Avec Skiffex la Marine peaufine son action anti-piraterie

Avec Skiffex la Marine peaufine son action anti-piraterie

Skiffex, voilà un nom peu banal. Cet exercice s’est tenu la semaine dernière dans l’océan indien et à mobiliser d’importants moyens de la Marine Nationale dont un hélicoptère embarqué AS-565SA Panther. Un exercice visant à approfondir les techniques liées à la lutte contre la piraterie maritime.

C’est en plein jour que l’exercice s’est déroulé. Un navire de pêche, le Clever, annonce à la radio qu’il est sur le point d’être arraisonner par deux esquifs de pirates. Le message de détresse est directement pris par la frégate française Nivôse patrouillant non loin de là. Immédiatement son commandant prend la décision de déclencher l’appel au « poste de combat piraterie ». Dans le même temps il donne l’ordre à l’équipage du Panther de prendre les airs pour une mission de reconnaissance au-dessus du Clever. Rapidement l’hélicoptère se porte au-dessus du navire en question.

notez le marquage en anglais "French Navy" sur le flanc de ce Panther français.
Notez le marquage en anglais « French Navy » sur le flanc de ce Panther français.

Dans le même temps le Nivôse a foncé sur sa cible, et pendant que son équipe de visite à mis les deux zodiacs à l’eau l’hélicoptère continue de montrer les crocs. Son rôle est alors purement dissuasif, le Panther n’emportant aucun armement de bord, hormis une éventuelle mitrailleuse mobile en sabord latéral. Les deux esquifs sont rapidement rejoints par les zodiacs de l’équipe de visite. Ses militaires, lourdement armés, encagoulés, et porteurs de gilets pare-balles hissent les présumés pirates à bord du Nivôse, pendant que le Clever est toujours sous la protection de l’hélico.

L’exercice se termine quelques minutes plus tard, il aura duré moins de deux heures. Il n’y a eu aucun blessé. Les pirates étaient « joués » par des marins, et le Clever était en réalité le patrouilleur français Le Malin.

Le patrouilleur Le Malin, rebaptisé Clever pour les besoins de l'exercice Skiffex.
Le patrouilleur Le Malin, rebaptisé Clever pour les besoins de l’exercice Skiffex.

Ce type d’exercice permet aux marins français de mieux appréhender cette difficile mission qu’est la guerre menée par la communauté internationale contre la piraterie maritime en océan indien. Mais surtout il permet aux effectifs engagés de s’entraîner dans les trois dimensions, en prenant pleinement en compte le facteur hélicoptère, un outil désormais incontestablement nécessaire à ces opérations. C’est grâce à des exercices comme Skiffex que l’opération Atalante est un plein succès.

Photos (c) Marine Nationale.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire