Le Caïman Marine sur les traces du Super Frelon

Le Caïman Marine sur les traces du Super Frelon

Caïman de la Marine le 14 juillet 2012.

On le savait cet hélicoptère est un bijou technologique. Mais désormais force est de constater que le Caïman Marine est surtout un outil polyvalent très précieux pour les militaires français. Dernier exemple en date ce sauvetage en mer intervenu dans la nuit du 15 au 16 février 2014 au large des côtes bretonnes pour porter assistance au fileyeur rochelais Okata.

À cette occasion un Caïman de la Marine Nationale a décollé pour aller porter secours à un marin-pêcheur en mer. Selon les médecins qui l’avait eu en communication l’homme était en train de faire un infarctus. La situation exigeait donc une évacuation rapide. Seul l’hélicoptère permettait cette intervention. Ayant pris les airs à 23h35, le Caïman est arrivé sur zone aux alentours de minuit cinq, soit une demi heure plus tard. Un plongeur a été hélitreuillé sur l’Okata, et quelques minutes plus tard il avait rejoint l’hélicoptère avec la victime. Moins d’une demi heure après son arrivée au-dessus du bateau de pêche, le Caïman reprenait la route de Brest.

Ce sauvetage illustre bien les nouvelles missions de sauvetage de l’hélicoptère, prenant ainsi pleinement la place jadis occupée par les Super Frelon de la 33F. Certains craignaient que l’hélicoptère européen ne puisse vraiment succéder au Béligou, mais il semble qu’ils puissent se rassurer. Le saurien semble tout aussi efficace que le super vespinæ. Les marins français peuvent prendre la mer en toute tranquillité, l’aéronavale veille sur eux.

Photo (c) Arnaud Lambert.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

2 COMMENTAIRES

  1. Il n’y a vraiment que les Français pour douter des capacités du Caïman face au Super Frelon.
    Les Français sont vraiment d’indécrottables chauvins.

    • Il y a une dizaine d’années quand les doutes français sont apparus chez certains, ils concernaient surtout le rayon d’action du NH90 vis à vis de celui du SA.321. Bien entendu personne (de censée) n’aurait osé remettre en question la supériorité technologique de l’hélicoptère européen face au vieux Super Frelon, un appareil dont la conception remontait aux enseignements tirés de la guerre d’Algérie.

Laisser un commentaire