Lockheed-Martin va lancer un Super Hercules civil

Lockheed-Martin va lancer un Super Hercules civil

Superlatif volant. Un terme qui n’est pas exagéré pour définir l’Hercules tant cet avion est omniprésent depuis près de soixante ans dans l’arsenal américain. Qu’il soit C-130 de transport dans l’US Air Force et l’US Navy, KC-130 de ravitaillement en vol dans l’US Marines Corps, ou encore HC-130 de recherche et de sauvetage en mer dans l’US Coast Guard, ou encore avion d’appui tactique AC-130, avion de guerre électronique et psychologique EC-130, poste de contrôle aéroporté des drones DC-130, avion de soutien aux opérations polaires LC-130, avion de soutien aux opérations spéciales MC-130, voire avion de reconnaissance météorologique WC-130, l’Hercules est partout tout le temps.
Et ça c’est sans compter les L-100 civils, ces Hercules vendus à des compagnies aériennes de transport de fret.

Alors forcément la tentation était trop grande pour les commerciaux du constructeur. Il a donc demandé à la Federal Aviation Administration de mettre en route un processus de certification d’une version civile du C-130J Super Hercules. C’est le premier pas vers une commercialisation du futur Lockheed-Martin LM-100J. Forcément l’avion (voire la vue d’artiste ci-dessus) va attirer de nouveaux clients, ou bien permettre à ceux utilisant les dernières version du L-100, notamment le L-100-20 et L-100-30, respectivement issus du C-130H et du C-130H-30 de remplacer leurs avions vieillissants. On parle tout de même d’un marché de plusieurs centaines d’avions.

Car c’est là qu’est la véritable réussite du Lockheed L-100, c’est d’avoir réussi à devenir au fil des années la référence occidentale en matière de transport civil de fret. Et ce malgré les transformations d’avion de ligne opérés par Airbus et Boeing, notamment sur respectivement l’A330 et le 767. Malgré aussi la présence des avions ex-soviétiques, désormais russes ou ukrainiens toujours très présents sur le marché, mais sur des segments différents.

En fait l’adaptation du Super Hercules en machine civile était devenu un véritable serpent de mer. Sans cesse repousser aux calendes grecques le programme n’avait rien de prioritaire pour le constructeur qui désirait surtout consolider son assise sur les marchés militaires. Mais force est de constater le revirement des dirigeants du constructeur. Il faut dire que le C-130J, et vraisemblablement sa version allongée C-130J-30, ne vont pas être difficiles à transformer en machines civiles tant les différences entre les avions militaires et civils de ce type sont désormais ténues. Le Super Hercules est un avion de transport tactique qui se pilote à la manière d’un avion de ligne contemporain. Reste que la FAA ne va pas lésiner sur le cahier des charges en vue de la certification de type américaine de l’avion.

Lockheed-Martin C-130J-30 de l'US Air Force. Cet avion pourrait préfigurer la future version allongée du LM-100J.
Lockheed-Martin C-130J-30 de l’US Air Force. Cet avion pourrait préfigurer la future version allongée du LM-100J.

Enfin il convient de ne pas oublier qu’une importante quantité de clients du Lockheed L-100 sont des forces aériennes, souvent de pays alliés des États-Unis. Ils ont généralement acquis ces Hercules civils de seconde main et les ont intégrés dans leurs flottes de transport aux côtés des C-130B, E, et H.

Quoi qu’il en soit, si aucun chiffre n’est officiellement avancé par Lockheed-Martin, force est de constater que les chances de l’avion de s’implanter durablement sur le marché sont assez importantes. En effet ni Airbus ni Boeing, ni même les constructeurs ex-soviétiques ne semblent en mesure de contester la future suprématie du LM-100J.

Illustration (c) Lockheed-Martin.
Photo (c) US Air Force.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire