Un Antonov An-12 russe s’écrase sur un dépôt de munitions

Un Antonov An-12 russe s’écrase sur un dépôt de munitions

Un avion cargo An-12 de l’armée russe s’est écrasé près de la ville sibérienne d’Irkoutsk . Aucunes des neuf personnes à bord a survécu.

L’Antonov-12, appartenant à l’Usine d’aviation d’Irkoutsk, qui transportait des pièces entre Novossibirsk et Irkoutsk s’est écrasé au cours de la présentation à l’atterrissage dans la zone de la gare Batareïnaïa du Chemin de fer de Sibérie orientale.

L’avion est venu pour l’atterrissage à basse altitude et a disparu des écrans de radar alors qu’il se trouvait à un kilomètre de la piste d’atterrissage. Il a frôlé les bâtiments de dépôt militaire et ses ailes ont heurté les bâtiments abritant des dépôts de munitions. L’avion est tombé sur deux entrepôts situés dans l’enceinte d’une unité militaire. Aucune inflammation du carburant n’a été constatée sur le lieu du crash.

L’aéronef a été partiellement détruit, mais tous les occupants de l’avion ont trouvé la mort dans l’accident, notamment 6 membres de l’équipage et 3 personnes qui accompagnaient la cargaison. Aucune victime n’a été signalée au dépôt militaire, où l’avion s’est écrasé.

L’appareil transportait des pièces de rechange vers la base de réparation d’aéronefs d’Irkoutsk. L’An-12 n’était pas un avion de transport de fret habituel car l’avion était utilisé pour « l’aviation expérimentale ».

Conçu à l’époque soviétique, l’Antonov-12 est un avion de transport civil et militaire quadrimoteur, souvent considéré comme l’équivalent soviétique du célèbre Hercules américain. Un peu plus de 1.200 Antonov AN-12 ont été construits de 1957 à 1972.

 

 

Max
Un amoureux de l'aviation comme les autres, vouant une véritable passion pour le F-14 Tomcat et en particulier l’escadrille "Jolly Rogers" à la tête de mort... C'est peut-être pour cela que je suis en charge des crashs !?

3 COMMENTAIRES

  1. Un terrible accident en effet. Mais force est de constater que la rusticité habituelle des avions soviétiques a des limites, et l’An-12 en est la démonstration flagrante. Combien de ces avions sont actuellement cloués au sol fautes de pièces ? La Russie devra se trouver rapidement un avion de remplacement, et aux vues des relations actuelles de Poutine avec le reste du monde, il est fort peu probable que ce soit un C-130J ou un A400M.

    • Il vole en effet mais en nombre tellement réduit, que le considérer comme le remplaçant de l’An-12 c’est un peu gonfler. D’autant qu’en effet il est un poil plus gros. Avec moins de cinquante exemplaires en service, on ne peut pas parler de successeur réussi. La taille de la Russie impose une commande plus vaste.

Laisser un commentaire