La France va t’elle commander ses A330MRTT en 2014 ?

La France va t’elle commander ses A330MRTT en 2014 ?

La question mérite vraiment d’être posée. Même si c’est le Rafale qui aujourd’hui attire toutes les convoitises de la part des médias spécialisés, il ne faut pas pour autant oublier le ravitailleur européen. Et au petit jeu de faire monter le suspens on peut dire que la Direction Générale de l’Armement est passée maîtresse dans l’art. En effet il y a quelques jours ses communicants ont fait savoir qu’ils avaient reçu les premières propositions commerciales de la part d’Airbus Defence & Space.

La DGA a en effet comme charge d’acquérir les futurs aéronefs militaires français, et notamment ceux en dotation dans l’Armée de l’Air. Et la question qui est sur toutes les bouches en ce moment concerne la date choisie par la France pour commander ses futurs ravitailleurs en vol Airbus A330MRTT. Il faut dire que plus les semaines passent, plus les opérations aériennes coûtent chers à l’Armée de l’Air, notamment au regard de l’usure affichée de ses Boeing C-135FR. Ces avions datent tout de même de la guerre froide et avaient été commandé initialement pendant las guerre froide. De Gaulle voulait en effet qu’ils puissent ravitailler les Mirage IV-A de frappe nucléaire. Même s’ils ont été remotorisés depuis, les cellules elles commencent à accuser le poids des ans.

Pour les remplacer ce sont donc entre douze et quatorze A330MRTT qui doivent être commandés très prochainement. D’autant que leur achat est prévu de longue date, puisque présent dans la loi de programmation militaire 2009-2014. Cependant en ces périodes de restrictions budgétaires, l’état ne semble plus hésiter à repousser au maximum les commandes militaires, même les plus évidentes en matière de nécessité.

Quoi qu’il en soit la commande française représentera un pas de plus pour Airbus Defence & Space (ex-Airbus Military) après celle reçue de la Royal Air Force. Elle confirmera que les grandes puissances font désormais une pleine confiance en l’avionneur européen, même pour une mission aussi stratégique que le ravitaillement en vol. Un coup dur de plus porté par les Européens à Boeing.

Photo (c) Airbus Defence & Space.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire