Et pendant ce temps les AWACS continuent de surveiller l’armée russe

Et pendant ce temps les AWACS continuent de surveiller l’armée russe

Même si le conflit ukrainien ne fait plus les gros titres, hormis quand les milices séparatistes pro-russes abattent un hélicoptère militaire, cela ne signifie pas que l’OTAN a relâché ses observations de la région. Ainsi les avions de surveillance AWACS de l’alliance Atlantique continuent de scruter les cieux frontaliers à la recherche d’une activité russe irrégulière. Pour preuve l’activité toujours aussi frénétique qui règne à Geilenkirchen, l’antre allemand des Boeing E-3 Sentry frappés des lettres « NATO » et « OTAN ».

Dans le même temps les équipages de ces quadriréacteurs de fabrication américaine ont reporté une partie de leur attention sur le tiers oriental de l’Ukraine, lui aussi en partie aux mains des séparatistes anti-Europe. La Crimée, désormais « intégrée » au territoire russe, ne semble plus être la priorité première de l’organisation. L’OTAN craint la propagation de la crise à d’autres régions frontalière de la Russie.

Boeing E-3 Sentry sur le tarmac allemand de Geilenkirchen.
Boeing E-3 Sentry sur le tarmac allemand de Geilenkirchen.

Pour autant les accrochements craints par certains entre forces russes et forces atlantiques n’ont pas eu lieu. L’aviation russe n’ayant aucun intérêt à risquer une escalade avec l’OTAN, les Américains, et les Européens, qui lui serait fort dommageable. D’autant que la Russie demeure un partenaire économique de certains des pays qu’elle affronterait, notamment pour l’export de son gaz naturel. Moscou sait que son économie est totalement dépendante du bon vouloir des Occidentaux.
Et puis beaucoup d’experts internationaux souligne que la Russie n’a pas les moyens tactiques d’affronter les forces de l’OTAN, et ce malgré les informations contraires distillées par la propagande du Kremlin.

Quoi qu’il en soit cette continuité de la mission « ukrainienne » démontre la bonne santé de l’organisation militaire atlantique. Par contre beaucoup n’hésitent plus à dire que les actuels AWACS vieillissent, et que leur remplacement par des E-767 ou des E-7, la version de détection aéroportée du Boeing 737-800 serait la bienvenue.

Photos © ministère tchèque de la défense.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

4 COMMENTAIRES

  1. Un seul chiffre, soit le budget défense US en 2010 = 698 milliards de $, pendant que la Russie en dépensait 52 sur la même période. (SIPRI – Stockholm – Budgets defense 2010 )
    Un autre sur la sortie des SNLE russes en 2012 : ZERO !
    Normalement le turn est de 3 mois minimum avec 2 équipages complets par SNLE…les sous-marins russes faisaient plus de 120 sortes par an du temps de l’URSS…
    Alors la propagande russe…

    • Merci pour l’info sur les sous-marins russes, mais comme vous l’aurez remarquer on n’a jamais vu voler un tel engin. Ce qui explique pourquoi nous n’en parlons pas sur AvionsLégendaires.

  2. Toujours aussi direct Arnaud, lol. En même temps, il n’y a pas que les Russes à ne pas avoir intérêt à aller à l’accrochage, nous les petits Français avons des navires de projections de forces en livraison pour la marine Russe (je sais cela ne vole pas non plus…..).

Laisser un commentaire