Camouflet pour l’Eurofighter aux Emirats, retour en grâce du Rafale ?

Camouflet pour l’Eurofighter aux Emirats, retour en grâce du Rafale ?

Après la défaite du Rafale au Brésil avant hier, l’avion de chasse français reprends des couleurs avec la décision des Emirats. Les Emirats Arabes Unis n’ont pas choisi l’avion de combat européen Eurofighter, rival du Rafale de Dassault Aviation, pour leur armée de l’air. L’annonce a été faîtes hier par le groupe de défense britannique BAE Systems. Le Rafale donc garde toujours ses chances aux EAU.

Une gifle pour l’Eurofighter

Abu Dhabi avait « invité » en décembre 2011, l’appareil européen à concourir pour un appel d’offre de 60 avions de combat, pour remplacer leurs 60 Mirage 2000-9. Les Emirats Arabes Unis ont indiqué qu’ils avaient choisi de ne pas donner suite à cette offre. C’est une surprise de taille pour BAE, l’un des fabricants de l’Eurofighter aux côtés de l’italien Finmeccanica et de l’européen EADS.

Les négociations avaient d’abord débuté exclusivement avec Dassault Aviation de l’achat d’avions de combat Rafale. Les EAU avaient ensuite « convié » le gouvernement britannique et BAE Systems pour l’achat éventuel d’une flotte d’Eurofighter.

Cette annonce vient calmer les ardeurs du géant britannique de la défense qui s’était souvent montrer trop sûr de l’emporter.

Le Rafale seul en lice ?

Cette demie-bonne nouvelle pour le Rafale arrive au bon moment pour Dassault qui a connu une déconvenue de taille il y a quelques jours. L’avion français qui vient de perdre au Brésil face au Gripen du suédois Saab, retrouve une chance réelle de réaliser un second contrat d’exportation après celui de l’Indian Air Force.

En tout cas, le calendrier de ces annonces est assez surprenant. Le Père Noël n’a pas l’air d’exister dans le monde de l’industrie aéronautique.

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

26 COMMENTAIRES

    • Pas de vente de Rafale au brésil en 2013… Et les média clament que c’est une défaite française.

      En fait, non.

      Je piste les échos de multiples sites, et récolte au passage de belle perles: comme cet internaute Pakistanait qui écraivait: « les français sont des gens étranges: ils critiquent tout, même ce qu’il y a de meilleur chez eux (dixit un sujet sur le Rafale »).

      Cela faisait depuis 2 ans que les chances d’équiper l’armée Brésilienne étaient sévèrement écornées: le rafale est trop cher, trop puissant, et incorpore trop d’éléments en métaux composites, alors que la promesse du président Lulla en fin de mandat n’impliquait pas son successeur. Sous la pressions des syndicats, elle a préféré le F18. Avec le Camouflet que lui a infligé la N.S.A et Barrack Obama, le choix d’un appareil peu offensif venant d’un pays lointain et peu influent était un choix idéal, voire naturel pour le puissant brésil, peu menacé par un éventuel conflit.

      En revanche, l’Inde est à couteaux tiré avec la Chine et le Pakistan, ne veut pas acheter américain, et à l’habitude d’acquérir du matériel français.

      Croisons donc les doigts.

  1. Pas de cri de victoire intempestif, on sait qu’avec le Rafale rien n’est jamais complètement fait. Et puis ne nous réjouissons pas trop vite des défaites européennes avec le Typhoon, cet avion fait également travailler une bonne partie du secteur aéronautique et défense français. Quoi qu’il en soit les Emirats et l’Inde semblent bien être des marchés porteurs pour Dassault pour l’horizon 2014/2015.

  2.  » cet avion fait également travailler une bonne partie du secteur aéronautique et défense français ». Je pense que cette bonne partie est chez Cassidian en Allemagne. D’autre part, vous êtes l’un des rares journalistes à noter l’arrogance outre-manche sur cet avion, à la limite du mensonge.

    • L’Allemagne n’étant pas française, il ne s’agissait pas de Cassidian, mais d’équipementiers comme Thalès par exemple qui eux sont Français. Quand à l’arrogance des Anglais sur le Typhoon, on notera que les Français ont le même avec leur invendable Rafale.

      • C’est bien vrai, sauf que eux arrivent à en vendre, malgré cette arrogance….Les commerciaux de Dassault eux….zéro pointé, aller on continu à y croire, et à croiser les doigts, mais là on commence à avoir mal aux doigts depuis le temps. ;-).

      • @Arnaud, ce sera plus sympa, sinon plus juste d’écrire invendu qu’invendable! Je pense que l’arrogance des français dont vous évoquez vient surtout de ceux qui ne sont pas vraiment dans « les négociations », on révèle très peu de déclarations de la part des responsables du GIE Rafale, et s’il y a en avait, aucun ne clame haut et fort qu’on est les meilleurs. Au contraire, je trouve qu’ils sont plus souvent en train de défendre et de réponde aux attaques de la part des médias…français. Quand Airbus a perdu un marché, en civil ou en militaire, on a l’impression que ces médias avaient plus pitié d’eux que les condamner.

      • La presse française ne fait pas preuve d’intelligence avec le Rafale. « Encore un échec pour le Rafale, etc., etc. » Par contre, elle ne parle jamais du TGV. Plus personne n’en veut. La Corée les usera jusque la corde. L’Espagne remplace progressivement les TGV par du matériel national ou allemand. Il serait intéressant de savoir combien coûte aux Français le TGV par rapport au Rafale qui ne se vend peut-être pas, mais qui est passé à la loupe par tous les avionneurs militaires du monde.
        À l’occasion, je ferai une démonstration de l’aberration écologique du TGV par rapport à l’Airbus.

  3. Espérons, espérons mais même seul sur l’offre, les commerciaux de notre cher et unique avionneur seraient capable de perdre le marché ! Franchement, j’ai les boules de voir gâcher un si bel outil !!!

    • La question qui se pose, c’est jusqu’où Dassault est il prêt à aller pour ne pas vendre le Rafale. L’actuelle direction de l’avionneur a t’elle vraiment intérêt à continuer de produire des avions militaires ?

  4. Ça n’exclus pas qu’ils prennent de l’Américain.
    Il peuvent patienter pour attendre le F35 si ça les chante, par exemple.
    Donc ne nous réjouissons pas trop vite.

  5. N’oublions pas mon cher Arnaud que Dassault était bloch et concernant le F35, si c’est une question de prix là on aura peut être notre chance ! Surtout si c Boeing qui vend le rafale ???!! Drôle, non ?

  6. Pour ma part, messieurs j’ignore si mon avis va conquérir l’un d’entre vous, mais moi mon avis sur l’export du Rafale,est que nous devrions faire comme le Mirage IV, ne pas le vendre. Comme ça on gardera l’exclusivité, ça éviteras par exemple que le transfert technologique partent dans le PAK-FA ou même les chasseurs chinois. Je tiens tout de même à rappeler que le Rafale est meilleurs que le F-15, et durant certains exercice, notre chasseur arrivait à battre « l’invulnérable » Raptor américain.

  7. Pour répondre à James, je suis d’accord avec toi, il y a un vrai « désamour » des médias sur les affaires qui touchent au militaire, comme si c’était « mal » de vendre de l’armement, chose que nous faisons depuis des lustres, on place même du matériel de communication au troupe US (RITA de mémoire), mais vendre des Airbus c’est mieux…… Créer, et vendre (ou pas comme le dit Tom), de l’armement de pointe nous permet de garder notre indépendance, et dans ce domaine, les autres pays de l’UE ont fait un choix radicalement différent. Personnellement, je choisis cette idée, de garder le contrôle et le savoir faire plutôt que s’en remettre aux programme américains qui aujourd’hui sont des puits sans fond……

  8. « Le meilleur avion du monde, 2x plus cher que le Grippen mais il est 4x meilleur… » claironnait encore Dassault sur LCI pour expliquer l’échec au Brésil…
    Gros, gros échec au Brésil…et 2ème baffe au moins face au petit Gripen suédois après la petite Suisse dans cet énorme sous-continent auquel l’excellent double-réacteurs français semblait convenir à priori beaucoup mieux.
    Selon beaucoup le meilleur actuellement en combat tournoyant…
    Comme dans beaucoup de domaines militaires (le char Leclercq est aussi « le meilleur du monde »…), la France na-t-elle pas développé SON avion sans tenir compte de l’évolution des menaces depuis la chute du pacte de Varsovie ?
    Le pire est à venir…pour le budget de la France, l’enveloppe budgétaire prévue pour la défense incluant la vente de quelques avions et autres matériels « de pointe »…
    Quand on voit également le retour d’avion comme le Super Tucano, le développement d’avions comme le Yak 130, l’arrivée de chasseurs de 5ème génération comme le T50…on a l’impression que « le meilleur avion multirôles du monde » a du souci à se faire…
    Questions aux experts : pourquoi ne se vend-t-il pas ?

    • Les Yak130, T50 et autres Hawk, sont des avions d’entraînement, occasionnellement pouvant faire des missions de bombardement mais ce ne sont pas des avions de 1ère ligne, à ne pas comparer au Rafale, Typhoon, Gripen, F-16, Mig-29, etc…
      Le Rafale a été développé pour l’Armée française en 1er et il donne entière satisfaction p/r au cahier des charges, remplaçant pratiquement tous les avions de combat français. L’export c’est en plus

  9. Bonsoir,

    Exporter un avion de combat n’est pas une mince affaire, nous en avons encore une fois la preuve avec le rafale français et son rival américain le super hornet dans le cadre de cet appel d’offre brésilien, et ce malgré leur qualité intrinsèque, la puissance de leur fabricant et des états qui les soutiennent.
    Cette « marchandise »hors du commun au regard de sa puissance fait l’objet de tractations souvent interminables, déroutantes et incompréhensibles pour le commun du mortel que nous sommes, car nous ne connaissons qu’une infime partie de l’iceberg que représente ce type de marché. Enjeux politiques, économiques, technologiques, militaires, financiers, interagissent au profit ou l’encontre des avions indépendamment de leurs caractéristiques techniques, d’où des choix qui nous semblent parfois bizarres…!!!
    Notons par ailleurs, que les intérêts des fabricants ( aussi bons vendeurs sont-ils et Dassault en fait certainement partie) ne correspondent pas toujours à ceux de leurs états de tutelle, lesquels imposent leurs conditions étant donné la particularité de ce « produit ».
    Pour ma part, je suis évidemment déçu par cette nouvelle mais je ne jette la pierre à personne car je ne connais pas les tenants et aboutissants de ce marché. Les perdants ne sont pas toujours ce que l’on pourrait croire …. Wait and See ..!

    C’était ma 1ère intervention sur ce site que je visionne tous les jours depuis plus d’un an au même titre que d’autres sites spécialisés; j’essaierai d’intervenir régulièrement en tant que fan d’aviation depuis … 48 ans !!!

    Kenavo !,

    • « Pour contrer quelle menace ? Adapté à quels besoins…de quels pays ? »…je veux dire.
      A propos de la mort du père de l’AK47, j’ai vu un seul bon article traitant également de sa genèse et du StGr44 inventé en 42 jusqu’à la prise de conscience des avantages du fusil d’assaut par la France avec la création du Famas…fin des années 70/début des années 80… (près de 40 ans plus tard…)
      Animé par un nuage de mauvaise foi (léger…) et surtout l’envie de lancer le débat, j’ai rebondi sur l’info du mythique « retard d’une guerre de l’armée française » et présenté les SNLE, SNA et autres Rafale comme 3 autres exemples possibles d’armes excellentes dans une stratégie de dissuasion mais peut-être à côté de la plaque, des besoins post-1989…et dès lors également « en retard d’une guerre » ?
      Aux besoins de quelle(s) nation actuelle répond-t-il ? Non seulement en terme de réponse à une menace mais également de budget ?
      A l’inverse les BPC (Bâtiment de Projection et de Commandement = nouveau portes hélicos d’assaut…) sont de superbes créations et à peine sortis déjà des succès à l’export…

      • Bonne analyse, aujourd’hui je pense que le seul avantage que nous avons à avoir un avion multirôle c’est de réduire les couts de fonctionnement en ayant une seule chaine d’entretien et de consommables.
        Aujourd’hui, il vaut peut-être faire dans le pas cher et efficace comme le AK-47, même s’il n’est qu’une copie du STG44 qui avait en accessoires en canon courbe pour tirer derrière un mur et même un système infrarouge en 45. Le succès à l’exportation des avions moins sophistiqués en est la preuve.

