Célébrons à notre manière la Journée Internationale du Droit des Femmes

Célébrons à notre manière la Journée Internationale du Droit des Femmes

Nous sommes aujourd’hui le 8 mars 2014, et c’est la Journée Internationale du Droit des Femmes. Nullement la fête des femmes, encore moins un ersatz de saint-Valentin, de fête des mères, des grands-mères, ou des voisins. Non non une journée internationale de combat, pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Pas la peine de dégainer le bouquet de fleurs ou la boite de chocolats, pensez plutôt aux combats qu’il reste encore à mener.

Et dans l’aéronautique il en reste encore quelques uns, pour notamment ne plus jamais entendre dire que « pilote c’est un métier d’homme ». Qu’on arrête de n’imaginer les femmes de l’air qu’au travers des hôtesses et des convoyeuses de l’air. Une femme peut tout aussi bien piloter un avion de chasse ou un avion de ligne que n’importe quel bonhomme, pas besoin de testostérone pour cela.

Alors je vous propose un petit voyage dans le temps pour voir ou revoir ces femmes qui elles aussi ont fait vivre l’aventure aérienne. Souvent avec brio, mais parfois aussi dans l’ombre des hommes.

L'aviatrice américaine Bessie Coleman.
L’aviatrice américaine Bessie Coleman.

Le 8 mars 1910 justement Élise Deroche devenait la première aviatrice de l’histoire en décrochant le brevet de pilote n°36. Joli symbole en soit. Deux ans plus tard la pilote américaine Harriet Quimby franchit la Manche, devant ainsi la première aviatrice a réédité l’exploit de Blériot.
En 1921 c’est Bessie Coleman, elle aussi américaine, qui marque l’histoire aéronautique. En effet elle a du affronter bien des conservatismes pour décrocher son brevet de pilote, elle est la première femme afro-américaine à devenir aviatrice. Elle ouvre la voie à une certaine démocratisation de l’aventure des airs.

Quelques mois plus tard l’aviatrice américaine Amelia Earhart est la première femme à dépasser les 4400 mètres d’altitude en avion, nous étions le 22 octobre 1922. Onze ans plus tard l’aviatrice française Hélène Boucher défriche le domaine de vol de l’acrobatie aérienne, jusque là réservé aux hommes et notamment aux anciens pilotes de la Grande Guerre. Durant le conflit mondial suivant les WASP, les Women Airforce Service Pilots (voire photo ci-dessus) paieront souvent de leur vie leur engagement dans la guerre contre le nazisme. Elles convoyaient les avions de guerres vers l’Europe, au-dessus de l’Atlantique.

Le 18 mai 1953 l’aviatrice américaine Jacqueline Cochran entre dans l’Histoire en devant la première femme supersonique. Une autre Jacqueline, du nom d’Auriol celle ci devient à la même époque la première femme pilote d’essais sur avion à réaction. Elle était française.

Et aujourd’hui l’aventure continue, grâce notamment à la regrettée Caroline Aigle ou la flamboyante Virginie Guyot qui s’est hissée à la tête de la prestigieuse Patrouille de France entre 2009 et 2010.

Ce court sujet est dédiée à toutes celles qui combattent aujourd’hui encore pour l’égalité femmes/hommes, et notamment à toutes celles qui font sauter les barrières dans les domaines trop souvent machistes. Grâces à elles l’aviation n’est plus de ces domaines. Et ça c’est vraiment bon.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

3 COMMENTAIRES

  1. Article intéressant mais vous semblez avoir oublié les exploits des femmes pilotes soviétiques qui ont combattu directement dans l’un des fronts les plus dangereux de la Guerre.

    • Elles n’ont pas été oublié, simplement il était impossible d’y inclure toutes les femmes qui ont participé et qui participent encore à l’aventure aérienne. On pourrait aussi nous reprocher l’absence de Valérie André dans les grands noms. Mais il a fallu faire des choix, je les assume.

Laisser un commentaire