF, qui met en ligne pas moins de 8 C-17, une trentaine de C-130K/J, 14 A-330MRTT « Voyager », quelques Bae-146. 25 A-400M ont été commandés (mais trois ont été annulés, portant la commande à 22 appareils) et doivent remplacer la totalité des C-130 à l’horizon 2025-2030 (même si leurs C-130J seront alors assez « jeunes »).

    • Mon cher Corentin, ma remarque sur la position européenne de notre Armée de l’Air ne concernait pas que les forces de projection, mais toutes ses composantes. Il s’agissait d’un avis sur une vue d’ensemble. Quand aux livraisons je me réfère aux chiffres données par Airbus Military. Bien entendu la France n’a en 2013 plus les moyens de ses volontés d’achat d’il y a dix ou quinze ans, nous devons faire des sacrifices, et ce même si c’est injuste.

  2.  » Quand aux livraisons je me réfère aux chiffres données par Airbus Military »

    Bonsoir,

    Il s’agit des chiffres tous clients confondus, pas seulement l’armée de l’air française.

Laisser un commentaire