Une semaine après, toujours aucune nouvelle du vol MH370 !

Une semaine après, toujours aucune nouvelle du vol MH370 !

Le mystère s’épaissit. Qu’est il arrivé au Boeing 777-200 de la Malaysian Airlines, et surtout où est il aujourd’hui ? Où sont les 239 passagers et membres de l’équipage de cet avion de ligne ? Autant de question qui depuis samedi dernier sont toujours en suspend pour les enquêteurs et les équipes de sauvetages. S’il n’y a désormais plus beaucoup d’espoirs de retrouver des survivants, il reste toujours celui de comprendre ce qui s’est passé il y a une semaine lors de ce vol régulier entre Kuala Lumpur et Pékin.

Pour le coup l’ensemble des médias spécialisés se perdent en conjectures. Accident et attentat ont bien évidemment été les deux premières causes envisagées avant d’être réfutées. Désormais les enquêteurs américains et malaisiens s’orientent vers un détournement de l’avion par un membre de l’équipage, pilote ou copilote. Plusieurs facteurs semblent aller dans ce sens. D’abord on a découvert que l’avion serait monté aux alentours de 45000 pieds, une altitude très inhabituelle pour un vol de ce genre. Par la suite beaucoup estiment que l’avion serait descendu rapidement avant de passer sous le plancher des radars de l’aviation civile. Une procédure dangereuse et très difficile sur un avion de ligne comme le 777. Elle nécessite une maîtrise de soi, et une technicité qui n’est pas à la portée de tous les pilotes.

Dans le même temps on a appris que les moyens militaires internationaux étaient renforcés, et redéployés. Beaucoup quittent la mer de Chine méridionale pour rejoindre d’autres zones de recherches. L’US Navy de son côté annonce avoir envoyé dans la région un de ses patrouilleurs ultramodernes P-8 Poseidon. Un bâtiment de guerre, l’USS Kidd (DDG100), est également déployé dans la région avec un puissant sonar à bord. Il embarque deux hélicoptères MH-60S Seahawk. La Chine et l’Inde également ont renforcé leur présence, ce dernier pays ayant déployé un Il-38 May.

Quoi qu’il en soit, une semaine déjà est passée et la région ressemble désormais à un grand champs de manœuvre aéronavale. Mais ici il n’est nullement question d’essayer de simuler l’attaque de sous-marins ennemis. Il faut repérer les boites noires, et essayer de retrouver les corps des disparus. Une tâche ardue, menée depuis maintenant plusieurs jours par des militaires de quatorze nations différentes. Un bel exemple de coopération internationale.

Photo (c) FAA.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire