Ceci n’est pas un Blackhawk !

Ceci n’est pas un Blackhawk !

Bon avouons le, on a déjà vu de meilleures photos d’hélicoptères.  Sauf que là elle a été prise à la volée par un journaliste indépendant chinois loin des regards des autorités de Pékin. Ce cliché représente un appareil qu’on a longtemps cru n’être qu’une supercherie : le Harbin Z-20. Il avait été présenté lors du salon de Zhuhai en 2006 sous la forme d’une maquette de bureau, jolie mais pas franchement détaillée. D’après les autorités chinoises ce prototype volerait depuis le mois de décembre 2013.

Harbin Z-20, la presque-copie chinoise du Sikorsky S-70.
Harbin Z-20, la presque-copie chinoise du Sikorsky S-70.

Alors certes il ressemble furieusement au Blackhawk américain. Cependant un œil avisé aura remarqué que le Z-20 possède une pâle de rotor en plus et que la cabine-passagers semble légèrement plus petite. Le nez aussi de l’appareil n’est pas strictement identique à celui de l’UH-60 de l’US Army. La photocopieuse chinoise devait avoir des ratés ce jour là.

Quoi qu’il en soit cette nouvelle copie d’hélicoptère occidental, réalisée hors licence, par la Chine confirme au moins un point qui ne fait guère plus débat de nos jours parmi les passionnés d’aviation et d’aéronautique : les ingénieurs chinois sont vraiment à la ramasse niveau recherche et développement. Seuls ils ne savent que copier. C’est ça ou alors les crédits publiques manquent cruellement.

Sikorsky a peu de souci à se faire, le Z-20 a peu de chance de faire de l’ombre au seul et unique Blackhawk, le S-70. Alors une question tout de même sur le Z-20 : Blackhawk ou Blackhoax ?

Photo (c) Médias chinois.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

15 COMMENTAIRES

  1. « les ingénieurs chinois sont vraiment à la ramasse niveau recherche et développement. Seuls ils ne savent que copier. »
    Depuis 15 ans que je lis ce type de commentaire, à croire qu’il leur maquerait le neurone de l’inventivité.
    « Ils n’ont pas inventé la poudre !? », ben si…justement, eux si ! Mdrrrrr
    Et maintenant ils sortent plusieurs millions d’ingénieurs par an, quant aux logiciels de conceptions…ils ne sont pas en reste sur ce marché non plus…
    Cela fait plus 10 ans que l’on fait des transferts de technologie contractuels, A320, TGV, etc. et sur tous ces marchés ils deviennent incontournables après nous avoir pris tous les secteurs économiques à faible valeur ajoutée…
    En 15 ans, ils sont devenus la première économie mondiale…pas si mal pour ces deux neurones à la peau jaune, vous ne trouvez-pas ?
    ps:et nous, où en sommes nous depuis 2002…

    • Ouah !!! Voilà ce qu’on appelle une belle déclaration d’amour à l’économie et à l’ingénierie chinoise. Mais désolé je ne suis nullement convaincu par votre prose. Citez moi un seul aéronef pondu par la Chine qui ne soit pas une copie d’un appareil américain, européen, ou russe dans les quinze dernières années, ou un aéronef conçu par la Chine dans le même laps de temps sans qu’elle n’ai reçu la moindre aide extérieure ? Là peut être que je reconnaîtrais mes torts. En sommes je pense être assez tranquille sur ce coup là.
      😉

    • Pour la petite histoire je suis en 5e année d’une école d’ingés avec 20% de chinois et la remarque de la traine chinoise ne se limite pas aux commentaires mais nait dans les résultats. Ils excellent en prépa intégrée mais se rammassent en 3 année avec la spécialisation et l’ouverture sur l’inovation. Voilà ce qu’il en est en 2014, des siècles après la poudre à canon.
      L’économie chinoise ne prospère pas de la création de hautes technologies, loin de là.

      • On dirait qu’il a allumé la mèche mon petit commentaire qui sentait la poudre 😉
        Super intéressantes vos interventions pour le béotien que je suis.
        Je vois également vos articles sur l’apache et le bell 429 que nos amis chinois se mettent également à copier.
        Autre info: la reprise de Cirrus Aircraft par un groupe chinois dont on peu parlé.
        Qu’est-ce que ce rachat peut amener sur ce marché ?

        ps:jusque dans les années 80 on disait la même chose des japonais, des coréens dans les années 90…pour les chinois ils commencent déjà à concurrencer les produits technologiques tels que le TGV par exemple…ils sont dans l’espace, nous pas encore…etc.

  2. Je n’irais pas jusqu’à dire que les chinois ne savent rien inventer, mais il faut admettre qu’ils ne sont plus aussi prolifiques qu’à l’époque de la poudre ! Les causes remontent loin dans l’Histoire…
    De l’antiquité jusqu’au Xe siècle, les Chinois sont les meilleurs : poudre, horloge à eau, papier, imprimerie, gouvernail d’étambot… Puis après, sous les pressions extérieures, ils s’enferment sur eux-mêmes, et déclinent lentement.
    Oui MalPat ils ont inventé la poudre, mais 8 siècles plus tard ils ne savaient même plus s’en servir, devant recruter des artificiers européens pour avoir et utiliser des canons !

    Il n’y a peut-être tout simplement pas de volonté politique d’innovation…Copier plutôt qu’inventer est devenu une devise : j’ai croisé en France, mais aussi en Nouvelle-Zélande des étudiants Chinois qui me disaient sans aucune honte qu’ils étaient encouragés par leur pays à étudier à l’étranger et RAMENER tout le savoir qu’ils pouvaient chez eux…contre rémunération, bien sûr !
    Peut-être qu’ils commencent à ressortir la tête de leur fondement, et innover de nouveau, si c’est le cas c’est pas trop tôt, j’en ai marre de voir nos budgets R&D spoliés…(Un choix stratégique gagnant, pour la Chine, soit dit en passant. Sun Tzu aurait applaudi)

    •  » ils ont inventé la poudre, mais 8 siècles plus tard ils ne savaient même plus s’en servir »

      Pas besoin d’attendre tant. Les Américains ont conçu le programme Apollo XI qui amena le 1er terrien à fouler le sol lunaire en 1969. Aujourd’hui, ni les Amréicains, ni aucun peuple sur Terre ne serait capable de réitérer l’exploit. Et ça fait pas 8 siècles, à peine quelques dizaines d’années ….

      A méditer.

  3. C’est vrai que la déclaration des chinois « qui sont à la ramasse »… ça passe pour un commentaire perso, pas vraiment pour un article sur un site sérieux.

    J’aime beaucoup tes articles Arnaud, alors je vais tenter d’argumenter mon propos.

    Oui, les chinois font beaucoup de rétro-engineering. C’est une question de survie pour eux. Depuis les événements de 1989 et de l’embargo occidental généralisé qu’a subit le pays, il s’est retrouvé presque coupé de toute possibilité d’achat de matériel performant.

    Quelques dizaines d’années avant, avec la révolution culturelle, la Chine avait perdu toute une génération d’élites. A partir du milieu des années 60, technologiquement, le pays repart quasiment de la feuille blanche.

    Ces deux événements combinés font que le pays se trouve dans une impasse. Avec la « mondialisation » et l’énorme apport de capitaux étrangers permis par l’export en masse de produits manufacturés qui explose dans les années 80, la Chine entreprend, plusieurs programmes de « rattrapage » en parallèle.

    Les plus marquants sont en effet les programmes dits de « reverse engineering ». C’est très frappant avec le Z-20, et beaucoup d’autres programmes, comme le J-11 par exemple, où en quelques années, les chinois ont réussis l’exploit (car s’en est véritablement un) de reproduire une avion de combat dans son ensemble, en l’occurrence le Su-27. Côté Indien par exemple, et malgré l’assistance des russes, ils peinent à assembler leurs Su-30MKI.

    Alors oui le Z-20 ressemble au blackhawk. Oui les solutions développées par les ingénieurs américains se retrouvent dans cet hélicoptères. Mais au lendemain de l’embargo, alors qu’une poignée de HH-60 avaient été livrées aux forces chinoises: n’est il pas normal qu’ils se basent sur un appareil existant plutôt que de repartir de zéro? L’histoire nous montre d’autres exemples réussis, et pas qu’en Chine.

    Le Kfir israélien par exemple, basé sur le Mirage III, remotorisé et modernisé avec une électronique en partie américaine puis presque totalement locale par le suite, fut une grande réussite sur le plan technique. Si ils étaient parti de zéro, et sans toutes les compétences, les ingénieurs israéliens auraient mis beaucoup plus de temps à s’équiper d’un chasseur !

    Aujourd’hui, les chinois s’investissent sur autant de programmes « nouveaux » que de « copies ». Le J-20 et le Y-20 en sont des exemples, bien que nous en sachions peu à leur sujets, et que des personnes sont toujours en train de les comparer à des choses existantes, pas forcément toujours avec raisons.

    Bref, il faut sortir des préjugés existants. Même à copier, il y a un mérite. Parce qu’industrialiser un produit que l’on a pas conçu, c’est comprendre la méthode de conception. C’est aussi un travail. ça peut s’apparenter à du vol de certains points de vue, mais ça n’en reste pas moins très difficile à faire.

    Il faut mettre de côté, quand on traite l’actualité, les frustrations créées par des sentiments d’incompréhension, et surtout de peur face à un empire que l’on a du mal à connaître.
    Car au final c’est bien cela, on a peur qu’ils nous « volent » notre génie, et finissent par reproduire avec l’aéronautique ce qu’ils ont fait pour tous les objets qui inondent notre quotidien.

    • OK, donc selon vous il y a du génie à ne faire que copier. Bah ce n’est pas mon avis. Et même si cela dérange certaines personnes je continuerais à le donner dans les articles que je ponds. Après tout les rédacteurs d’AvionsLégendaires ne sont pas des robots, ils ont des émotions, et des opinions, souvent très différentes les uns des autres. C’est aussi ça notre force.

      A mon sens le seul aéronef chinois qui soit une réelle réussite n’a rien de sexy ou d’extraordinaire, c’est le petit Y-11 de transport, un avion de brousse 100% conçu et dessiné par des Chinois, et une belle réussite. Comme quoi ils peuvent parfois réussir, même quand ça n’a rien d’ambitieux.
      Par contre le J-11 ou le J-15 ne sont à mon avis que de vulgaires copies de Flankers. Alors le Z-20 n’en parlons pas.

  4. Effectivement, pour copier correctement, il faut une certaine dose de génie. Et c’est un mérite, quel que soit la manière dont le geste est interprété.

    Le génie de « conception », ils l’acquièrent petit à petit. Ils en ont les moyens. Pour mettre en ligne rapidement une flotte d’avions de toute sortes, ils n’ont pas eu d’autre choix, ne pouvant se permettre d’acheter.

    Faut remettre les choses dans leur contexte.

    • Oui enfin bon, pour parler hélicoptères, ce n’est pas le premier qu’ils copient: leurs Super-Frelon font même la une pour les recherches du Boeing malaysien disparu. Acquérir des compétences en copiant je veux bien comprendre, mais pour construire un « simple » helico de transport ils auraient pu partir de zéro vu qu’ils sont censés avoir déjà acquis les compétences avec nos créations. … concernant les Flanker je n’y vois rien de glorieux. On peux penser aussi aux Badger qu’ils produisent encore. Même leurs drones sont des copies….. bref, aucune créativité. Mais si c’est efficace pour eux alors tant mieux, pour eux….

      • L’exemple frappant est le Changhe Z-11, une copie de l’Eurocopter AS-350B2, avec des qualités globalement très inférieures à celle du modèle d’origine. Et pourtant ils arrivent à l’exporter, difficilement je le reconnais, mais il y arrivent.

  5. S’offusquer des chinois qui copie la production occidentale, c’est, permettez moi l’expression, vraiment l’hôpital qui se fout de la charité…
    Regardons un peu en arrière, à la sortie de la seconde guerre mondiale les plans récupéré dans les grandes industrie allemande ont été copié et analysé afin de produire la très grande majorité des avions de chasse a réaction des années 50. Et ça a continué jusque dans les année 60.
    Les premiers modèles originaux ont mis du temps a apparaitre. Et les ingénieurs allemand faisait l’objet d’une convoitise sans limite de chaque coté du mur.

    Je ne cautionne pas le vol de technologie des chinois, mais ce ne sont ni les premiers ni les derniers a lorgner sur les idées du voisin.

    • En effet, la liste des copies et « emprunts » à la technologie allemande (…et de ses technologues) est assez longue.
      Tous ont fait leurs emplettes dans les ruines du IIIème Reich…

Laisser un commentaire