  10. Le Soukhoï T-50 est une avion de 5ème génération, de suprématie aérienne qui est en train d’arriver, de très loin supérieur au Rafale. Par sûr d’ailleurs que celui-ci s’en sorte déjà contre les SU27 et 35 précédents…
    Ce que je veux dire c’est l’actuelle apparition des avions « de niche » dont le drone est d’ailleurs une des facettes qui n’a pas l’air d’émouvoir les certitudes des concepteurs de la stratégie de défenses made in .Fr…
    Non, le Yak130 n’est pas qu’un avion d’entraînement…et tant lui que d’autres tels le Super Tucano2 sont de vrais « produits de niche »…
    Non, en Afrique il n’y a pas besoin d’un Rafale hors de prix pour péter des 4×4 avec une mitrailleuse dessus…
    Bref, reste ma question de savoir, mais il semblerait bien que non, si les stratèges français ont (enfin) révisé leur point de vue d’un chasseur multi-rôles hors de prix issu tout droit de la doctrine ante-1989, « couteau suisse » de la dissuasion, destiné à répondre à toutes les menaces auxquelles l’armée française est appelée à faire face ?
    (ps: sachant qu’il y a encore très, très peu de chances que les russes attaques et que d’autre part attaquer Washington n’est pas envisageable…même sous PS2^^)

    • Bof, Pas sûr que le rafale se tire mal d’une compétition contre un T50 qui n’a pas encore fait ses preuves.
      « Non, en Afrique il n’y a pas besoin d’un Rafale hors de prix pour péter des 4×4 avec une mitrailleuse dessus… »
      Pas sûr non plus : Le rafale peut emmener autant d’armement que 4 yak130 mais en plus, le pilote du rafale est sûr de rentrer car il aura lancé ses munitions à l’abri des SAM et des mitrailleuses…
      C’est le meilleur multirôle et il est VRAIMENT multirôle.

  11. Le Yak est un avion d’entraînement au combat avancé, sa version transalpine est le M-346. Il peut être un avion de 1ère ligne pour des pays à budget limité mais je le vois mal être le chasseur de 1ère du Brésil. Ce qui m’a fait penser au T-50 coréen.
    La France n’a pas le budget qu’il faut pour avoir des avions spécialisés. Le Rafale a été conçu, à la demande des militaires pour remplacer à terme tous les avions d’arme français. C’est sûr qu’il est surqualifié dans un conflit assymétrique. On investit dans un avion de combat pour 30 ans en moyenne, je ne m’avancerais pas pour prédire que la France n’aura pas à affronter des conflits majeurs dans les 20 ans à venir.

  12. Bonjour à tous,
    Je voudrais juste revenir sur cet (celui du Rafale) échec en en particulier au Brésil car pour la Suisse, beaucoup de zones d’ombre entoure ce marché et même en toute objectivité, on ne peut pas faire autrement que de se poser des questions sur son attribution (sauf si on est Suisse et encore !!! Je taquine amis suisses !)
    Donc pour le Brésil, il est très clair que le prix était le facteur essentiel de ce marché. Rappelons quand même que ce pays n’a plus le taux de croissance d’il y a 5 ans lorsque la décision d’organiser la CDM et les JO a été prise. Pour info, la CDM c’est 11 Mds d’euros et les JO au moins 30 Mds. La colère gronde déjà fortement pour les 11 Mds d’une épreuve dans le pays où ce sport est religion (Marseille à côté c’est rien). Dans 2 ans, ce sont les JO et encore plus d’argent à dépenser dans des structures qui ne serviront qu’une seule fois pour certaines. Alors imaginer ce que cela aurait été pour l’achat du Super hornet, du Rafale ou encore de l’Eurofighter ! 2014 est une année électorale présidentielle et le système social et éducatif brésilien, sont proche du chaos alors comment ne pas comprendre (même si je le regrette profondément) l’achat d’un prix plutôt que d’un produit !!!
    Maintenant, pour les émirats, le problème est différent car nous sommes déjà pas sur la même échelle de possibilités financières et cette zone reste un des secteurs du monde où le risque de conflit est toujours pas très loin donc un besoin totalement différent. Cela laisse une chance à Dassault enfin j’espère.

    • Les chances augmentent ces derniers temps, c’est vrai… En fait cette crise « criméenne » est une excellente nouvelle pour le Rafale…que pour lui car pour l’Europe, c’est moins sûr.
      Quant à la Suisse, est-ce que vos politiques comprennent le mot « diplomatie » ?
      Parce que, suite au ré-examen de la décision d’achat des avions « Rafale vs Grippen », de la manière dont ils traitent nos amis suisses, pas sûr que, en tant que Suisse, j’ai tellement envie de faire plaisir à la France et même surtout pas lui confier ma défense, si ?
      Maintenant…

Laisser un commentaire