Le Brésil en guerre contre les narcotrafiquants

Le Brésil en guerre contre les narcotrafiquants

C’est un conflit lointain et pourtant de chaque instant, celui que mène le Brésil contre les producteurs et trafiquants de drogue. Si le pays n’est pas l’un des plus gros exportateurs de cocaïne, ses quartiers populaires, les fameuses favelas, sont malheureusement encore trop souvent aux mains de cartels de la drogue. À quelques semaines de l’accueil de la coupe du monde de football et à deux ans des des Jeux Olympiques d’été de Rio la sécurité est plus que jamais la priorité des Brésiliens.

La Força Aérea Brasileira est donc mise à contribution dans cette lutte sans merci contre les trafiquants de drogue, aussi bien pour des patrouilles urbaines en hélicoptères aux côtés des appareils de la police que pour des missions plus en profondeur au-dessus de la forêt amazonienne ou bien sur le littoral. Petit retour en arrière sur ces deux dernières qui se sont intensifiées depuis quelques semaines.

L’exemple le plus frappant concerne les avions de reconnaissance Learjet R-35A qui ont vu leurs équipements profondément rajeunis par l’industrie aéronautique-défense brésilienne. Désormais capables de réaliser des missions de nuit ces appareils sont dotés d’un FLIR rétractable de nouvelle génération et de caméras plus précises. Ils sont rejoints dans cette mission par les Lockheed P-3AM Orion de reconnaissance maritime qui peuvent patrouiller des heures durant au-dessus de la canopée ou bien le long des côtes. Ces deux types d’avions représentent chacun un atout important dans l’effort de guerre contre les narcotrafiquants. D’autant que les Orion peuvent montrer les crocs le cas échéant.

Learjet R-35A.
Learjet R-35A.

Sans forcément engager ses avions de combat à réaction F-5 ou A-1 la FAB dispose d’un appareil de combat pleinement apte aux opérations anti drogues, c’est l’A-29 Super Tucano. Avec ses mitrailleuses internes et sa large gamme d’armes externes il représente une menace considérables pour des délinquants qui s’ils peuvent être lourdement armés, ne font pas (encore) le poids face à des avions d’armes modernes. Les Super Tucano sont toutefois un argument à n’utiliser qu’en toutes fins, le Brésil étant un état de droit.

Embraer A-29 Super Tucano.
Embraer A-29 Super Tucano.

Comme souvent dans ce genre d’opérations qui s’apparente à de la lutte anti-guérilla ce sont les hélicoptères d’assaut qui sont en première ligne. Et là-dessus la FAB a de quoi assurer. Si on excepte la poignée de vieux Huey encore en état de vol, le gros de ses forces repose sur les UH-60 Blackhawk et les UH-34 Super Puma. Sans compter bien entendu les UH-36 Caracal récemment arrivés en unité, et qui sont plutôt dévolus aux opérations spéciales. Ces dernières peuvent d’ailleurs s’appuyer sur le renfort éventuel des puissants AH-2 Sabre, et de leur armement particulièrement lourd.

Airbus Helicopter UH-36 Caracal.
Airbus Helicopter UH-36 Caracal.

Ceux qui pensaient que le puissant Brésil allait laisser faire les trafiquants se trompaient lourdement. Il en va de l’image même du pays. La FAB est donc une vitrine de la démocratie brésilienne.

Photos (c) Força Aérea Brasileira.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire