Les passagers n’ont pas tous les droits à bord d’un avion de...

Les passagers n’ont pas tous les droits à bord d’un avion de ligne

On sait que prendre l’avion peut avoir parfois des effets surprenants sur certains passagers. La peur du transport aérien, aussi irrationnelle soit elle, est finalement assez répandue. Cependant elle ne peut en aucun cas excuser les débordements de certains passagers qui en sont victimes. Il faut aussi voir que de nombreux passagers « récalcitrants » n’en sont même pas atteint. Parfois une consommation excessive d’alcool explique également des comportements à prohiber. En tout état de cause, il faut savoir raison garder, et ne jamais oublier tout le respect que l’on doit aux hôtesses de l’air et stewarts (bon, une bonne fois pour toutes et après on n’y revient pas: je n’arrive absolument pas à dire PNC) à bord.

La récente altercation qu’a eu l’acteur et ancien rappeur Joey Starr avec un équipage d’Air France en est l’exemple frappant. Pour mémoire les faits remontent au weekend dernier sur un vol régulier Nice-Paris. La vedette, fortement alcoolisée, aurait eu des mots et des gestes déplacés envers une hôtesse de l’air. On sait depuis que la compagnie nationale a décidé de porter l’affaire devant les tribunaux. D’autant que Joey Starr n’en était pas à son coup d’essais, il a été condamné en 1998 à deux mois de prison ferme et une forte amende suite à une agression dont il a été reconnu coupable envers là encore une hôtesse de l’air.

Alors on le sait l’hôtesse de l’air est devenue depuis les années 1950 un archétype absolu de l’élégance et de la féminité pour bien des hommes. Concept purement suggestif celui ci n’exclue absolument pas le respect que l’on doit à ces dames qui n’ont pas pour seule mission de nous servir le café, d’apporter nos plateaux-repas, ou encore de sourire quand elles nous répondent. Non l’hôtesse de l’air est aussi une sorte d’agent de sécurité à bord. Elle peut même le cas échéant ceinturer un malfaisant sur son siège, les équipages disposant de ceinture de contentions. Restera ensuite au passager à s’expliquer avec les autorités compétentes à l’arrivée.
Elle a aussi une fonction de secouriste, apte à toutes les techniques de premier-secours à bord, et notamment l’utilisation du fameux défibrillateur qui permet de relancer un cœur qui aurait des tendances à vouloir s’arrêter… en plein vol.

Pour les goujats (pour ne pas utiliser un terme nettement plus grossier) qui auraient tendances à vouloir laisser leurs mains se balader, je tiens juste à rappeler que le respect de la dignité humaine est un concept qui ne s’arrête pas à l’entré d’un Airbus ou d’un Boeing. Et même si les hôtesses de l’air n’ont théoriquement pas le droit de gifler un type qui aurait un tel comportement, je reste persuadé qu’une bonne humiliation publique le remettrait rapidement à sa place.

Tout ça pour dire que je fais parti de ces gens qui en ont marre de voir ces passagers sans gène qui pensent que les hôtesses de l’air ne sont là que pour assouvir leurs petits fantasmes mesquins machistes débiles. Un peu de respect et de savoir-vivre ne serait pas de trop, au moins le temps d’un voyage, ça ne tuerait personne.

Photo (c) Finnair.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

2 COMMENTAIRES

  1. Tout a fait d’accord!

    Pour ce qui est de Joey Starr, sans vouloir le défendre, il me semble que l’histoire est légerement différente.
    Les medias de nos jour cherches plus a vendre qu’a informer…

    Mais il est toujours bien de rapeler que peut importe le statut sociale ou la longueur du compte en banque, le respect doit etre le meme pour tous.

    • Pour avoir travailler de nombreuses années auprès du public, je partage entièrement ce point de vue. Les voyageurs méconnaissent les véritables fonctions des agents de bord. Et les pouvoirs publics devraient être plus sévères envers ces délinquants et que les compagnies aériennes refusent l’accès aux avions aux délinquants récidivistes peu importe leur notoriété. Lors de mes études en histoire à l’Université Laval, Québec, je me souviens d’une affiche installée au laboratoire les langues où il était écrit:
      « C’est agréable d’être important mais c’est bien plus important d’être agréable. »

Laisser un commentaire