Les Mirage F1CR se préparent à tirer leur révérence

Les Mirage F1CR se préparent à tirer leur révérence

Il est des évènements comme ça qui annoncent souvent une proche retraite bien méritée. Tel est le cas des manœuvres aériennes actuellement réalisées par les derniers Mirage F1-CR appartenant à l’Escadron de Reconnaissance 2/33 Savoie. En effet, c’est l’ultime campagne de tir air-sol des Mirage F1-CR, et elle sonne donc le glas pour ce vieux serviteur de l’aviation française. Ultime version du Mirage F1 encore en service en France, avec la toute petite poignée de F1-B destinée à la transformation, le F1-CR est une version originellement destinée à la reconnaissance tactique et notamment aux prises de vue post-strike.

C’est au-dessus de Captieux en Gironde que les Mirage F1-CR de l’Armée de l’Air larguent leurs munitions, dont certaines guidées par laser. Car c’est là que réside la véritable polyvalence du monoréacteur, dans sa capacité à tirer tous types d’armes, des bombes lisses et roquettes aux bombes à guidage laser type BGL ou Paveway. Bien entendu il continue d’être l’appareil photo volant des aviateurs français, comme il l’a encore prouvé cette année au Mali.

Deux armuriers gréent un Mirage F1-CR au moyen d'une arme à guidage laser GBU-16 d'origine américaine.
Trois armuriers gréent un Mirage F1-CR au moyen d’une arme à guidage laser GBU-16 d’origine américaine.

Les pilotes de l’ER-2/33 n’ont cependant pas le droit à l’erreur, et n’en feront vraisemblablement aucune. En effet, dernière campagne de tir ou pas, cela reste un exercice faisant appel à leur professionnalisme et à leur capacité à diriger ces machines certes anciennes, mais au potentiel encore réel. On peut donc être sûr et certains que les artificier de Captieux vont encore avoir fort à faire avec d’éventuelles munitions non explosées. Reste que le Mirage F1-CR demeure globalement un des avions de combat disposant actuellement de la plus grande régularité dans la réussite de ses tirs air-sol. L’avantage pour les pilotes de l’ER-2/33 est la proximité de Captieux par rapport à la Base Aérienne 118 de Mont-de-Marsan dans les Landes où ils sont stationnés.

Les bombes d'exercice (en bleues) sont bien visibles sous ce Mirage F1-CR.
Les bombes d’exercice (en bleues) sont bien visibles sous ce Mirage F1-CR.

Dans quelques temps le Mirage F1-CR fera ses adieux au profit du Rafale, doté d’une nacelle de reconnaissance dernière génération. Là encore les pilotes du Savoie joueront la carte de la polyvalence, mais à une nouvelle échelle. Ils ont eu le temps de s’y habituer, leurs Mirage F1-CR volants souvent de conserve avec les Rafale des autres formations françaises, que ce soit au-dessus de nos têtes, ou bien en opérations extérieures, notamment en Afghanistan. Une page se tournera, mais à coup sûr si le professionnalisme demeurera, beaucoup de pilotes auront un pincement au cœur en disant au-revoir à leurs chers Mirage F1. Beaucoup de passionnés comme moi aussi auront ce pincement.

Photo (c) Armée de l’Air.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire