Le Dassault F-2000C brésilien quitte la scène

Le Dassault F-2000C brésilien quitte la scène

C’est en 2005 que la France avait vendu et livré douze Dassault Mirage 2000C à la Força Aérea Brasileira. Connus localement sous la désignation de Dassault F-2000C ces avions ont eu pendant huit ans comme rôle principal la défense aérienne du Brésil, le plus grand territoire d’Amérique du Sud. Acquis de seconde main auprès de l’Armée de l’Air ces avions ont conservé le même schéma de camouflage, gris à basse visibilité. Cependant les chasseurs Dassault sont désormais très fatigués et leur retrait du service en décembre 2013 semble donc logique.

Ce qui l’est un peu moins c’est la volonté, toute économique, du Brésil de remplacer ses Mirage 2000 par des avions d’une génération bien plus ancienne, en l’espèce des Northrop F-5E Tiger II. Toutefois les célèbres jets américains sont en cours de rétrofit en Israël chez Elbit afin de les rendre apte au tir de missiles AIM-7 Sparrow achetés eux aussi de seconde main, mais auprès des Américains.

En fait le véritable enjeu du retrait du service des Dassault F-2000C est le programme FX-2. Celui-ci est destiné à trouver le futur chasseur brésilien pour les trente ou quarante années à venir. Trois avions semblent désormais faire vraiment figure de favoris : le Gripen, le Rafale, et le Super Hornet. Le souci c’est que le programme FX-2 traîne en longueur depuis près d’une dizaine d’années. Dans cette optique la récente visite du Président de la République François Hollande prend tout son sens. Comme son prédécesseur Nicolas Sarkozy avant lui il doit jouer les VRP de luxe pour tenter de sauver la chaîne d’assemblage du Rafale. La France ayant en effet quasiment atteint son niveau de dotation, l’Inde continuant de traîner lamentablement les pieds, les Émirats n’ayant pas non plus encore donnés leurs orientations, il ne reste plus que les Brésiliens si on veut être sûr de décrocher un contrat dans les six prochains mois. C’est pas gagné. D’autant qu’Américains et Suédois ne se tournent pas les pouces, et on les comprend bien.

Alors au final le retrait du F-2000C va t’il jouer en faveur du Rafale ? Rien n’est moins sûr. Cependant les excellentes relations franco-brésiliennes vont sûrement peser lourdement dans la balance, et ça, on ne va pas forcément s’en plaindre.

Photo (c) Força Aérea Brasileira.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire